Poing IC Luttes info luttele premier ministre s’est rendu à Amiens et veut rencontrer les goodyear !
Le premier Ministre en visite dans une entreprise à Amiens le 6 avril à proposer de rencontrer les Goodyear. La réponse des Goodyear est à la hauteur de la lutte qu’ils mènent pour le retrait des poursuites engagés par la justice de classe contre eux a savoir :

« Compte tenu de l’énergie avec laquelle vous avez soutenu la fermeture de notre usine par Goodyear, nous savons que lorsque vous nous préparez une surprise elle est généralement mauvaise.
Néanmoins une délégation de la CGT Goodyear pourrait éventuellement accepter de vous rencontrer à 3 conditions

  • Le retrait des poursuites contres les 8 de Goodyear
  • Le retrait de la loi travail
  • Le soutien du gouvernement à l’action que nous lancerons le 6 avril 2016, les salariés d’Amiens nord contre les sociétés Goodyear et Titan aux États Unis afin qu’elles soient sanctionnées pour avoir saboté la reprise du site par notre SCOP, laquelle aurait pu relancer la production de pneus agraire et créer pour commencer 200 emplois. »

C’est vraiment une provocation de la part de Manuel Valls et ils ont raison les Goodyear de poser des conditions sérieuses ! on ne se couche pas devant les fossoyeurs de la république et devant un premier Ministre qui met en œuvre l’esclavage moderne au profit de la finance et aux ordres de Bruxelles. Bravo les Goodyear ! Que les confédération syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, prennent exemple sur votre détermination à remporter la victoire contre une justice de classe et un gouvernement sourd aux cris du peuple.

Maintenant ça suffit les manifestations éparpillées il faut pour battre ce gouvernement piloté par le MEDEF et par Bruxelles aller vers une grande manifestations à Paris et un blocage du pays pour gagner sinon, nous retournerons au servage.

Travailleurs, Lycéens, étudiants, paysans, chauffeur de taxis etc, etc, tous ensemble, organisés nous serons invincibles.

Jo Hernandez
Responsable national du secteur luttes du PRCF


PRCF – INFO LUTTES  N° 15 semaine du 11 au 17 avril 2015

Ceux qui vivent sont ceux qui luttent ! V Hugo

Le 28 avril l’intersyndicale appelle à une nouvelle journée de grève générale et de manifestation. Ils détruisent nos droits, ils cassent nos acquis : bloguons le profits, bloquons le pays, tous ensemble et en même temps !

Les grèves en cours

  • Grève dans le BTP à La Réunion
  • gréve générale à Mayotte pour l’égalité réelle
  • préavis de grève du 1 au 15 avril dans la fonction publique
  • Grève à France Télévisions
  • Grève des bus Citibus à Narbonne
  • Grève au lycée Eugénie-Cotton à Montreuil
  • Grève des éboueurs à Saint-Quentin
  • Grève au Centre Hospitalier du Val d’Ariège
  • Grève des bus et trams Ginko à Besançon
  • Grève dans les collèges et au lycée du Sud de Mayotte
  • Grève chez BNP Paribas à la Réunion
  • Grève chez Air Caraïbes
  • Grève générale et nationale le 28 avril 2016

Miramas. La CGT sauve 35 emplois de l’Unité Fret

La mobilisation des salariés de l’Unité Fret SNCF PACA, emmenée par une délégation de la CGT, aura permis de « limiter la casse », prévient le syndicat dans un communiqué. En juin 2015, suite à un audit organisationnel, la Direction présentait un projet de réorganisation qui prévoyait la suppression d’un emploi sur trois à la production, soit 49 emplois. Après plusieurs mouvements de grève, les dernières négociations se sont soldées par une diminution importante du nombre d’emplois supprimés, désormais fixé à 14. « Même si la délégation CGT déplore la perte de 14 emplois, il faut mesurer le chemin parcouru depuis juin 2015. Et personne ne sera sur la touche car la Direction s’est engagée à ce que les agents « perdant leurs emplois » retrouvent un poste dans une autre activité », poursuit le communiqué. « La CGT Miramas restera vigilante à tous ces engagements. Les cheminots ont aussi conscience que d’autres bagarres sont à venir, avec la Convention Collective Nationale des travailleurs du rail et la nécessité de gagner un cadre social de haut niveau, avec une réglementation du travail garante d’un niveau de sécurité optimal et préservant les conditions de travail », conclut le syndicat.

Grève générale à Mayotte : Le mouvement se poursuit et s’élargit

Témoignages,

A la veille d’une manifestation à l’appel de l’Intersyndicale, la grève générale a continué hier à Mayotte. La population a dressé plusieurs barrages, en particulier dans le Sud de l’île. Lundi, les syndicats ont reçu le soutien du Conseil départemental, hier c’est le député Boinali Saïd qui a pris position en faveur du mouvement. Il sera aujourd’hui dans la manifestation.

Cela fait neuf jours que la grève générale a commencé à Mayotte. C’est la reprise d’un mouvement qui avait été lancé en octobre 2015 sur le mot d’ordre d’égalité réelle.

L’Intersyndicale estime que 5 ans après l’attribution du statut de département à Mayotte, la situation n’évolue guère. C’est pourquoi elle demande l’application de l’intégralité du Code du Travail, ainsi que l’égalité des prestations sociales avec la France. Elle revendique aussi une hausse des revenus des retraités. Un autre objectif est l’alignement de la sur-rémunération sur celle de La Réunion, à 53 %.

Les discussions n’ont toujours rien donné. Le mouvement s’étend dans toute l’île. Des manifestants ont choisi de barrer les routes pour débloquer les négociations. Hier, la route du Sud de Mayotte était coupée.

La grève se poursuit et le nombre des soutiens s’élargit. Lundi dernier, la délégation reçue par le Conseil départemental a reçu le soutien de la direction de la collectivité. Hier, c’est un parlementaire de Mayotte qui a pris la même décision.

Saint-Quentin : Les éboueurs en grève

Aisne Nouvelle,

Le ramassage des poubelles sera fortement perturbé ces jeudi et vendredi. Des agents DMA (déchets ménagers et assimilés) de la communauté d’agglomération ont entamé un mouvement de grève ce mercredi, à l’appel de SUD et des Autonomes, pour réclamer notamment une revalorisation de leur régime indemnitaire.

« Ils ont des conditions de travail assez difficiles », insiste Angelo Mendes, de la Fédération autonome de la fonction publique territoriale (FA-FPT). Mais la « colère » est venue de la mise en place, il y a quelques mois, de la badgeuse. « Avant, ils avaient la possibilité, une fois la tournée finie, de débaucher. Maintenant, ils doivent rester jusqu’à la fin de leur service. »

Manifestation de l’intersyndicale hospitalière à Ajaccio

Corse Net Info,

Nouvelle mobilisation à Ajaccio organisée par l’intersyndical de l’hôpital de la Miséricorde que le STC n’a toujours pas rejoint. Toujours les mêmes griefs envers le Ministère de la santé qui ne semble pas prendre la mesure de la situation d’urgence dans lequel se trouve l’établissement.

Les syndicalistes CFDT-CGT ont été reçus par le préfet de Corse Christophe Mirmand qui s’est dit atterré par cette situation. Autour de la table se trouvaient aussi Laurent Marcangeli président du conseil de surveillance, Pierre-Jean Lucciani président du Conseil Départemental de la Corse du Sud, Joselyne Mattei-Fazi présidente de l’Association des maires de Corse-du-Sud.