Dans la rue, soutien massif à la constituante au Venezuela #VenezuelaCorazóndeAmerica #VamosConLaConstituyente

Ce 27 juillet 2017, le Président Nicolás Maduro s’est réjouie que « les vénezuéliens ont approuvé la seule façon pour la paix que le pays » avec l’élection de l’Assemblée constituante.

A Caracas, c’est dans une foule massive et compacte que le peuple vénézuélien est descendu dans la rue, pour manifester sur l’avenue Bolivar dans la capitale et pour soutenir la démocratie à l’occasion de la cloture de la campagne pour les prochaines élections de l’Assemblée constituante (ANC), qui se tiendront ce dimanche 30 Juillet.

Alors que l’extrême droite, dans une stratégie de la tension façon Pinochet, avait appelé à une grève générale, les services publics de transports, les banques, les commerces et la quasi totalité des services et activités fonctionnent à 100%, les travailleurs refusant de soutenir la MUD.


Le président a appelé à voter pour le salut de la paix dimanche et faire de la journée ce jour-là une grande fête de la démocratie.

Faisant référence à la victoire de Bolivar pour la souveraineté des peuples en , le président légitimement élu du a souligné que « Aujourd’hui, la bataille n’est pas avec des fusils, des épées. La bataille nous la gagnerons avec des millions de voix d’un peuple de patriotes prêts à tout donner pour la paix », devant la foule réunie avenue Bolivar à Caracas.

Les travailleurs, les organisations de femmes, les jeunes et les personnes âgées de toutes les régions du pays sont descendus dans les rues de la capitale vénézuélienne pour réaffirmer leur attachement à la paix et à la souveraineté.

« Aux valets de l’impérialisme le peuple vénézuélien a une surprise ce dimanche, et les élections pour l’Assemblée Constituante », a déclaré Maduro.

Le président sur son compte Facebook a indiqué que les soutiens de la révolution bolivarienne sont déjà déployés dans tout le pays afin de mobiliser les citoyens pour leur permettre d’exercer leur droit de vote le dimanche sans aucune menace.

Pendant ce temps, Diosdado Cabello, un candidat à l’ANC, a confirmé que seulement trois jours avant que les élections aient lieu les gens sont convaincus que ce sera « le jour d’une belle constituante au lever du soleil ».

Depuis Avril, l’opposition vénézuélienne a favorisé la violence pour déstabiliser le gouvernement de Nicolás Maduro et ils menacent d’entraver le droit de vote sur les manifestations du dimanche.

Face à l’escalade de la violence dans le pays, le président Maduro a convoqué l’Assemblée constituante. Avec elle, ils cherchent à rendre justice aux victimes de la violence politique et de créer des lois pour contrôler la spéculation et d’autres crimes.

Le président de la Bolivie Evo Morales soutient le Venezuela et condamne les ingérences de l’OEA

La president de la Bolivie, Evo Morales, a critiqué jeudi, déclaration relayée par son compte Twitter, le Secrétaire général de l’Organisation des États américains (OEA), Luis Almagro, qui demande aux États-Unis (US) d’imposer des mesures pour renforcer la pression sur le gouvernement de Nicolás Maduro.
Morales a déclaré que « la sanction des frères vénézuéliens c’est de l’ingérance. L’étape suivante c’est l’intervention. C’est inacceptable et condamnable ». De même, il a souligné qu’il est « confiant que les bolivariens et chavistes résisteront à l’intervention du gouvernement américain, ce qui pourrait conduire à un conflit armé ».

Récemment, Almagro a demandé au gouvernement des États-Unis  des« pressions économiques accrues » contre le gouvernement bolivarien, en exigeant qu’elles « étouffent », même l’économie du Venezuela tout cela soit disant sous prétexte de « rétablissement de la démocratie ».
D’autre part, le président du Venezuela, dans une interview accordée à RT, a demandé le président américain arrêter Donald Trump interférer dans les affaires intérieures de la nation sud-américaine.

« Arrêtez l’agression contre le Venezuela, le Venezuela est une pierre angulaire de la stabilité dans les Caraïbes et l’Amérique du Sud (…) Le Venezuela ne veux que vivre en paix, vivre tranquilement et que cessent les agression », a souligné Maduro.


Le Venezuela rejet les déclarations du directeur de la CIA et dénonce à la communauté les agressions systématiques des États-Unis – Communiqué

La République Bolivarienne du Venezuela rejette catégoriquement les déclarations du Directeur de l’Agence Centrale de Renseignement (CIA) des États-Unis d’Amérique, Michael Pompeo, et dénonce à la communauté internationale les agressions systématiques des États-Unis contre le Venezuela :

1. La campagne des opérations de renseignements, effectuées au plus haut niveau, pour renverser le gouvernement constitutionnel du President Nicolás Maduro Moros, y compris la coordination avec les gouvernements de la Colombie et du Mexique pour parvenir à une transition au Venezuela, ce qui correspond avec les actions que les gouvernements de ces pays mènent à niveau régional.

2. Le financement et soutien logistique des États-Unis d’Amérique à l’opposition vénézuélienne comme élément central de ses efforts pour déstabiliser la démocratie au Venezuela, et pour la promotion de la violence à des fins politiques.

3. L’adoption et le renouvellement de l’Ordre Exécutif qui considère le Venezuela comme une menace inhabituelle et extraordinaire à la sécurité nationale des États-Unis et sa politique étrangère.

4. L’imposition de mesures coercitives unilatérales et illégales contre des hauts fonctionnaires du Gouvernement de la
République Bolivarienne du Venezuela, y compris le Vice-président Exécutif, des ministres, et des magistrats du Tribunal Suprême de Justice (TSJ), afin de soumettre l’Etat vénézuélien aux desseins impériaux étatsuniens.

5. Le fait que, dès le début, l’administration étatsunienne actuelle ait mené plus de 105 actions interventionnistes et hostiles, dirigeant les efforts d’intervention qui se dessinent depuis l’Organisation des États Américains (OEA), en violation flagrante du droit international, et menaçant avec l’adoption de « sévères et rapides actions économiques » contre toute la population vénézuélienne. Ces sanctions collectives ont une connotation impériale, et endommagent gravement le droit international.

La République Bolivarienne du Venezuela exige des excuses immédiates et appropriées de l’administration étatsunienne, et alerte la communauté internationale sur la vraie menace qui pèse sur notre pays, compte tenu des terribles antécédents de cette agence de renseignement dans la violation de la souveraineté des pays indépendants, les effets et la souffrance des populations entières et la désintégration territoriale des pays qui ne sont pas alignés avec les intérêts impériaux.

La République Bolivarienne du Venezuela informe qu’elle dénoncera par les voies diplomatiques correspondantes, le gouvernement des États-Unis, de la Colombie et du Mexique, devant la CELAC, l’UNASUR, l’Association des États de la Caraïbe (AEC) et devant le Mouvement des non-alignés, en tant que Patrie libre et indépendante. Ce dimanche 30 juillet le peuple du Venezuela ira voter pacifiquement pour exprimer sa volonté souveraine à travers le suffrage universel, direct et secret, dans le cadre de la démocratie et dans l’exercice de sa souveraineté directe pour l’élection de l’Assemblée Nationale Constituante.
Caracas, le 25 juillet 2017