La santé publique est un combat : le PRCF soutient les hospitaliers de Lyon en lutte.

Un préavis de grève des personnels de réanimation est en cours depuis le 19 octobre aux Hospices Civils de , à l’appel de la CGT . Les soignants expliquent :

“Nous avons espéré être entendus sur les revendications portées par les personnels de réanimation et soins critiques des HCL, contrairement à nos espoirs nous avons eu une réponse très administrative qui ne répond en rien aux revendications des personnels. […] Le préavis de grève est maintenu à partir du lundi 19 octobre 2020.”

Parmi les revendications, des moyens matériels et humains pour rouvrir des lits, pour les patients covid mais pas seulement. Cela au moment où la direction de l’établissement voudrait supprimer les congés de novembre et décembre et que les équipements de soins et de protection, tels les pousses seringues sont toujours manquants.

“Des pousses seringues, est-ce trop demandé aux Hospices Civils de Lyon 2éme CHU de France ? Nous ne parlons pas de rémunération nous voulons des effectifs et du matériel” s’indignent les soignants.

À , c’est l’annonce de 600 nouvelles suppressions de postes et la fermetures de 200 lits supplémentaires au Centre Hospitaliser Régional Universitaire de Nancy, qui provoque une vague de colère. Si le directeur de l’ARS Grand Est qui en pleine première vague épidémique avait cru bon de confirmer le plan, a été poussé pour cette communication transparente à la démission, le régime Macron n’a toujours pas voulu supprimer ce plan.


LA SANTÉ PUBLIQUE EST UN COMBAT – soutien du PRCF national et du aux hospitaliers lyonnais en lutte

Le PRCF national et sa section lyonnaise soutiennent la lutte des hospitaliers cégétistes lyonnais : ils font symboliquement grève pour des moyens décents leur permettant de faire face aux besoins croissants (notamment en réa) créés par l’épidémie virale sans pour autant nuire aux malades relevant d’autres pathologies et ayant un besoin vital de l’hôpital public.

Face à une situation sanitaire nationale, européenne et mondiale pour le moins incertaine, soutenons la lutte des soignants, condamnons plus que jamais l’euro-mondialisation virale dont les modes de fonctionnement sauvagement débridés ont “planétisé” à toute vitesse ce virus, et d’autres avant lui, accusons l’UE supranationale du capital qui a sommé 62 fois la France depuis 2010 de “réduire ses dépenses de santé”; accusons aussi ce gouvernement qui, six mois après les débuts de l’épidémie, n’a pas su rouvrir les hôpitaux fermés, ni même construire un ou plusieurs hôpitaux dédiés – comme ont su le faire les Chinois pour répondre à l’urgence -, et ne laissons pas porter atteinte aux libertés de parole, d’expression et de manifestation qui nous importent tout autant que la santé générale de nos concitoyens (cf la vidéo de G. Gastaud appelant aux “cinq vigilances”). 

Plus que jamais, LA SANTÉ PUBLIQUE EST UN COMBAT!

pour le PRCF national, Georges Gastaud, pour le PRCF 69, Bernard Colovray