Ce n’est pas un traité qui a fait grand bruit, signé en quasi catimini par E Macron de passage à Rome lors d’un déplacement entre Croatie et Vatican, mais le traité du Quirinal est bien de ce révélant la volonté belliciste, guerrière et impérialiste qui est celle de l’OTAN et de l’Axe Euro Atlantique dont la France et l’Italie constitue les bras armés pour l’Afrique et la méditerranée. Loin d’un traité de défense tourné vers la paix, loin d’un engagement à la stricte défense de frontières nationales et à l’opposée d’un acte d’émancipation du controle de Washington, ce traité du Quirinal est un catalyseur de la mise sous tutelle complète des armées française et italienne par l’OTAN et cela via la mise en oeuvre d’une « défense européenne » poussée violemment par Emmanuel Macron. Alors que les tensions guerrières de la ligne de front est européenne entretenues par l’Union Européenne et les USA contre la Russie en Biélorussie et Ukraine montent à des niveaux explosifs, et que Washington multiplie les provocations contre la Chine à Taiwan, l’enjeu de la paix est à l’évidence désormais une vraie urgence. Cette question est totalement censurée par les campagnes de propagande fascisante, symbolisée par la promotion par les milliardaires d’un E Zemmour.

La paix a donc plus que jamais besoin d’être défendue ; chacun peut y contribuer en rejoignant la campagne pour l’alternative rouge et tricolore dont Fadi Kassem est le porte parole. Et en s’engageant dans les actions de défense de la paix , pour la sortie de l’OTAN et anti impérialiste menées par le PRCF, à l’image par exemple de la manifestation de cet été à Toulouse contre l’installation d’un centre de guerre spatiale de l’OTAN.

Où nous conduit l’axe Rome-Paris

Manlio Dinucci

Le Traité du Quirinal promu par le président de la République italienne Mattarella, signé le 26 novembre par le président du Conseil Draghi et par le président de la République française Macron, est un traité politique à 360 degrés par lequel Italie et France “s’engagent à développer leur coordination et à favoriser les synergies entre leurs actions respectives au niveau international”, en facilitant “des partenariats industriels dans des secteurs militaires spécifiques” et autres programmes qui comportent des contraintes financières pour l’État. Pour être ratifié par le Président de la République, le Traité aurait dû être d’abord autorisé par le Parlement sur la base de l’Article 80 de la Constitution, selon lequel “les Chambres autorisent par loi la ratification des traités internationaux qui sont de nature politique, ou prévoient des charges financières”. Le texte du Traité est au contraire resté secret, hormis un cercle restreint de gouvernement, jusqu’à ce qu’il soit publié après signature.

Ce qu’est l’objectif du Traité, dévoilé au terme d’une tractation secrète, apparaît clair par son calendrier : il se trouve conclu au moment où, avec la sortie de scène de la chancelière allemande Merkel, s’établissent de nouveaux rapports de force de l’Union européenne. La France, qui en 2022 prend la présidence semestrielle de l’Ue, remplace l’axe Paris-Berlin par celui Paris-Rome. Est central dans l’accord bilatéral l’Article 2 relatif à “Sécurité et Défense”, composé de 7 paragraphes. Italie et France s’engagent à “renforcer les capacités de l’Europe de la Défense, œuvrant ainsi également à la consolidation du pilier européen de l’OTAN”. Comme a souligné Draghi en syntonie avec Washington, on doit construire “une vraie défense européenne, qui naturellement est complémentaire à l’OTAN, pas substitutive : une Europe plus forte fait l’OTAN plus forte”. Pour payer et l’OTAN et l’Europe de la Défense, sera nécessaire une colossale augmentation de la dépense militaire italienne, qui déjà aujourd’hui dépasse les 70 millions d’euros par jour.

Dans le cadre des “alliances structurelles” entre leurs industries militaires respectives, l’Italie aidera la France à potentialiser ses propres forces nucléaires stratégiques et leurs systèmes militaires spatiaux respectifs. Macron a lancé un programme de “modernisation” qui prévoit le développement de sous-marins d’attaque à propulsion nucléaire (SNA) de troisième génération, armés de nouveaux missiles de croisière, et (effet d’annonce ? ndt) d’un chasseur de sixième génération (Fcas) armé de nouveaux missiles balistiques. Mais l’Italie participe déjà au projet d’un autre chasseur d’attaque à propulsion nucléaire de sixième génération, le Tempest, promu par la Grande-Bretagne, de sorte qu’elle collaborera probablement à tous les deux à moins qu’ils ne soient unifiés. Fonctionnel à la “modernisation” des forces nucléaires françaises est le programme, annoncé par Macron en octobre, de construire un système de petits réacteurs nucléaires modulaires avec une dépense de 30 milliards d’euros. Probablement le Traité prévoit-il une collaboration de l’Italie même dans ce domaine, dans le cadre du plan visant à la réintroduction du nucléaire dans notre système énergétique.

Dans l’Article 2 toujours, Italie et France s’engagent à “faciliter les transits et les stationnements des forces armées de l’autre Partie sur leur propre territoire” sans spécifier dans quel objectif, et à coordonner leur participation “aux missions internationales de gestion de crise”, en particulier en Méditerranée, Sahel et Golfe de Guinée. On prépare un fort accroissement de la participation de forces spéciales italiennes -avec blindés, avions et hélicoptères d’attaque- à la Task Force Takuba, qui sous commandement français opère au Mali et dans les pays limitrophes. Dans cette région Takuba est déployée officiellement pour la “lutte contre le terrorisme”, en réalité pour contrôler une des zones les plus riches en matières premières stratégiques exploitées par des multinationales étasuniennes et européennes, dont l’oligopole est mis en danger par les changements politiques en Afrique et par la présence économique chinoise.

Ainsi -déclame le Traité du Quirinal- Italie et France unies oeuvrent dans “leur objectif conjoint de contribuer au maintien de la paix et de la sécurité internationales, [et] de protéger et promouvoir les droits de l’homme”.

Édition de mardi 30 novembre 2021 d’il manifesto
https://ilmanifesto.it/dove-ci-porta-lasse-roma-parigi/
Traduit de l’italien par M-A P