« Nécessité de lever le blocus économique, commercial et financier imposé à Cuba par les États-Unis d’Amérique » RAPPORT DE CUBA Sur la résolution 69/5 de l’Assemblée générale des Nations Unies

cuba n'est pas seuleSTOP au blocus contre . Nous sommes tous Cubains.
www.initiative-communiste.fr publie ci-après la résolution déposée auprès de l’assemblée générale de l’ par Cuba pour que cesse cette injustice, cette violation du .

Depuis le 25 janvier 1962, les Etats- Unis ont institué un blocus quasi total contre Cuba. Rappelons que toutes entreprises utilisant le dollars dans ses transactions commerciales peut se voir frapper par la justice américaine de très très lourdes amendes. Comme l’a encore montrée récemment l’amende de plusieurs milliards de dollars infligée à la banque française BNP Paribas.

Le blocus contre Cuba est un crime, une agression contre le peuple cubain, de l’aveu même des américains qui l’ont mis en place.

Lester D. Mallory, sous-secrétaire d’État assistant aux Affaires inter-américaines des États-Unis, écrit dans un mémorandum  pour justifier le blocus – constatant le soutien du peuple Cubain à sa Révolution – que la seule façon de renverser Castro était de provoquer « la faim et le désespoir » parmi les Cubains, afin de les pousser à « renverser le gouvernement », soutenu par « la majorité des Cubains ». Il déclare que, dans cet objectif, le gouvernement américain doit utiliser « tous les moyens possibles pour miner la vie économique de Cuba ». Comment peut on appeler un régime – celui des Etats-Unis – et ses soutiens  – comme l’Union Européenne – qui veulent provoquer “la faim et le désespoir” d’un peuple qui a pour seul tort de ne pas se plier à sa domination totalitaire ?

Rappelons qu’en 2013 et pour la 22 fois, l’assemblée générale des Nations Unies a voté par 188 voix la résolution demandé la levée du blocus contre Cuba. Seule les États- Unis et Israël ont voté contre. Chaque année l’Assemblée Générale votre contre le Blocus contre Cuba dont l’illégalité est totalement établi devant la communauté internationale. N’est ce pas l’apanage des États-Voyous que de violer partout et tous le temps le droit international ? de Cuba au Vietnam, de l’Irak à la Lybie, de la Syrie à l’Ukraine !

Mais depuis plus de 50 ans, le peuple cubain, donnant une leçon de courage, de dignité, de liberté, résiste. Et vient de contraindre l’impérialisme américain à reculer. Regarder la vidéo du débat avec Gerardo Hernandez héro cubain de la lutte antiterroriste. l’un des 5 de miami récemment libéré cliquez ici

Stop au blocus contre Cuba !

INTRODUCTION

Le 17 décembre 2014 a ouvert un nouveau chapitre dans les rapports entre Cuba et les États-Unis : le retour des trois combattants antiterroristes cubains, injustement incarcérés dans ce pays ; l’annonce par les deux nations de leur décision de renouer les relations diplomatiques ; la reconnaissance par le président Barack Obama que la politique étasunienne envers Cuba, dont le blocus, était dépassée et qu’il fallait l’éliminer. Par ailleurs, le 20 janvier 2015, il a invité le Congrès, dans son discours sur l’état de l’Union à « se mettre au travail pour lever le blocus ».

Dans le cadre de ces changements de la politique des États-Unis envers Cuba, le président Obama a annoncé plusieurs mesures destinées à modifier certains aspects concrets du blocus : ainsi, le 16 janvier 2015, des amendements ont modifié les réglementations du département du Trésor et de celui du Commerce. Tout en constituant des pas dans la bonne direction, ces modifications s’avèrent limitées et insuffisantes eu égard à l’ampleur et la portée des lois du blocus concernant Cuba et le reste du monde, lesquelles restent absolument en vigueur et sont appliquées avec rigueur.

Le présent Rapport résume les préjudices infligés d’avril 2014 à avril 2015 par cette politique de blocus cru elle et injuste qui, comme on pourra le constater, se maintient malgré les déclarations du 17 décembre.

Le 5 septembre 2014, à peine trois mois avant les déclarations historiques de décembre, le président Obama a renouvelé les sanctions appliquées à Cuba aux termes de la Loi de commerce avec l’ennemi qui, bien que datant de 1917, sert de justification essentielle aux lois et réglementations du blocus sous prétexte d’intérêts de politique étrangère.

Malgré ce nouveau scénario, donc, le blocus a été renforcé dans ses dimensions financière et extraterritoriale, comme le prouvent les amendes se montant à plusieurs millions imposées à des banques et à des institutions financières du fait de la traque à laquelle se livrent les autorités étasuniennes contre les transactions financières internationales de Cuba. La radiation de Cuba de la liste illégitime – et sur laquelle elle n’aurait jamais dû être inscrite – des États parrainant le terrorisme international, intervenue le 29 mai 2015, ne concerne pas le reste des lois et réglementations du blocus. Le harcèlement financier contre Cuba reste donc tel quel.

Cuba ne peut toujours pas exporter librement des biens et services aux États-Unis ni en importer, ni utiliser le dollar dans ses transactions financières internationales, ni ouvrir des comptes dans cette monnaie dans des banques de pays tiers. Elle ne peut non plus accéder à des crédits de banques situées aux États-Unis ou de leurs filiales dans des pays tiers, ni d’institutions financières internationales comme la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI) ou la Banque interaméricaine de développement (BID). Ce qui entrave sérieusement le développement normal de Cuba dans tous les domaines de la vie économique, sociale et culturelle.

Bien des entraves du blocus pourraient disparaître si le président étasunien appliquait avec détermination les vastes facultés exécutives dont il jouit, même si le démantèlement total de cette politique relève du Congrès.

Le présent Rapport signale que les mesures adoptées récemment par le pouvoir exécutif étasunien ont une portée limitée et que celui-ci pourrait engager une vaste série d’actions tendant à la levée du blocus. Il présente aussi des nombreux exemples des dommages économiques et sociaux causés par le blocus durant la période analysée.

Signalons à cet égard que les préjudices économiques causés au peuple cubain par le blocus économique, commercial et financier des États-Unis se montent, si l’on tient compte de la dépréciation du dollar par rapport à l’or sur le marché international, à 835 755 000 000 de dollars, et ce malgré la baisse des cours de l’or par rapport à la période précédente. À prix courants, sur l’ensemble des années, ces dommages se chiffrent à plus de de 121 192 000 000 de dollars.

Le gouvernement cubain a fait savoir, des années durant, qu’il était prêt à dialoguer dans des conditions de respect mutuel, d’observation des principes du droit international et de la Charte des , et de discussion respectueuse du contentieux existant entre les deux pays, ce que le gouvernement étasunien a fini par accepter. Dans ce nouveau contexte, il est indispensable que celui-ci respecte les vingt-trois résolutions adoptées par la communauté internationale à une majorité écrasante à l’Assemblée générale des , laquelle demande la levée du blocus économique, commercial et financier appliqué à Cuba par les États-Unis. Ce blocus n’aurait jamais dû exister et doit cesser une bonne fois pour toutes.

lire en PDF l’intégralité de la résolution, cliquez ici