N’en déplaise au voisin du Nord-Les Etats-Unis de Biden-la visite les 8 et 9 mai du Président Andrés manuel Lopez Obrador-AMLO-à Cuba, est le présage d’une nouvelle relation entre les deux nations : le Mexique et Cuba. C’est en compagnie de son épouse, Beatriz Gutiérrez Müller, du Secrétaire aux Relations Extérieures, Marcelo Ebrard, de la Défense Nationale, Luis Cresensio Sandoval, et de la Marine, José Rafael Ojeda, que le mandataire se réunit en privé avec son homologue cubain Miguel Diaz-Canel, et plus tard une rencontre élargie avec l’entourage des deux gouvernements.

Il s’agit de la troisième rencontre qui suit les deux visites de Diaz-Canel au Mexique en octobre 2019 et en septembre 2021. Lors de cette dernière, Lopez Obrador a eu la déférence d’inviter le président cubain au Zocalo, siège présidentiel de la capitale mexicaine, pendant la commémoration de l’Indépendance Nationale. A la présence de médecins cubains au Mexique, en pleine escalade de la première vague du Covid au Mexique, ce dernier a su répondre à temps en envoyant deux bateaux remplis de médicaments et de produits alimentaires.

Lopez Obrador condamne « la stratégie perverse » du blocus des USA contre Cuba socialiste.

C’est devant son homologue cubain Diaz-Canel, qu’AMLO a considéré que le blocus a pour but de nuire au bien-être du peuple de l’île. Il a exprimé aussi son espoir de voir renaitre la révolution et que la révolution soit capable de se renouveler. Les liens bilatéraux ont été abordés, et par la même occasion c’est avec émotion que le souvenir de Fidel Castro s’est exprimé sur le visage de Lopez Obrador, et avec une forte conviction et la foi qu’à Cuba la révolution s’émancipe. Ce peuple continuera à démontrer que la raison est plus forte que la force.

L’après-midi du 9 mai, Lopez Obrador s’est empressé de réaliser une visite privée à l’ex-président et Commandant de la révolution Raul Castro. Selon AMLO, l’état actuel du continent appelle à un virage dans la situation d’animosité survenue des prémices de l’Amérique pour les Américains. Et AMLO d’ajouter : « Il est l’heure de la fraternité et non de la confrontation. C’est le moment d’une nouvelle coexistence entre les pays d’Amérique car le modèle imposé il y a des années, est révolu. Il faut mettre de côté la disjonctive de nous intégrer aux Etats Unis ou de nous mettre à la défensive. »

« A titre personnel, a-t-il ajouté, je n’ai jamais parié en faveur de l’échec de la révolution cubaine, sur l’héritage de la révolution cubaine, son héritage de justice sociale, ses leçons d’indépendance et sa dignité. Et je ne participerai jamais à des coups d’Etat qui conspirent contre les idéaux d’égalité et de fraternité universelle ».

Cette déclaration de principes s’en est suivie un nouvel appel à remplacer l’Organisation des Etats Américains, et ratifia sa vision d’envisager une structure similaire a celle de l’Union Européenne, sous couvert des particularités régionales, et réitéra son appel à un prochain sommet des Amériques sans exclusions. Il faut dire que le Nicaragua, le Vénézuela et Cuba en ont été exclus dernièrement.

Diaz-Canel a reconnu l’engagement ferme de Lopez Obrador pour rejeter, je cite, – « le blocus génocide imposé par les Etats-Unis », lequel s’est endurci de nos jours. Et d’ajouter : « La révolution cubaine vous assure qu’elle continuera sa marche triomphante ».

Puis il a mis en évidence la coopération bilatérale et s’est appuyé sur les critiques de Lopez Obrador pour convoquer un sommet des Amériques dans un entourage d’exclusion de certains pays considérés par l’OEA comme indésirables.

Par l’Ordre du mérite José Marti, Le Président s’ajoute à la longue liste de personnalités qui ont mérité cette distinction du fait de leur trajectoire et de leur apport historique. Nelson Mandela, Salvador Allende, Hugo Chavez, Evo Morales, parmi bien d’autres personnalités de l’histoire récente.

Lopez Obrador a fait remarquer que les tendances de croissance mondiales augurent d’un déclin du peso économique de la région en faveur d’une présence croissante de la Chine qui, dans un horizon de 30 ans, pourrait contrôler 64 pour cent du marché mondial.

Les accords visent à intensifier les relations bilatérales

Cette nouvelle étape des relations bilatérales entre le Mexique et Cuba a pour but de consolider une nouvelle étape dans les liens et de promouvoir le développement dans les domaines économique, commercial, éducatif et culturel. Etape qui aboutit à la signature d’un communiqué commun qui exprime la volonté de fortifier aussi la coopération pour faire face aux effets de la crise du Covid-19 et les nouveaux défis en matière de Santé.

Sur les réseaux sociaux, le secrétaire aux Relations Extérieures, Marcelo Ebrard, a fait les éloges du rôle des médecins et des scientifiques cubains pour faire face à la situation d’urgence sanitaire en pleine recrudescence du blocus des Etats-Unis contre l’île : « Les vaccins cubains, efficaces, ont sauvé ce peule d’une immense tragédie, eu égard à l’impossibilité de les obtenir à l’extérieur du au blocus contre Cuba, qui s’est endurci en pleine pandémie ; nos sincères félicitations et notre reconnaissance ».

Outre le Sommet à venir des Amériques, la stratégie mexicaine impulsée au Triangle Nord de l’Amérique Centrale a été examinée afin de faire face aux causes des migrations. Outre les quelques membres de la délégation cités, s’ajoute la présence de l’honorable fonctionnaire Laura Elena Carrillo, responsable de l’opération des programmes Semence de Vie et des Jeunes qui construisent le Futur de l’Agence Mexicaine de Coopération pour le Développement, qui finance et coordonne en partie les travaux de ces schémas au Honduras, au Salvador et au Guatemala.

Remerciements à Alonso Urrutia, envoyé spécial à la Havane pour www.lajornada.mx

Antoine LUCI – Pôle Hispanique, Commission Relations Internationales du PRCF

 Pour  www.initiative-communiste.fr