Mascarade électorale dans la « République » islamique d’Iran, menaces démultipliées du camp impérialiste-capitaliste

Téhéran

Déclaration de la commission du PRCF, 19 juin 2021

Le Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF) relaie la déclaration du Parti communiste iranien Tudeh en date du 17 juin 2021 au sujet de l’élection présidentielle qui a débouché sur la victoire du réactionnaire Ebrahim Raïssi, décisionnaire clé de l’exécution de milliers d’opposants politiques (parmi lesquels de nombreux communistes) en 1988. Le fort taux d’abstention (près de 62%) témoigne de la fragilité croissante de la théocratie des ayatollahs au pouvoir depuis plus de 40 ans, qui débouche sur une violence islamiste ET de classe croissante envers les travailleurs et citoyens progressistes iraniens et étrangers. Solidaire du Tudeh, le PRCF apportera tout le soutien possible et nécessaire aux camarades communistes iraniens, aux travailleurs combattant l’exploitation capitaliste et aux forces démocratiques et républicaines anti-islamistes victimes de la féroce répression de la « République » islamique.

Pas question cependant de cautionner pour le moins du monde la politique agressive de Tel-Aviv, où le nouveau Premier ministre Naftali Bennett, millionnaire ultrasioniste qui se vantait d’avoir « tué beaucoup d’Arabes dans [s]a vie, sans que cela [lui] pose aucun problème », et de Washington qui a toujours combattu les forces progressistes – à commencer par les communistes – au Proche et Moyen-Orient, comme lorsque Carter puis Reagan armèrent les moudjahidines afghans contre le régime de Najibullah ou armèrent secrètement Khomeiny. Entendre de surcroît Joe Biden regretter que les Iraniens aient été privés d’un « processus électoral libre et honnête », alors que l’impérialisme états-unien ne cesse de s’ingérer dans les processus électoraux depuis au moins 1945 – comme l’avoue l’ancien directeur de la CIA, James Woolsey, en février 2018 – et que le système électoral états-unien est verrouillé par l’oligarchie capitaliste milliardaire, relève de la supercherie.

Cela n’empêche pas le responsable-adjoint du secteur international du PCF chargé du Maghreb et du Moyen-Orient d’affirmer, sans rire : « L’élection de J. Biden et le départ de B. Netanyahou peuvent également encourager l’amorce d’un timide dialogue entre Riyad et Téhéran ouvrant la voie à une possible détente. » Comme si l’impérialisme états-unien, le colonialisme sioniste et raciste et le wahhabisme ultraréactionnaire pouvaient être des solutions et des acteurs en faveur de la paix au Proche et Moyen-Orient, et de surcroît pacifier les ayatollahs !

Fidèle à sa ligne politique, le PRCF tiendra les deux bouts de la chaîne, à savoir le soutien inconditionnel et total aux forces communistes et progressistes luttant contre les forces capitalistes, obscurantistes et fascisantes du régime des ayatollahs, et le combat au sein du Front anti-impérialiste, contre le camp dont les États-Unis et leurs alliés affidés israélien et saoudien sont les principales figures de proue au Proche et Moyen-Orient.


Parti Tudeh d’Iran, Déclaration du Parti Tudeh d’Iran concernant les élections présidentielles qui auront lieu le 18 juin 2021 en Iran

Le NON historique du peuple, et des forces nationales et éprises de liberté de l’Iran, au régime théocratique autoritaire et à la mascarade scandaleuse des élections présidentielles du 18 juin 2021

Avancer vers la mise en place d’un mouvement social inclusif visant à rejeter le régime théocratique et à changer le système politique corrompu et anti-populaire en Iran !

Le Comité central du Parti Tudeh d’Iran boycotte le 18  Juin 2021 les élections présidentielles en fonction de sa politique de base de la défense de la paix, les droits et libertés démocratiques et la justice sociale, et dans le contexte de la lutte pour réaliser les exigences légitimes du travail .

Dans sa déclaration du 23, il affirme que ce n’est qu’un mirage qui ne servira qu’à la poursuite du régime autoritaire actuel. Par conséquent, l’attente de la tenue d' »élections libres » sous le régime despotique actuel, comme l’expérience de ces dernières années l’a montré, est creuse et totalement incompatible avec la nature et la fonction de ce régime. Dans la situation actuelle en Iran, dire « NON » à la tyrannie n’est possible qu’en refusant de participer à la mascarade actuelle de la présidentielle. »

« La seule façon de débarrasser la patrie de la dévastation causée par les politiques socio-économiques, culturelles et étrangères de ce régime est d’établir la domination du peuple ; une règle qui repose sur le mandat démocratique du peuple, la préservation de l’intégrité territoriale et la protection des intérêts nationaux et des droits de chaque citoyen iranien.

