Répression à Portland USA : “On pourrait se croire au Chili de Pinochet” ! #blacklivesmatter

Alors qu’une grande partie des USA se retrouve à nouveau en quarantaine (autoimposée et imposée par les autorités) en raison des dizaines de milliers de nouveaux cas de covid quotidiens, la ville de Portland dans l’Oregon continue de voir des manifestations quotidiennes se dérouler depuis maintenant plus de 50 jours. le 22 juillet annonçait le renforcement de l’envoi de l’armée contre les manifestants, non seulement à Portland mais aussi à Chicago.

Voici le témoignage exclusif depuis les USA recueilli par Initiative Communiste

Ces manifestations qui ont commencé en soutien au mouvement (la vie des noirs compte) contre les violences policières racistes, ont vu une désescalade progressive des confrontations entre manifestants et police. Mais c’est alors que Donald Trump a décidé, probablement pour faire exemple de cette ville, d’envoyer des troupes fédérales d’intervention rapide pour “complètement dominer ces anarchistes qui haïssent notre pays”, selon ses propres mots. Ce geste n’a fait que raviver de plus belle la flamme des confrontations.

Cependant, les violences des troupes fédérales, véritable police militarisée, ont redoublé d’intensité. De plus, plusieurs témoignages de ce que l’on pourrait appeler “enlèvement” ont été enregistrés. Des manifestants isolés se sont vus arrêtés par cette police militaire sans insignes et embarqués dans des vans sans plaques et complètement anonymes pour des destinations inconnues. Ces soldats policiers interrogés par d’autres manifestants, ces soldats cagoulés en treillis mécaniquement silencieux, ne donnèrent aucune réponse quant aux raisons d’arrestation.

Plusieurs vidéos  de tels actes ont été mises en ligne.

On pourrait se croire au Chili de Pinochet.

Le gouverneur de l’État d’Oregon et plusieurs politiciens ainsi que le maire de la ville de Portland ont exigé de Trump qu’il retire ses troupes de l’État et de la ville; ce à quoi Trump a répondu que ces troupes fédérales faisaient un boulot fantastique et qu’il était prêt à faire la même chose, à Detroit, Chicago, Oakland, etc. là où il y a des “anarchistes”. Les représentants politiques de l’Oregon ont saisi ces agences fédérales de police.

Nous sommes maintenant bien au-delà de la dérive fasciste. Les États-Unis qui semblaient s’exhiber de par le passé dans toute sa dimension démocratique libérale libertaire, ne le font plus. La crise économique révèle la face hideuse de cette “démocratie” libérale libertaire pour ce qu’elle est : le fascisme pure et simple. Donald Trump nous offre la terrible vertu de gager le voile séducteur du capitalisme pour nous en montrer sa véritable réalité. Macron est un très bon élève. Avis à la France…