Trois villes assiégées par près de 20 000 policiers, gendarmes et militaires durant une semaine, alors que c’est leur haute saison touristique. Les JT des chaînes de télévision réquisitionnés, les opposants bâillonnés à coups de matraques, d’expulsions et d’arrestations et écartés à des dizaines de kilomètres pour les rendre invisibles. Le régime Macron a, avec le G7 à Biarritz, franchi une nouvelle marche dans la propagande et dans l’usage de la force et de la répression. Pour autant, la com’ triomphaliste et les autocélébrations de la Macronie et de ses soutiens médiatiques des milliardaires virent en réalité au grotesque devant les humiliations dont le petit banquier occupant l’Elysée a fait l’objet de la part de Trump, de l’Allemagne ou même de Bolsonaro.

Une opération de propagande caricaturale du régime Macron

Le régime Macron ne cache plus ses allures d’ancien régime. Renvoyant la télévision aux plus mauvaises caricatures des débuts de l’ORTF, la modernité n’étant décidément pas la caractéristique du « nouveau monde » LREM. C’est ainsi que Macron s’est autorisé avec des présentateurs serviles et leurs chaînes de télé complices le droit de réquisitionner trois journaux télévisés successifs. Appliquant comme dans son opération du « grand débat » la saturation de l’espace médiatique pour y diffuser ses homélies ultralibérales de mauvais prêtre du grand capital. Et ainsi censurer la voix de l’opposition.

Macron mange du thon rouge, Macron dîne avec Trump, Brigitte achète du piment, Macron invite le ministre des affaires étrangères iranien… Ce n’est plus le G7 mais de la téléréalité…

Mais l’opération de propagande n’aura pas réussi à mettre en échec la mobilisation réussie du contre sommet du G7. Le samedi, dans une convergence avec l’Acte 41 des Gilets Jaunes et malgré les barrages et les violences policières – le camping accueillant les participants au contre sommet a été violemment attaqué par la police dans la soirée du 23 – c‘est plus de 15 000 personnes qui ont manifesté entre Hendaye et Irun. Une manifestation toutefois repoussée à des dizaines de kilomètres du lieu du G7.

Ni à cacher les fessées humiliantes infligées à Macron par les autres dirigeants du G7, de Trump à Jonhson en passant par Merkel.

Trump humilie Macron, Merkel le piétine

Pour parfaire son coup de com’, Macron avait pris l’initiative d’inviter le ministre des affaires étrangères iranien à Biarritz. Les médias aux ordres de relayer les rodomontades du palais de l’Elysée. Macron aurait obtenu délégation pour négocier au nom du G7 avec l’Iran.

Mais un tweet assassin de Trump est venu dégonfler la baudruche et gifler la diplomatie française, humilant Macron :

« Je n’ai pas discuté de ça » a dit le président des USA à la presse, répondant à ceux qui le questionnaient sur le soi-disant message commun à l’Iran de la part du G7 dont Macron s’était attribué le porte-parolat.
Tandis que LCI rapportait une « communication commune du G7 » sur l’Iran, le petit Macron tancé par Trump rétropédalait, avouant n’avoir reçu aucun mandat formel du G7. Et l’Elysée de publier un communiqué humiliant, précisant que « aucune rencontre n’était prévue à ce stade avec les Américains ».

Au final, la situation de l’Iran n’aura pas évolué d’un iota. Rappelons qu’au delà des terribles conséquences de l’embargo de fait frappant le peuple perse, les conséquences économiques frappent aussi la France qui commerce avec Téhéran.

De même, Macron s’est fait piétiner par Merkel. Le chef des LREM avait cru bon, profitant des incendies au Brésil, de faire mine de contester l’accord de libre échange Europe-Amérique du Sud (UE-MERCOSUR) négocié et imposé par l’Union Européenne. La diplomatie allemande faisait immédiatement savoir que cet accord de libre échange ne serait pas suspendu. Et oui, en la matière c’est l’Union Européenne qui décide. Macron applique !

Annonçant à la veille du G7 qu’il rendrait compte de ce qu’il aurait obtenu, force est de constater que Macron au G7 n’a réussi qu’à obtenir les moqueries de ses maîtres.

JBC pour www.initiative-communiste.fr