Le 16 juin, à la veille des élections présidentielles, le Parti Tudeh d’Iran s’est adressé au peuple iranien, déclarant : « Malgré tous les efforts désespérés des dirigeants de la République islamique, y compris les menaces du Guide suprême sur les conséquences de ne pas voter aux élections en cours, et en mettant en avant toutes les réserves politiques – comme un certain nombre de responsables de presse dits réformistes – pour faire l’éloge d’Ebrahim Raisi, dont les mains sont tachées du sang de milliers de combattants de la liberté de la nation, il est déjà clair qu’avec la vigilance du peuple et les efforts conjoints de l’écrasante majorité des forces nationales et épris de liberté du pays et des militants politiques et sociaux dans un boycott décisif et coordonné de cette mascarade anti-populaire, cet effort des dirigeants réactionnaires échouera certainement . »Les statistiques les plus récentes et les plus optimistes publiées par le ministère de l’Intérieur de la République islamique d’Iran sur la base de sondages menés, prédisent que le taux de participation sera compris entre 37 et 47%… Le plus bas de l’histoire des élections présidentielles des 42 dernières années !

Dans une allocution télévisée au public le même jour, Ali Khamenei, tout en admettant que le régime n’a pas pu organiser des « élections glorieuses », et en admettant le succès de la de boycott des élections par le peuple et l’écrasante majorité des forces nationales et progressistes, a déclaré : « Certains de ceux qui ont exprimé des doutes quant à la participation aux élections sont issus des segments marginalisés et défavorisés de la société […] L’absence de personnes aux élections signifie qu’ils prennent leurs distances par rapport au système [… ] Ils se plaignent et, à mon avis, ces plaintes sont valables, leurs décisions ne sont pas justes. »

L’identité du « vainqueur » de ces élections présidentielles est presque acquise d’avance… Le nom d’Ebrahim Raisi, l’organisateur de la catastrophe nationale de 1988 – le massacre de milliers de prisonniers politiques – et actuel chef de la justice oppressive, seront en quelque sorte tirés des urnes presque vides de ce processus discrédité. Les responsables du régime tenteront sans aucun doute de présenter une fausse image du NON historique à ces élections fictives, afin de déguiser leur échec historique et masquer la grande victoire du peuple iranien et des forces nationales et épris de liberté du pays.

Le Parti Tudeh d’Iran estime que l’effort uni d’une grande partie des forces sociales et des partis et organisations politiques du pays, pour boycotter efficacement et boycotter ce spectacle électoral, pourrait être une expérience importante pour nous tous. Ensemble, avec la demande commune de mettre fin à la dictature au pouvoir, la voie à suivre pour un mouvement social majeur pour défier un régime déjà englouti dans une crise politico-économique de sa propre initiative peut être ouverte. Notre Parti a toujours cru que le régime théocratique ne peut pas être réformé et que la seule façon de changer les conditions déplorables actuelles dans le pays est de lutter ensemble et de manière organisée sur la base d’une plate-forme commune. C’est pourquoi nous saluons le point de vue exprimé dans la déclaration d’un grand nombre d’activistes politiques et sociaux du pays, selon lequel : « 

Le spectacle scandaleux de l’élection le 18 ème juin marque un point tournant décisif et une fin une fois et pour tous à la théorie selon laquelle le régime islamique en Iran peut être réformé, – un système dans lequel, sous le terme « République » , une figure, le guide suprême, règne en fait sur l’ensemble des affaires du pays et a amené notre nation dans une situation misérable et ardue. La glorieuse et populaire Révolution de février 1979 a réussi dans le but de renverser la tyrannie individuelle du Shah, qui se déclarait « l’ombre de Dieu » sur Terre. La mise en place du système politique de la République a été l’une des réalisations de la Révolution – bien que cela ait été rapidement réduit par le clergé au pouvoir accédant au pouvoir et remplacé par la tyrannie absolue du Guide suprême.

Les dirigeants de la République islamique d’Iran sont bien conscients que notre société est sur le point de connaître des développements importants et potentiellement décisifs en raison des pressions économiques croissantes, du mécontentement et de la haine sans précédent de diverses institutions du gouvernement. Le seul moyen de contrer les plans du régime islamiste est le mouvement large, conscient et organisé d’un large éventail de forces sociales – des ouvriers et des paysans aux retraités, enseignants, infirmières et autres travailleurs, femmes, jeunes et étudiants et les forces politiques nationales et progressistes du pays.

Parti Tudeh d’Iran

17  Juin 2021