La preuve par Alstom : FN Le Pen et Sarkozy même programme ! Remplir les poches du patronat !

combatre le fn et ses idéesAvec l’,  les travailleurs ont à nouveau la preuve que le programme du est le même que celui des LR. et même programme.

Le 7 septembre, le patron d’Alstom annonce la fermeture de l’usine Alstom de Belfort, usine fabriquant des locomotives et des TGV (lire ici :Alstom ferme l’usine de Belfort ! Désindustrialisation merci qui ? merci l’UE !

Immédiatement, le PRCF, comme il l’avait fait en 2004 puis en 2014 propose la nationalisation totale et définitive d’Alstom pour créer un pôle public de l’industrie en sortant de l’UE. Les propositions du PRCF sont claires et sans entourloupes, reprenant les propositions du programme du PRCF : nationalisation totale d’Alstom, créations d’un pôle public de l’industrie et sortie de l’Union Européenne et de l’euro.

A lire : lettre ouverte du PRCF : le PRCF soutient les travailleurs d’Alstom : nationalisons Alstom et créons un pôle public de l’industrie en sortant de l’UE

Le PRCF propose ainsi un plan solide et cohérent, pour la réindustrialisation du pays afin de faire face aux défis écologiques, supprimer le chômage en produisant en France. Ce qui n’est possible qu’en échappant à la dictature du Capital.

Observons que le candidat Mélenchon donne raison aux militants du PRCF, reprenant les propositions qu’ils ont portés en premier.

“Alstom Belfort ne vivra pas sans nationalisation d’Alstom, sans plan d’investissement public massif, sans politique ferroviaire ambitieuse, sans sortie des traités européens et du dogme de la concurrence libre et non faussée par un protectionnisme solidaire.” Communiqué de JL Mélenchon sept 2016.

Une prise de position du candidat constatant qu’aucune nationalisation n’est possible dans le cadre des traités européens. Qui serait d’autant plus crédible si plutôt que de proposer une “sortie des traités ” floue, le candidat de la France Insoumise osait parler cru et dru et appeler un chat un chat, en appelant à sortir de l’Union Européenne.

A l’inverse, le s’est démasqué une nouvelle fois en reprenant les propositions de Sarkozy, et en refusant d’appeller à la sortie de l’UE. Démontrant que le roule pour les patrons.

FN Le Pen et Sarko même programme

Dans un communiqué de presse, publié le 4 octobre, proclame : “Alstom : seule une nationalisation temporaire et partielle permettra d’assurer la pérennité du site de Belfort”

Et la chef et candidate du Front National de préciser :

“Si l’Etat a le devoir de trouver une solution pour le site Alstom de Belfort, il a plus encore celui d’éviter que ce type de crise ne se reproduise, à Belfort comme ailleurs. Il doit donc se redonner les moyens d’agir, notamment face à l’Union européenne.

La réponse doit être double : structurelle, en se libérant des règles européennes qui lui interdisent toute forme de patriotisme économique et de protectionnisme intelligent ; spécifique, en nationalisant de manière temporaire et partielle Alstom, dans le cadre d’un État stratège dont la mission est précisément d’assurer la pérennité de l’emploi et le maintien des savoir-faire dans les territoires. Cette nationalisation pourrait couvrir toute la période avant le grand renouvellement des rames TGV de la SNCF, qui assurera suffisamment d’activités à l’ensemble des sites du groupe.” Communiqué de Marine Le Pen 4 octobre 2016

Résumons les propositions du FN et de Marine Le Pen  et comparons les à ce qu’à fait Sarkozy en 2004

  • sarko le pen fn, LR UMPEN, brun bonnetPas de sortie de l’Union Européenne, mais “agir face à l’UE” et se “libérer des règles” : dans son communiqué, Marine Le Pen prend bien soin de ne pas parler de sortie l’Union Européenne. Rien de surprenant en fait, puisque le FN de Marine Le Pen n’est pas pour la sortie de l’UE. Il est au contraire question de négociations et d’actions au sein de l’UE. Observons que c’est exactement le même discours que celui de Sarkozy en 2004. Qui avait prétendu  se libérer des règles de l’Union Européenne en négociation avec le commissaire européen Mario Monti. On en voit aujourd’hui le résultat.  Sarko et Le Pen même programme
  •  une nationalisation “temporaire et partielle” : c’est aussi ce qu’avait fait Sarkozy. L’État prenant plus de 20% du capital d’Alstom. Et pour cela bradant sous les ordres de Bruxelles l’activité turbine d’Alstom à son concurrent Siemens et les chantiers naval de l’Atlantique. Sarko et Le Pen même programme
  • devant se terminer avant la période de renouvellement des rames TGV :  la Le Pen applique le principe bien connu de tous les ultra libéraux, la nationalisation des pertes et la privatisation des bénéfices. Le principe d’une nationalisation temporaire étant que l’Etat via les impôts des travailleurs supporte les pertes d’Alstom le temps que son carnet de commande est vide, et une fois celui-ci rempli (par l’état) et le retour de l’entreprise à d’important bénéfices qu’Alstom soit privatisé. Le Pen se moque des travailleurs et veut remplir les poches des actionnaires..Là aussi même stratégie que celle de Sarkozy qui une fois les difficultés financières d’Alstom épongées par l’Etat avec les impôts des travailleurs a revendu – nationalisation temporaire oblige – pour une bouchée de pain les parts de l’Etat à Bouygues. Et c’est bien Bouygues qui a empochés profits et bénéficies  (lire ici) !

Avec Alstom, les faits le prouvent à nouveau, le programme économique du FN est bien le même que celui des LR. Sarko et Le Pen, même programme : servir l’oligarchie capitaliste, ses multinationales et ses banques en faisant les poches des travailleurs. Oui le FN est bien le parti du système.

Une vérité qu’il est urgent de faire connaître alors que les médias du système ne cessent de faire la propagande des Le Pen qui ont plateau de télé et micro des matinales des radios ouverts en permanence.

2 Commentaires de lecteur “La preuve par Alstom : FN Le Pen et Sarkozy même programme ! Remplir les poches du patronat !

  1. Le.Ché
    5 novembre 2016 at 15:33

    Le problème avec Mélenchon c’est qu’il ne veut pas sortir de l’euro et de cette Europe capitaliste. Son programme ne va pas assez loin car il ne veut pas non plus nationaliser les groupes capitalistes du CAC 40 à partir de là il aura du mal à tenir tête au trio Merkel-Junker-Schäuble.

  2. etoilerouge
    7 novembre 2016 at 22:08

    Melaenchon c’est l’internationale socialiste! Où sont-ils sortis du capitalisme? Pas une seule fois! MELENCHON c’est MITERRAND et MAASTRICHT dont il dit qu’il a eu tort de le soutenir! Dit-il que le traité de MASSTRICHT lui élu aura cessé de vivre? Non! Melnchon c’est la SFIO votant contre la sortie de l’OTAN en 1967 voulue par le général de gaulle et des millions de français, soutenus par le vrai PCF! MELENCHON c’est des pipes à l’OTAN! Tout cela montre la nécessité d’un parti rassemblant les travailleurs souhaitant en finir avec le capitalisme et ses partis corrompus. Comment SARKOZY et sa clique peuvent-elles se prétendre Républicaine? Le FN le parti pétainiste favorable à la collaboration avec l’Allemagne pourrait-il faire de la peine aux capitalistes allemands d’aujourd’hui si proches de ceux d’hier?