IBM : avis de tempête sur l’emploi !

CGT IBMchez , encore un nouveau plan de suppressions d’emplois qui est ciblé sur une entité de spécialistes informatiques et pour lequel la Nice dénonce en plus des suppressions de postes sans embauches de jeunes ce qui rajoute du stress à ceux qui restent alors que l’entreprise fait toujours des chiffres d’affaire extraordinaire; Voici la lettre envoyée par la , et publiée à Nice par Le Patriote


Hollande Ginny IBMLe 23 mars, la direction d’IBM France a annoncé une nouvelle vague de 360 suppressions de postes, concentrés sur la structure GTS-IS (Infrastructure Services) implantée à Marne la Vallée et Nice. Un tiers des emplois de cette entité interne au groupe IBM est ainsi menacé.

N’ayons pas la mémoire courte ! IBM France qui a eu jusqu’à 32.000 emplois en France dans les années 90, en comptant les sociétés intégrées dans les années 90, n’en regroupe déjà plus que 7000. Avec le plan triennal de Gestion Prévisionnelle des Emplois, signés hélas par plusieurs syndicats mais pas la CGT, ce sont à nouveau 1300 postes qui pourraient être rayés de la carte d’ici fin 2017, ramenant l’entreprise vers 5700 salariés. Et dès 2016, la structure interne au groupe IBM, GTS-IS, (Global Technical Support-Infrastructure Services), se verrait saignée d’un tiers de ses effectifs avec 360 suppressions de postes.

Des paillettes de la Com….

Il y a quelques mois, Ch.Estrosi vantait l’arrivée à Nice d’IBM dans l’Eco-Vallée, alors même que ce transfert venu de très près, l’ancien site de La Gaude, impliquait déjà des suppressions de postes et d’activités, notamment pour des intervenants externes liés à IBM dans l’ancienne structure. Qu’importaient les suppressions de postes pour peu qu’on ait l’ivresse de la Com sur le « succès » de l’Eco-Vallée.
Il y eu même une visite, « impromptue » bien sûr, de monsieur Estrosi sur le site de Meridia, juste avant le 1er tour des régionales pour une opportune visite du nouveau site et de ses 5 étages !

….à la réalité de la saignée

Cela fait des années que le groupe IBM sacrifie l’emploi et les activités des entités de l’entreprise, pour des délocalisations ou des transferts vers des filiales low cost. Même l’effort de formation du personnel, indispensable dans ces hautes technologies, est réduit. L’équivalent de 5 jours de formation par personne et par an en 2006, et moins de 2,5 jours de formation en 2013. Au point que la CGT s’inquiète ouvertement pour IBM France d’un sort demain comparable à celui de Texas Instrument hier. On en est effectivement à la 5ème vague de suppressions d’emplois depuis 2012 !

Avec 360 suppressions d’emplois chez GTS-IS, il n’est absolument pas garanti que des départs volontaires et des mesures de fin de carrière (la moyenne d’âge est de 50 ans) suffisent. Supprimer un tiers des effectifs peut entrainer des licenciements. Et, comme l’imagent des représentants de la CGT, cette structure GTS-IS, c’est l’équivalent de un étage et demi sur les cinq étages du nouveau site de Nice. Quant aux expériences précédentes de suppressions d’emplois, elles ont montré qu’elles se traduisaient pour le personnel restant par plus de pressions sans réelles adaptations aux nouvelles conditions de travail.

Vigilance et mobilisation

Le scandale est d’autant plus grand que l’entreprise IBM émarge généreusement aux dispositifs du CICE ( Crédit Impôt Compétitivité Emploi) et aussi au CIR ( Crédit Impôt Recherche ) . Espérons qu’en plus elle n’a pas perçue de fonds publics locaux pour son installation à Nice, … à peine réalisée et déjà menacée d’amputation. Ce sont de surcroit des emplois qualifiés, souvent de services auprès ou en contact avec la clientèle qui sont menacés.

Si il est trop tôt après cette annonce nationale de 360 suppressions de postes pour connaitre le détail des postes menacés sur le site de Nice, il est par contre urgent d’être solidaire de la mobilisation des personnels d’IBM qui se sont fait entendre une nouvelle fois la semaine dernière et d’interpeller aussi les responsables et élus locaux, qui derrière les paillettes de la Com (1) se font les complices d’un dépeçage.

(1) pendant la crise, la Com continue puisque ce lundi 28 mars, une page du supplément éco de Nice Matin était consacré au « Garage IBM Bluemix », nouvelle structure sensé « doper l’innovation », mais à ce jour aucun impact sur l’emploi n’a été présenté au Comité d’Etablissement d’IBM-06 de cette nouveauté.

source :Le Patriote côte d’azur, N° 129, semaine du 1er au 7 avril 2016 Par Jean Paul Duparc – transmis par la CGT IBM 06

4 Commentaires de lecteur “IBM : avis de tempête sur l’emploi !