Pôle position du 23 août

Trépignant de joie à l’idée que Tripoli est à feu et à sang grâce à lui et à son ami le pseudo-philosophe BHL (mais les combats sont loin d’être finis !), le « chef de guerre » Sarkozy  menace maintenant la Syrie et déclare, d’une manière qui devrait alerter tous les défenseurs de la paix, qu’il n’y aura pas d’intervention contre Damas « sans un mandat de l’O.N.U. ».

Est-ce à dire que l’ex-gaulliste Juppé est déjà mandaté par Sarko pour obtenir le feu vert du conseil de Sécurité de l’ONU contre Damas et pour « couvrir » diplomatiquement une seconde intervention impérialiste en Syrie (jamais deux sans trois, viendrait ensuite l’Iran ?) ? C’est dès maintenant que les forces anti-impérialistes et pacifiques, qui ont été fort passives et désunies face à l’intervention en Libye, doivent s’exprimer ensemble, non seulement en exigeant la fin immédiate de l’intervention de l’OTAN en Libye et le dédommagement de ce pays pour les destructions commises par le trio Sarko-Obama-Cameron, mais

* le droit à l’autodétermination des peuples arabes en dehors de l’ingérence des ex-puissances coloniales travesties en « communauté internationale » avec la complicité honteuse des médias et des histrions belliqueux travestis en « philosophes » ;

* le respect du peuple français, qui n’a que faire de ces interventions « humanitaires » et « démocratiques » de la part d’un pouvoir UMP qui est le pire ennemi du peuple français lui-même, dont il arase l’héritage républicain au profit des monopoles de l’armement, du BTP et du pétrole, ainsi que de la sacro-sainte « intégration » européenne et atlantique : il est scandaleux que la Sarkozye claque chaque jour des millions d’euros pour imposer ses fantoches en Libye, alors même que le peuple français est écrasé sous l’austérité « pour sauver l’euro » (le rôle de diversion que joue aussi cette guerre, dont le but est également de redorer le blason de Sarkozy-casseur-de-retraites n’est pas assez souligné à gauche !) ;

* le respect de la charte de l’ONU qui repose sur la non-ingérence des états dans les affaires intérieures d’autres pays, conséquence de l’égalité entre les nations : non seulement ce principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est gravement bafoué par Sarkozy en Afghanistan, Libye, Côte-d’Ivoire, Djibouti, mais la montée en puissance délirante du sarko-bellicisme va de pair avec la destruction accélérée de l’indépendance nationale de notre pays, redevenu un toutou de l’Oncle Sam, et qui va devoir désormais présenter son budget à Bruxelles et à Angela Merkel avant même d’en discuter à l’Assemblée nationale ! De plus en plus, l’impérialisme « français », projection directe des intérêts sordides des financiers du CAC 40, est antinomique des intérêts existentiels de la nation française et des peuples du pourtour méditerranéen.

Plus que jamais les forces anti-impérialistes doivent également mettre en accusation la social-démocratie qui applaudit lâchement à toutes les aventures belliqueuses et à toutes les « avancées européennes » de Sarkozy, créant ainsi jour après jour les conditions de sa réélection ; mettons la pression sur les députés « socialistes » sans oublier Mélenchon, porte-voix du front de gauche, donc également, du PCF. On se souvient en effet que Mélenchon a appelé à l’invasion de la Libye au nom de la « révolution arabe ».

Chacun peut voir aujourd’hui que l’intervention de l’OTAN vise à permettre aux impérialistes, d’abord désarçonnés par les insurrections tunisienne et égyptienne, de neutraliser le mouvement populaire arabe, de réduire sa dimension démocratique à un rafistolage cosmétique, et de mettre directement les monopoles capitalistes de l’armement directement  au pouvoir (on voit les résultats en Irak !) de Tripoli à Damas.