Pour les économistes de l’OFCE aussi Macron c’est le président des riches et de l’augmentation des impôts !

Les français l’ont constaté eux qui sont plus de 7 sur 10 à le dénoncer dans les enquêtes d’opinion : c’est le .
Et bien une étude des économistes de l’OFCE vient le confirmer chiffre à l’appui, oui Macron c’est bien le président des riches. C’est la conclusion que l’on peut tirer d’une étude qu’ils viennent de publier.

Voici les principales conclusions de cette étude du

Prendre aux travailleurs pour donner aux riches

Le premier ministre tente de terroriser les français en prétendant l’Etat en faillitte. Observons que cela ne l’empéche pas de se louer un avion long courrier privé pour plus de 350 000 € ni son président de se faire maquiller pour plusieurs dizaines de milliers d’euros par mois…
Il n’y aurai plus d’argent et donc les français devraient se serrer la ceinture. Pourtant les économistes de l’ ne constatent pas de réduction de la dépense publique. Mais une modification de qui en profite :

Le 2018 se caractérise par un faible ajustement budgétaire structurel sur la période 2018-2019. Il contient cependant des mesures fiscales et budgétaires générant de multiples transferts au sein de l’économie. Ces transferts sont marqués par le choix de la réduction de lafiscalité du capital, de la poursuite de la baisse de la fiscalité des entreprises et de la hausse dela fiscalité indirecte.

En clair, les travailleurs vont payer plus d’impôts, les patrons moins et ce sont les riches qui vont profiter d’un transfert des richesses, depuis les travailleurs vers leurs coffres déjà bien pleins. Faut il rappeler que les riches en France sont les plus riches d’Europe ?

Ces cadeaux fiscaux – 4 milliards d’euros rien que pour la suppression de l’Impot sur les grandes fortunes (ISF)  – sont financées en  réduisant les salaires et le nombre de fonctionnaires, “les principaux postes, “la politique du logement, la politique familiale, les dépenses de santé et les dépenses de fonctionnement des collectivités locales”

Les classes moyennes perdantes, les très riches grands gagnants

Les économistes de l’OFCE détaillent les gagnants et perdants du budget 2018 MACRON :

“Les mesures nouvelles pour les ménages seraient en 2018 largement au bénéfice des 2 % de ménages du haut de la distribution des revenus, détenant l’essentiel du capital mobilier. Pour les ménages du bas de la distribution, les revalorisations en fin d’année des minima sociaux ne compensent pas les hausses de la fiscalité indirecte pour les ménages qui les subissent.
Pour les « classes moyennes », ces mesures devraient avoir un impact net nul. Enfin, les ménages situés au-dessus des « classes moyennes » mais en-dessous des 2 % les plus aisés verraient eux leur niveau de vie se réduire sous l’effet des mesures nouvelles.”

Traduit en langage clair : les 2% les plus riches vont profiter du budget 2018, les autres au mieux ne perdrons pas, ou verront leur pouvoir d’achat diminuer. Au passage, Macron crache sur les électeurs des classes moyennes qui ont été nombreux à voter pour lui…

Les travailleurs les plus pauvres seront appauvris par l’augmentation de la CSG et de la fiscalité indirecte. Les grandes fortunes profiteront à plein de la suppression de l’ISF et de la baisse de l’imposition du Capital.

En 2019, « les 5 % de ménages les plus aisés et, au sein d’eux, (..) les 2 % les plus riches capteraient 42 % des gains à attendre de la mise en place des mesures

De fait, en réalité, Macron c’est l’augmentation des impôts pour tous, sauf pour les riches : l’INSEE – l’institut de la statistique nationale faisant référence – a calculé que les prélèvements obligatoires augmenteraient de 4,5 milliards d’euros en 2018