Manifestations monstres à Cuba pour soutenir la Révolution, exiger la fin du blocus criminel

Des centaines de citoyens cubains ont commencé à se rassembler dès l’aube de ce samedi 17 juillet 2021 à des points centraux de La Havane pour manifester en de la Révolution et en rejet du blocus économique illégal imposé par les États-Unis (US).

Comme en a témoigné la journaliste de TeleSUR correspondante à Cuba, Fabiola López, sur son compte Twitter que « ce n’est pas encore l’aube et voici à quoi ressemble le Malecón de La Havane. Des centaines de patriotes sont réunis autour de l’emblématique Hôtel Nacional pour défendre la Révolution ». Des images largement visibles sur les réseaux sociaux. Pied de nez populaire à Washington qui a tenté de manipuler les réseaux sociaux pour appeler à la violence et au chaos en s’appuyant sur les ravages économiques provoqués par son criminel blocus de Cuba et qui s’en est pris aux médias cubains par des cyber attaques.

Ce 17 juillet 2021, plus de 100 000 personnes sont venues sur l’esplanade de La Piragua, sur le front de mer de La Havane, pour montrer leur soutien à la de la Révolution et rejeter la campagne qui accompagne les tentatives de déstabilisation orchestrées depuis l’étranger contre la nation caribéenne.

Avec des drapeaux cubains et les drapeaux rouge et noir du Mouvement du 26 juillet, des photographies de Fidel Castro mais aussi de son frère Raúl, les personnes rassemblées ont clamé leur soutien à leur dirigeants face à l’agression et scandé des slogans en faveur de la Révolution.

Avec la présence du général d’armée Raúl Castro Ruz et du premier secrétaire du Parti communiste de Cuba et président Miguel Diaz-Canel, les discours appelant au cœur de La Havane à la de la Révolution et avec elle à celle de la liberté de la souveraineté de Cuba ont commencé peu après 07h00.

Des manifestations similaires ont eu lieu simultanément dans toutes les provinces du pays pour défendre la Révolution et le Socialisme.

Le président cubain a vigoureusement et courageusement répliqué à l’agression lancée depuis Washington par le nouvel occupant de la Maison Blanche contre Cuba, démontrant que Biden et Trump sont les deux faces du même impérialisme et du même exterminisme capitaliste.

« Nous n’allons pas permettre à quiconque de venir nous manipuler, il y a ici un peuple intelligent et digne », ont déclaré plusieurs participants au rassemblement sur le Malecon de La Havane.

Le président cubain, Miguel Díaz-Canel, a rejeté la guerre non conventionnelle menée contre l’île et les menaces à la sécurité nationale lancées par les États-Unis pour renverser la révolution.
Devant les plus de 100 000 personnes participant à la manifestation dans la capitale, manifestation à laquelle participait le général d’armée Raúl Castro, le président a également condamné les cyber-attaques contre les médias et les canaux officiels du gouvernement comme faisant partie d’une guerre non conventionnelle.

M. Díaz-Canel a dénoncé les tentatives d’attaquer le pays et, en même temps, de le désarmer de ses éventuels instruments de défense.

Le président a déclaré qu’aucun mensonge sur le pays n’a été créé par hasard, mais que tout est froidement calculé et conforme aux manuels d’intervention sur un territoire sans utiliser de technologie de guerre et par la peur.

Dans son discours, le chef de l’État a également fait allusion aux fausses images et fake news utilisées pour manipuler la réalité de l’île, dans le cadre de ce qu’il a appelé un bombardement médiatique.

Le chef de l’État a dénoncé les tentatives d’attaquer la nation et de la désarmer en même temps de ses éventuels instruments de défense, basées sur des cyber-attaques contre ses médias et les canaux officiels du gouvernement.

M. Díaz-Canel a rejeté les cyber-attaques contre des portails d’information tels que celui de la présidence, le journal quotidien Granma, ou encore le site d’information en ligne Cubadebate, alors que la veille encore, le site officiel du ministère des affaires étrangères, Cubaminrex, a été mis hors service pendant un certain temps en raison d’une attaque lancée par les États-Unis et dans d’autres pays.

M. Díaz-Canell a également appelé à mettre fin aux « mensonges, à l’infamie et à la haine ». Cuba appartient à tous, a-t-il dit, à tous les Cubains qui, où qu’ils soient, travaillent pour la voir avancer avec leurs propres jambes et bras vers un destin de prospérité possible, a-t-il dit.

17 juillet – La Havane : « Cuba ne sera jamais une terre de haine »

Miguel Díaz-Canel

En images et vidéo :

A la Havane

Quelle beauté, mon Cuba. C’est ma Moncada. C’est mon Girón. C’est ma réaffirmation révolutionnaire. Faites savoir au monde que les jeunes Cubains n’échoueront jamais.

Le soutien de l’ALBA, alliance internationale des peuples d’amériques latines, à la résistance du peuple de Cuba Socialiste contre l’agression américaine

Désinformation contre Cuba : laboratoires photographiques de ce qui s’est passé le 11 juillet

La manifestations du 11 juillet : violentes et illégales

La fabrique des fausses nouvelles lancées à fond par la propagandes des médias occidentaux