Le banquier Macron attaque les chômeurs et nos salaires !

Parmi les premières mesures de Macron l’augmentation des impôts sur les avec la hausse de la CSG. Soit disant compensée – uniquement pour les salariés et pas pour les retraités et fonctionnaires – par une baisse des cotisations chômage. Soit disant parce que Macron vient d’annoncer qu’il ordonne le renforcement du flicage des chômeurs. Reprenant les arguments du MEDEF et du FN insultant les chômeurs d’assistés et les français de fainéants, l’ex banquier de chez Rotschild en pleine vacances au ski, revendique ainsi diviser par deux voir supprimer les indemnités des chômeurs qui ne se plieraient pas à un contrôle encore plus strict. Il s’agit ni plus ni moins pour Macron que de satisfaire le grand patronat et obéir aux ordres du MEDEF qui exigent une “réforme de l’assurance chômage” : en clair réduire l’indemnisation du chômage, indemnisation qui est une partie du salaire mutualisé en commun par l’ensemble des salariés. On résume Acte 1 : la Commission Européenne et le MEDEF exige une baisse de l’indemnisation du chômage pour réduire les salaires. Acte 2 Macron baisse les cotisations chômage et augmente la CSG, Acte 3 Macron baisse les indemnités chômeurs.

Une précision utile s’il le fallait, durant les six premiers mois de la présidence Macron le nombre d’emplois supprimés a été supérieur au nombre d’emplois créé d’après les propres chiffres de ses ministres. Dans ces conditions de destruction de l’emploi, le seul moyen pour Macron d’inverser la courbe du chômage, c’est de supprimer les chômeurs. En renforçant les conditions pour un chômeur de s’inscrire à Pôle Emploi, en décourageant les plus de 6,5 millions de chômeurs de s’inscrire à Pôle Emploi en les persécutant “jusqu’au fond des chiottes..”


LE MEDEF L’EXIGE. MACRON AUX ORDRES OBÉIT : “un rapport d’activité mensuel” sera demandé aux chômeurs.

Moi Daniel Blake. Si vous n’avez pas encore vu ce magnifique film de Ken Loach dépêchez vous de le faire. Outre que vous verrez une œuvre remarquable à tout point de vue, vous aurez aussi un aperçu de ce qui nous attend. Une note confidentielle du ministère du Travail a été publiée par Le Canard Enchaîné. Le gouvernement envisage de durcir encore les règles appliquées aux chômeurs : un refus de formation ou un refus de deux offres d’emploi jugées raisonnables, entraînerait une réduction des allocations de 50% (actuellement 20%) pendant deux mois. En cas de récidive, elles seraient supprimées pour une durée de deux mois voire définitivement.

En outre chaque chômeur sera dans l’obligation de remplir un “rapport d’activité mensuel”. Cette note a été préparée par Antoine Foucher, directeur de cabinet de la ministre du Travail, la millionnaire Muriel Pénicaud, et surtout ancien apparatchik et dirigeant du MEDEF. Comme par hasard c’est Gattaz, le patron de choc des patrons et président du MEDEF qui avait exigé cette mesure. Macron le caniche des riches s’exécute. Il est là pour ça. Fabriqué pour ça. Conçu pour ça. Financé pour ça. La foudre du Jupiter euro-patronal ne frappe que les travailleurs et les masses populaires.

Macron fait la fête à Chambord, se pavane sur les pistes de ski tout en donnant des leçon aux chômeurs

Macron qui a fêté ses 40 ans au Château de Chambord devrait éviter ses références permanentes aux rois. Nous sommes en France, le pays du 14juillet 1789 et du 21 janvier 1793.

Casser. Les conquêtes sociales, le droit du travail, les services publics (la démolition pierre par pierre de l’ Education et de la Santé sont déjà en cours), le CDI, les statuts, le bac jusqu’à la langue français. Casser le mouvement ouvrier et le syndicalisme de lutte. Casser la défense nationale au profit de la défense otano-européenne, c’est-à-dire allemande. Casser ce qui reste de la souveraineté du peuple en se couchant devant l’ UE, son drapeau et son hymne.Casser comme Margaret Thatcher l’a fait en Angleterre, le pays de la précarité triomphante et du job à l’heure.

Rappelons que Pôle Emploi a récemment considéré que 87% des chômeurs remplissaient correctement leurs obligations.

La guerre contre le salaire, contre les ouvriers, contre les chômeurs, contre le monde du travail est brutalement déclarée par Macron et sa classe

Ne serait-il pas temps que les travailleurs, y compris contre des directions syndicales corrompues et affiliées à un syndicat jaune et européiste, la CES ( la confédération européenne des syndicats), se lèvent dans l’unité de la lutte et disent ASSEZ ! Car c’est tous ensemble et en même temps que nous devons riposter. C’est tous ensemble et en même temps que nous devons organiser la grève générale et le blocage des profits du grand capital.

Nous le savons, seul le combat paye car comme le disait le dramaturge communiste Bertolt Brecht  « celui qui se bat peut perdre, celui qui ne se bat pas a déjà tout perdu ! »

AM