#17nov des syndicats appellent à l’action, pour l’augmentation des salaires .

Ce – et par la suite – de nombreux syndicats et encore plus de syndicalistes seront mobilisés et en action pour soutenir la légitime colère populaire. Malgré les prises de position de la direction confédérale, à la , des syndicats ou des unions locales appellent à l’action le .  A l’image de l’UL CGT de Tourcoing dans le Nord ou du de la CGT des agents d’accueil et de surveillance à Paris. «La confédération est contre parce que, soi-disant, l’extrême droite est à l’origine du 17 novembre. Moi, je m’en moque de la politique. Je n’y vais pas pour les renforcer, j’y vais pour défendre le peuple. Plus personne n’arrive à vivre, à trouver du travail», explique Jean-Claude Hamelin à nos confrères de Libération. Au Havre, la CGT organisait des actions le 15 novembre et prépare un blocage le 19 novembre. A Reims, en revanche, l’UL CGT organise une manifestation le 17 novembre à 10 heures, à la maison des syndicats, jour de mobilisation des gilets jaunes. « La hausse des provoque un vaste mouvement de protestation. Cette colère est tout à fait légitime. C’est pourquoi le monde du travail a toutes les raisons d’exprimer ses propres intérêts de classe, ceux de plus de 90 % de la population », explique le .
Le syndicat CGT de la chimie lui n’appelle ni à manifester ni à ne pas manifester, saluant une colère légitime. Et invitant à pointer les vraies raisons de la colère, la guerre aux et l’exploitation capitaliste

JBC pour www.initiative-communiste.fr


COMMUNIQUE : LE « 17 NOVEMBRE » LA CGT DE TOURCOING SOUTIENT DANS L’ACTION LA COLERE POPULAIRE

La Commission Exécutive de notre Union Locale, élargie aux syndicats et aux élus et mandatés d’entreprise, le vendredi 9 novembre 2018, lors de ses débats, a conclu :
– Le « blocage », à partir de la revendication d’une baisse du prix des carburants, portée par de nombreux salariés à la suite d’appels individuels propagés sur les réseaux sociaux, est  juste et légitime, et s’inscrit objectivement dans le prolongement des luttes sociales revendicatives que notre CGT n’a cessé de mener contre l’offensive patronale et gouvernementale qui détruit nos conquêtes et appauvrit l’ensemble des travailleurs.

– Le fond de ce mouvement est celui d’une colère généralisée, qui devient une lutte, en rapport avec la cherté de la vie en général. C’est donc là l’affaire de tous les travailleurs, c’est donc là une question de classe.

– Classe contre classe : notre CGT lutte résolument pour la défense des intérêts de classe de l’ensemble du monde du travail, de la classe ouvrière et, à cet effet, ne saurait être étrangère et se mettre à l’écart d’initiatives défensives contre la hausse des prix et la vie chère, qui est l’une des formes usitées par les patrons pour baisser nos salaires. Il ne nous appartient pas de juger « d’en haut » les voies et moyens, telle ou telle forme particulière empruntés par la révolte légitime des travailleurs.

– Notre objectif est de participer à élargir le champ de cette revendication de base, d’aider à multiplier les moyens de la lutte, pour construire un grand mouvement contre Macron et sa politique, pour l’augmentation générale des salaires et des pensions, corollaire obligé à la cherté de la vie.

– Notre objectif est de mettre en avant, en parallèle, les revendications écologiquement sérieuses suivantes : transports en commun gratuit, taxation des capitalistes et non des salariés, investissement massif dans la transition écologique pour parvenir à des moyens de transport propres. La lutte des camarades cheminots contre la casse du service public ferroviaire montre à suffisance que le gouvernement ment quand il prétexte “l’écologie” pour justifier la hausse du prix du carburant.

– Ce mouvement de base, visant à bloquer les routes le 17 novembre, puis laissant apparaître d’autres moyens d’action, a été opportunément « soutenu » par l’extrême-droite. L’extrême-droite est, comme Macron, au service des capitalistes. Le fascisme a toujours cherché à récupérer les luttes des masses en limitant leurs revendications à la “baisse des taxes”, mot d’ordre typiquement poujadiste, qui ne désigne pas précisément les responsables de la crise et de l’appauvrissement des masses. En rester à cette impasse est possible, si nous laissons le terrain libre aux fascistes.

– Le piège tendu par la propagande gouvernementale est : qui « soutient » le mouvement est « facho », dès lors les millions de salariés intéressés par ce mouvement seront amenés à considérer que qui ne « soutient pas » le mouvement est du côté de Macron et de la hausse des prix. Ce qui est un formidable cadeau que les fascistes vont utiliser pour se faire passer pour des “amis” des travailleurs, et qui va faciliter leur sale travail pour  limiter, récupérer, détourner et dévoyer les revendications et luttes populaires. Les fascistes vont pouvoir ensuite continuer sur d’autres sujets à diviser les travailleurs sur des bases raciales et d’origines. Or, être dans la lutte avec les masses en colère, c’est vraiment faire reculer Le Pen.

– Par conséquent, et pour construire un grand mouvement social dont la direction sera clairement orientée contre le Capital et son gouvernement, pour de nouvelles conquêtes ouvrières, un grand mouvement franchement antifasciste par les faits, notre Union Locale appelle ses syndiqués à PARTICIPER ACTIVEMENT aux actions menées le 17 novembre, en portant fièrement les couleurs de la CGT et ses revendications. (Nous informerons nos camarades des actions qui nous paraîtront les plus conséquentes)

– Cet appel a été voté à l’unanimité moins une voix contre. Nous étions 33 camarades réunis vendredi 9 novembre.

Communiqué de la CGT FNIC

4 Commentaires de lecteur “#17nov des syndicats appellent à l’action, pour l’augmentation des salaires .

  1. SNOWDEN
    17 novembre 2018 at 20:35

    Dans l’Humanité du Mercredi les pages du PCF dans “la tribune libre du PCF” ‘ont droit à la parole que les staliniens liquidateurs anticommunistes droitiers de Laurent/Martelli/Braouezec/Faucillon&Co comme dans les autres pages de l’HQ et de l’HD: il faudra que cela change à 100% pour une presse communiste réellement communiste!

  2. SNOWDEN
    18 novembre 2018 at 09:19

    Même si je ne suis pas d’accord pour combattre les taxes et les impôts sans autres précisions (la CSG d’accord, la taxe sur les produits pétroliers s’ils ne sont pas utilisées pour les transports en communs mais l’IR et les cotisations sociales pas d’accord du tout), il est symptomatique que le PCF ne soit plus vu comme un parti protestataire, et donc révolutionnaire avec le veau liquidateur droitier Laurent et sa clique. Fautquc’achange!

  3. SNOWDEN
    18 novembre 2018 at 20:22

    Je viens aussi de lire un article dans l’HQ du vendredi : le sieur Laurent Etre, liquidateur droitier de l’HQ, commente un essai “Capitalisme de plateforme : l’Hégémonie de l’économie numérique”.
    Le sujet est bien les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), véritables monopoles mondiaux (sauf en Chine communiste qui elle a une politique industrielle).
    L’article ne dit pas un mot de la nationalité de ces GAFAM. Les US of course car il faudrait alors parler de l’IMPERIALISME US, mot interdit à l’Humanité devenue bobo anticommuniste