TRIBUNA COMUNISTA – Nouvelles des luttes au Mexique

Notre Boris Differ en duo avec Luis Rodriguez, dans un article intitulé “La Resistencia”, nous fait un état des lieux que j’ai voulu précis. Aussi après 2 bulletins, il s’avère que les salariés de 3 de l’Industrie de Matamoros, État de Tamaulipas, ont obtenu gain de cause sur les revendications.

En effet, après deux semaines de des ouvriers du mouvement 20/32, la lutte est exemplaire, bien que la presse bourgeoise s’évertue à la passer sous silence, la classe ouvrière des usines du secteur, s’élève dans une nouvelle démonstration de conscience et de dignité, et rappelle par sa mobilisation les luttes de 2019.

Les rassemblements se tiennent dans les usines suivantes : Tridonex, Nova Link, Dura, Robertshaw, Composantes Universelles, Kingsberg, Tops et Batory du Mexique. Il s’agit pour le mouvement ouvrier d’arriver à 15% d’augmentation de salaire et 10000 pesos de salaire extra-actuellement la revendication est celle de 30000 pesos soit 1200 euros d’augmentation. Par ailleurs, de meilleures conditions de travail sont revendiquées dans les industries qui suivent ;

  • Tridenex : 3700 ouvriers du textile
  • Nova Link : fabrication de ceintures de sécurité, de lits médicaux, de rampes d’avions et de bateaux, de bijoux.
  • Dura : Système de moteurs automobiles
  • Robertshaw : moteurs et valves de bateaux.
  • Composants Universels : Fournisseur d’équipements commerciaux.
  • Kingsberg : recyclage de métaux
  • Tops : sous-vêtements de femmes
  • Batory : sirops et boissons, concentrés d’usine

La commission Internationale du PRCF apporte tout son soutien à ces salariés et leur souhaite d’obtenir entière satisfaction. Elle leur rappelle la nécessité de s’organiser au sein de la Confédération Syndicale Mondiale.

Côté enseignants : Boris, professeur d’histoire au Lycée de Guadalajara-État de Jalisco-rajoute : « la lutte des enseignants ne s’arrête pas là. À Jalisco, fermeture de classes et matériel inapproprié pour un travail en ligne-Covid oblige-tel est le constat de nombre de collègues.

Le lycée d’État de Jalisco-COBAEJ, connaît de nombreux licenciements. Ces mobilisations s’ajoutent à celles déjà connues de l’État de Oaxaca. Alors que le gouvernement de Jalisco avait réservé 33 millions de pesos pour l’homologation des salaires, il a seulement reversé 5 millions de pesos, le reste étant versé à un tout autre usage. Les enseignants s’interrogent à juste titre : « où sont passés les 28 millions restants sur le budget affecté à l’Éducation ? ».

Là encore, la Commission Internationale assure les enseignants de tout son soutien et la Commission Luttes se joint à elle et invite les enseignants en lutte au Mexique à poursuivre leur jusqu’à la victoire !

Remerciements à Aymeric Monville, secrétaire de la Commission Internationale du PRCF pour les contacts et salutations internationalistes et fraternelles des camarades du Mexique.

Antoine LUCI – Pôle Hispanique-Commission Relations Internationales pour Initiative Communiste.