Mali : “IBK dégage” “barkhane allez vous en” De grandes manifestations après le massacre d’Ogossagou oblige le 1er ministre à démissionner.

Sous la pression de la rue, le premier ministre du régime Keïta a du démissioner ce 19 avril. Seulement 16 mois après sa nomination M Maïga doit quitter ses fonction et ce alors que se préparait le vote d’une motion de censure déposé par les députés de l’opposition ainsi que de la majorité.

Dans un pays à l’économie exangue, ravagée par la guerre et occupé par les forces militaires de l’ français, la colère populaire a explosé après le massacre de Ogassougou. Le 23 mars dernier, 160 habitants de ce village peul à la frontière avec le Burkina sont tués par des milices dogons prétendant lutter contre les djihadistes. En réalité, la France et son régime fantoche ont encouragé l’éclatement du , avec le développement de milices communautaires.

Le 18 avril, le député et président du parti pointait à l’assemblée la responsabilité du régime IBK, interpelant vivement son ministre de la défense :

” «Comme le ministre n’a pas de réponse sur la question relative à la prolifération des milices au Mali, je vais lui donner ma réponse. La prolifération des milices au Mali, s’explique par l’incapacité de l’Etat à protéger les citoyens » souligne l’élu de Kolondièba.

De fait le régime IBK ne dirige pas le Mali. En témoigne par exemple le déménagement du siège du G5 Sahel à Bamako, contre l’avis du Mali.

Le 5 avril, plus de 10 000 manifestants se sont rassembles à Bamako. Exigeant la démission du gouvernement et le départ des troupes françaises.

Initiative Communiste publie ci-dessous le communique de la coalition des Forces Patriotiques dont nos camarades du Parti Sadi compte parmi les initiateurs.

Communiqué de presse de la Coalition des Forces Patriotiques (COFOP)

La Coalition des Forces Patriotiques (COFOP) félicite l’ensemble des forces vives de la nation pour leur mobilisation sans précédent au rassemblement du vendredi 05 Avril 2019. Par la même occasion, la (COFOP) remercie l’Imam Mahmoud DICKO, le Cheick Cherif Bouyé Haïdara, les partis politiques, les associations et les organisations pour ce rassemblement patriotique.  La (COFOP) s’indigne des actes de répressions policières perpétrées dans certaines mosquées de Bamako et en appelle à plus de rétention.   La Coalition des Forces Patriotiques (COFOP) soutient également le maintien de ce rassemblement de tous les patriotes chaque vendredi jusqu’à la satisfaction totale de la volonté du peuple à savoir : la démission du Gouvernement, la dissolution de l’Assemblée Nationale et l’amélioration de la situation socio-économique, politique et sécuritaire du pays.La Coalition des Forces Patriotiques (COFOP) lance un vibrant appel à ses militants de rester mobilisés et de résister face à ce pouvoir incapable de faire face à ses engagements vis-à-vis du peuple travailleur du Mali et d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens.Vive le Mali, vive la résistance, vive la démocratie ! Qu’Allah bénisse le Mali et les maliens. Bamako, le 06 Avril 2019                                                                                                                                                                     Pour la conférence des Présidents
M.Mamadou TRAORE
NB: Le parti Sadi est membre fondateur de la COFOP (coalition des forces patriotiques ) créée en Octobre 2018.