La grande manipulation du grand débat !

C’est ce 15 avril que va à nouveau se livrer à un grand exercice de en occupant l’ensemble de l’espace médiatique à la télévision, pour la troisième intervention en six mois. Une intervention qui a n’en pas douter ne va rien changer, au regard des annonces déjà faites par le premier ministre qui ne tire aucune leçon de la mobilisation des . Le apparait pour ce qu’il est depuis le début, une opération de propagande, visant à faire rentrer les travailleurs chez eux et permettre au régime d’imposer par la force les diktats des multinationales.


Stefan jaouen
Créative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Le régime Macron ose ainsi prétendre que la colère populaire serait due à “l’impôt”. Ce n’est pourtant pas ce que dise les français dans tous les sondages. Dans un sondage pour le très à droite journal le Figaro, 2/3 disent que le problème des impôts c’est la répartition, et seulement 1/3 leur niveau. D’où notamment la très forte revendication du rétablissement de l’ISF. Une revendication effacée semble-t’il des contributions du grand débat.

De fait, avant même que Macron ne parle la majorité des français est déjà insatisfaite de la restitution du grand débat. C’est que personne n’est dupe. Et à raison quand on regarde la grande manipulation d’un régime Macron au abois autour de ce grand débat.

Edit : En raison de l’incendie de la cathédrale Notre Dame de Paris, Macron a annulé la diffusion de son message enregistré

La grande manipulation du grand débat

Les questions à choix multiples manipulées pour faire répondre aux participants uniquement des réponses complaisant au régime Macron n’était visiblement pas suffisantes. Lundi, le premier ministre du régime, se félicitait de ce que le “grand débat” aurait apporté – oh surprise – des conclusions allant dans le sens de la politique qu’il mène. La ficelle était grosse. Encore plus grosse avec la propagande voulant faire croire à une participation massive qui légitimerait ce qui n’est qu’une opération de communication. Ou plutôt de propagande si on veut appeler un chat un chat.

là, les chiffres viennent de tomber…

  • la moitié des contributions écrites n’ont même pas été lues. Elles n’ont même pas été numérisée par la BNF. En clair la moitié de ceux qui ont écrit l’ont fait pour rien. C’est en connaissance de causes que E Philippe a donc choisi de les piétinner. Confirmant que le pouvoir prend les français pour des imbéciles, affichant un mépris de classe retentissant
  • 5058 contributions libres seulement ont été traitées sur les 16 874 numérisées par la BNF, 5481 comptes rendus de réunions locales sur les 9454, et 13644 cahiers citoyesn sur 13644. Seuls 24183 documents ont donc fait l’objet d’un traitement informatique probablement automatisé, sur les 44 975 au total d’après le décompte fait par le site les Jours.
  • d’après le Monde plus de la moitié des contributions écrites en ligne sont des copiers collés.
  • E Philippe avait annoncé la participation – sommes toutes très faible – de 1,5 million de personnes. Soit moins de 20% des électeurs de Macron. Problème, il n’y a eu que 230 000 contributions au cahiers citoyens – soit moins que le nombre de manifestants gilets jaunes. France Info annonce qu’il faut diminuer d’au moins 300 000 le nombre de participants. Et encore c’est sans analyser les autres chiffres. Une preuve encore d’un débat bidonné. En réalité il n’y a que 40 000 personnes qui ont répondus à l’ensemble des thèmes du Grand Débat en ligne. 40 000 voila le nombre de personnes que le gouvernement a réussi à mobiliser.

7 millions d’euros pris au budget de l’écologie !

François de Rugy a procédé à de nouvelles coupes sombres dans les budgets sociaux, notamment dans les subventions sociales pour permettre aux enfants des agents les plus pauvres de son ministère de partir en colonie de vacances. Pour autant, ce dernier c’est empressé de prendre 7 millions d’euros des crédits de l’Ecologie pour payer…. les petits fours du Grand Débat. les organisations syndicales de son ministère s’indigne d’autant plus que ce n’est pas une avance remboursable par Matignon. Les crédits ne seront pas compensés. Sur le plan budgétaire l’opération de propagande du régime Macron a déjà fait sa première victime. L’écologie.

JBC pour https://www.initiative-communiste.fr