Pour la paix au Venezuela : les appels à manifester se multiplient. L’exemple de Grenoble

Partout en France, l’indignation gronde contre la politique guerrière et putschiste de Macron, précipitant la France dans la fuite en avant belliqueuse de Trump et de l’Union Européenne, pour attaquer le bolivarien. Le crime de ce pays ? être souverain et avoir nationalisé son pétrole. Ce qui lui vaut tentative de coup d’État sur tentative de coup d’État et, depuis plusieurs années, un blocus économique criminel qui frappe violemment la population. Face à cette escalade, les initiatives se multiplient pour faire entendre la voix de la paix. À l’image de la pétition proposée par le PRCF, mais également des initiatives locales unitaires, comme l’illustre cet appel à manifester de nombreuses organisations à Grenoble, lancé à la suite de l’initiative prise par le PRCF , pour mobiliser pour la paix et le soutien au Venezuela bolivarien.

Non à la désinformation ! Non à toute intervention des États-Unis ! Oui à l’autodétermination du peuple vénézuélien !

Le 25 février 2019

Communiqué des associations et organisations syndicales et politiques grenobloises, Venezuela :

Depuis le 23 janvier 2019, Juan Guaidó, l’une des figures de l’opposition au président Nicolás Maduro, s’est autoproclamé « président » de la République de Venezuela et ce, en violation du vote populaire et de la Constitution. Il prétend ainsi provoquer une situation pour ouvrir la porte à une intervention militaire des États-Unis et de ses alliés. Jusqu’à ce que le peuple vénézuélien puisse s’exprimer à nouveau par des élections générales, c’est Nicolás Maduro qui est le président élu et reconnu par les instances internationales.

Le moment est grave, dû aux tentatives actuelles de déstabilisation et d’intervention civico-militaire, menées par Trump et ses alliés au Venezuela, en se servant de camions « d’aide humanitaire » commandés par le milliardaire Richard Branson comme cheval de Troie.

Suivant une stratégie de violence en Amérique latine, les États-Unis, les présidents des pays du groupe de Lima ainsi qu’Emmanuel Macron et les chefs de gouvernements allemands, espagnols et britanniques notamment, appuient aujourd’hui un coup de force qui leur permettrait notamment de contrôler la plus grande réserve mondiale de pétrole de qualité.

Ceci s’inscrit dans le cadre du blocus économique, financier et diplomatique imposé par les États-Unis et principal responsable de la crise actuelle, qui vient aggraver la situation de la population en générant davantage de violence et de pénuries.

La solution à la crise économique et politique que vit le Venezuela, doit se chercher dans le dialogue et au travers de mécanismes démocratiques. Le seul, à même de décider de la destinée du pays, est le peuple vénézuélien lui-même.

Les organisations, ci-après, signataires condamnent cette tentative de coup d’état et dénoncent l’attitude du président français qui s’est associé aux menaces proférées par Donald Trump et ses soutiens contre la souveraineté du Venezuela. Nous réaffirmons notre solidarité avec le peuple vénézuélien, et appelons à défendre son droit à l’autodétermination, contre toute forme d’ingérence extérieure.

Les organisations ci-dessous signataires appellent,

À dénoncer l’interventionnisme du président français et la campagne de désinformation des médias dominants.

À condamner toute intervention d’une armée étrangère au Venezuela, et les politiques, explicites ou déguisées, de blocus économique, financier et social envers le pays.

À manifester toute notre solidarité avec le peuple frère du Venezuela, en défense de sa Constitution et de la souveraineté des peuples contre l’impérialisme étasunien.

Contre le putsch au Venezuela orchestré par Trump ! Oui à la paix ! Non à la guerre !

Rassemblement ce samedi 2 mars 2019 à 14h30, rue Félix Poulat à Grenoble.

Premiers signataires :

ACIP-ASADO, CIIP, France Amérique latine 38, PCF Isère, CGT Isère, PCOF 38, Lanceurs de tuiles-France Insoumise, Nuestra América, PRCF 38, NPA 38,