4 oct 1945 : il y a 75 ans les communistes et la CGT créent la Sécurité Sociale. #Sécu

Ce 4 octobre est le 75e anniversaire de la création de la . En ces temps de pandémie de COVID-19 chacun peut mesurer la valeur de cette conquête sociale qui garantit l’accès aux soins pour tous les travailleurs et leurs familles.

Arrachée de hautes luttes dans la Résistance par les communistes avec le programme du Conseil National de la Résistance. Mise en œuvre par le ministre à la Libération et déployée de façon effective en un temps records dans un pays pourtant dévasté par la guerre, l’Occupation et le régime fasciste de Vichy, par l’action des milliers de cgtistes qui édifièrent les caisses de sécurité sociale.

C’est bien aux communistes que les Françaises et Français doivent d’avoir grâce à la Sécu cet accès aux soins, à l’hôpital, à la garantie de revenus en cas de maladie et aux pensions de retraites. Mais depuis sa création, le patronat, la classe capitaliste n’ont eu de cesse de vouloir démolir la Sécu. Attaquant ses principes démocratiques avec la complicité d’organisations jaunes. Attaquant son financement en s’en prenant aux cotisations sociales, part intégrante des salaires, et creusant ainsi artificiellement le soi-disant “trou de la sécu”. Mettant ainsi d’autant plus son fonctionnement sous la pression mortifère de l’Euro et de ses critères de Maastricht, tandis que les directives européennes favorisent la libéralisation et la privatisation du secteur de la pour le livrer tout entier au monde éminemment capitalistique et égoïste de l’assurance privée.

De tout celà, les travailleurs doivent être conscients. Observons qu’ils le sont comme la récente bataille pour défendre le système de retraites par répartition contre l’euro destruction par le système individuel à points de l’UE-MEDEF-CFDT l’a encore démontré à l’hiver 2019/2020, obligeant Macron à reculer pour le moment.

Ce 4 octobre, affirmons avec Ambroise Croizat, ministre communiste créateur de la Sécu, “Jamais nous ne tolérerons que soit mis en péril un seul des avantages de la Sécurité sociale. Nous défendons à en mourir et avec la dernière énergie cette loi humaine et de progrès”.


« Jamais nous ne tolérerons que soit rogné un seul des avantages de la sécurité sociale » rappelait A. Croizat

par Michel Étievent, historien spécialiste de la sécurité sociale, sur facebook

L’ordonnance du 4 octobre 1945 s’inscrit naturellement comme une étape dans le long processus de la bataille pour la protection sociale. Un combat séculaire pour la dignité qui s’enracine dans les volontés de substituer aux compassions de la charité la force de la solidarité. Il traversera la bataille des corporations avant de se nourrir des grandes inventions sociales de la Révolution française où les « sans culottes » proclameront dans la déclaration des Droits de l’Homme de 1793 le droit imprescriptible à la santé : « Les secours publics sont une dette sacrée ». L’intention est lumineuse mais restera lettre morte au fil d’un dix neuvième siècle où le patronat de la révolution industrielle prolétarise à outrance ce que Victor Hugo appellera les « bataillons miséreux des travailleurs ». Face à cette exploitation génératrice de souffrance sociale et aux carences de l’État en matière de santé, la classe ouvrière va devoir désormais tenter de continuer à prendre en charge elle-même sa propre protection sociale. Naîtra ainsi une floraison de mutuelles ouvrières tendant à limiter les « carences sociales », mais n’offrant souvent qu’une protection aléatoire. Ce mouvement mutualiste, les luttes syndicales acharnées de la fin du 19eme et début du vingtième siècle aboutiront néanmoins à une première victoire poussant l’État à promulguer la loi du 30 avril 1930 sur les « assurances sociales ». «

Ce fut là une avancée, nous confiait M. Petit, militant CGT, président de la première caisse de sécurité sociale en Savoie en 1946. Cependant les assurances ne couvraient qu’une faible partie de la population, les remboursements étaient très faibles et les prestations limitées. Même chose pour la retraite. Il existait bien une loi de 1910 instaurant une retraite pour les plus pauvres mais le patronat avait réussi à faire supprimer le caractère d‘obligation de cotisation et la plupart étaient obligés de pousser l’activité jusqu’au bout. La retraite alors c’était le cimetière. »

À l’aube de la guerre, la grande majorité des salariés ( 5 millions sur 7) vivent ainsi dans les angoisses de l’insécurité sociale… C’est au cœur du programme du Conseil National de la Résistance du 15 mars 1944 que naîtra le socle fondateur de la sécurité sociale. Reprenant au mot près l’une des intentions de la déclaration des Droits de l’Homme de 1793, la phrase est lumineuse : « Nous, combattants de l’ombre, exigeons un plan de complète sécurité sociale visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail avec gestion des intéressés et de l’État ».

Ces mots, brûlants de modernité, donneront naissance à une vaste réflexion collective menée sous la maîtrise d’œuvre d’Ambroise Croizat à Alger en relation constante avec le CNR et en lien étroit avec les services du ministère de la Santé dirigé par le communiste François Billoux de septembre 1944 à novembre 1945. Elle prendra chair dans la promulgation de l’ordonnance du 4 octobre 1945, sous le ministère du Travail d’Alexandre Parodi donnant ainsi naissance à la Sécurité Sociale.

Mais l’ordonnance n’est qu’un texte ronéoté et des intentions. Reste maintenant à bâtir l’idée et à ouvrir l’immense chantier. Dès l’aube de 1946, 138 caisses seront édifiées en moins de 7 mois par un peuple anonyme de travailleurs essentiellement des militants CGT, sur le temps de congé ou après leur temps de travail «pour en finir, selon les mots de Croizat, ministre du Travail dès novembre 1945 et maître d’œuvre de l’opération, avec l’indignité des vies dans l’angoisse de l’accident ou des malheurs de l’enfance ».

Quatre principes charpenteront l’institution :

L’Unicité : Tous les « risques sociaux » (maladie, maternité, vieillesse, accidents du travail…) sont désormais regroupés dans une seule caisse en proximité des assurés.

La Solidarité : pilier de l’édifice. Système de répartition financé par les richesses créées dans l’entreprise à travers le « salaire socialisé » de la cotisation.

L’Universalité, sous tendue par l’idée de soigner toute la population et « de suivre l’assuré de sa naissance à son décès ».

Sans oublier La Démocratie, cette volonté de confier la direction de l’institution aux bénéficiaires eux-mêmes.

« La sécurité sociale fut mise en place dans un enthousiasme indescriptible car pour la première fois nous avions conscience de bâtir nous-même notre avenir ! », écrivait en 1946, le président du conseil de la CPAM de Savoie. Elle dépassait enfin un système d’assurances inégalitaire pour devenir enfin un droit obligatoire pour tous. Les réticences s’affirmèrent très vite du côté des médecins libéraux, du patronat, des assurances privées mais le rapport de force de la Libération permettra de l’imposer : 29 % des voix au , 5 millions d’adhérents à la CGT, une classe ouvrière grandie par sa résistance héroïque, un patronat sali par sa collaboration.

C’est cette institution solidaire que patronat et gouvernement s’acharnent aujourd’hui à détricoter pour ouvrir le chemin au privé. Revenir aux années d’indignité, livrer la « sécu » aux appétits des assurances, celles que les bâtisseurs de 1945 dépossédaient afin d’envisager un avenir solidaire. Mais ces attaques ne sont pas nouvelles. Elles hantent la presse dès 1946 et seront suivies de 75 ans de démantèlements à travers de multiples programmes qui mettront à mal l’institution. « Jamais nous ne tolèrerons que soit rogné un seul des avantages de la sécurité sociale » rappelait A. Croizat. À l’heure où sont menacés les conquis sociaux nés du CNR, ces mots résonnent comme un cri vers nous pour que la Sécurité sociale ne soit pas une coquille vide livrée au privé, mais reste ce que les militants de la Libération ont voulu qu’elle soit : un vrai lieu de solidarité, un rempart contre le rejet, la souffrance et l’exclusion.

Michel ÉTIEVENT

L’ordonnance du 4 octobre….

C’est le 4 octobre 1945 que sera promulguée par le gouvernement provisoire l’ordonnance portant organisation de la Sécurité sociale. Son article 1er précise : “Il est institué une organisation de la Sécurité sociale destinée à garantir les travailleurs et leurs familles contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain, à couvrir les charges de maternité et les charges de familles qu’ils supportent.” De Gaulle ne signa pas cette ordonnance : il était en voyage en URSS. Ambroise Croizat précisa plus tard en ces termes à qui appartient cette grande conquête sociale: «Le plan de Sécurité sociale est une réforme d’une trop grande importance pour la population de notre pays pour que quiconque puisse en réclamer la paternité exclusive. Cette Sécurité sociale, née de la terrible épreuve que nous venons de traverser, appartient et doit appartenir à tous les Français et à toutes les Françaises sans considération politique, philosophique ou religieuse. C’est la terrible crise que notre pays subit depuis plusieurs générations qui lui impose ce plan national et cohérent de sécurité »