L’UE, bloc impérialiste, est une machine de guerre contre l’indépendance et la souveraineté des pays et des hommes ! Jean ORTIZ & PCE

 

Deux articles, « Mea culpa » de Jean Ortiz et une déclaration du Parti Communiste d’Espagne (PCE), pour confirmer une tendance forte en Europe, depuis les événements en Grèce : il est de plus en plus difficile aux directions réformistes de tenir la ligne de « l’euro est notre monnaie » ou de « l’UE sociale ».

« Les faits sont têtus » comme le rappelait souvent Lénine.

L’accord entre le gouvernement Tsipras et la Troïka baptisée « les institutions » pour faire passer la pilule amère (qui espèrent-ils tromper avec ces procédés ?) ébranle tout le discours capitulard et menteur du PGE. Fini le temps où les communistes qui expliquaient sur la base d’une de classe de l’euro et de l’UE qu’il fallait sortir de cette prison des peuples étaient insultés, traités de lepénistes par le PCF, de nationalistes, de sociaux-chauvins (par les gauchistes et les sectaires).

Aujourd’hui ça craque de partout….Mais il faut accompagner cette pression ouvrière et populaire, il faut l’organiser sinon le risque existe que les chefs réformistes et opportunistes parviennent à noyer le poisson avec des positions « cul-entre-deux-chaises ».

Soyons clairs : exigeons la sortie de l’euro, de l’UE et de l’OTAN par la porte à gauche. Et que nul ne nous dise que nous oublions l’essentiel, la sortie du capitalisme. Car c’est par les trois sorties que nous ferons progresser dans les actes, et non par les postures, la quatrième sortie et la mise à l’ordre du jour, par les peuples, du Socialisme.

Europe : Mea Culpa

Par Jean Ortiz

« L’UE est devenue, selon Maastricht et consorts, une machine de guerre contre précisément l’ et la souveraineté des pays et des hommes. »

euro_degouline

Longtemps j’ai cru que pour changer les choses il valait mieux être dedans que dehors, ne pas laisser la chaise vide… Longtemps j’ai cru que l’on pourrait peut être un jour changer de l’intérieur cette Europe du pognon, cette création à mes yeux artificielle, qui entend mettre au pas pour l’éternité et sous la botte allemande et de la finance, les peuples, sommés de comprendre que hors du néolibéralisme : point de salut. Et qu’ils se le mettent bien dans la tête : il n’y a pas d’alternative ! Soumission et résignation. Et qu’ils passent sous les fourches caudines « d’experts », de « technocrates » non élus, de traités et pactes liberticides, sinon toute tête dissidente, comme celle de Tsipras, sera tranchée et brandie comme un trophée, écrit Ignacio Ramonet dans le « Diplo » édition espagnole. Avertissement à tous ceux qui voudraient un changement : la BCE, le FMI, l’UE, l’OMC… remplacent désormais les « marines », les « G’Is », l’armée allemande.

L’occupation de la Grèce par la chancelière allemande (cela fait froid dans le dos), par le FMI, l’UE et la BCE, le traumatisme ressenti par tous les militants de gauche, m’ont interpellé (comme l’on dit). La défaite ô combien douloureuse, l’humiliation publique, le quasi lynchage d’un dirigeant porté par son peuple, la violence, la brutalité de la fondée de pouvoir des banques et des « trusts » allemands, m’ont beaucoup secoué.

Dans cette Europe allemande et de la BCE, nous nous trouvons pieds et poings liés, la démocratie n’y est qu’un alibi, une feuille de vigne et les droits des peuples : du vent. Tous le vernis « européiste » a craqué. Tous les masques sont tombés ce 13 juillet, jour noir, très noir pour tous, pas seulement pour les Grecs, et est apparu le visage terrifiant (il ne lui manque que les petites moustaches) du marché, de ses grands banquiers et prêtres inquisiteurs, dame Merkel flanquée de son enfant de chœur français, chargé de veiller à ce que le torturé ne meure pas sous les supplices. A nu désormais ce néolibéralisme assoiffé de fric, de pouvoir pour mettre les peuples à genoux, et ce libre-échange impérialiste, ces Pactes et Traités supranationaux, qui corsètent, emprisonnent, les membres de l’Union Européenne, ne laissent que peu de marge aux gouvernements, la plupart bénis oui oui.

Nous venons de souffrir un échec sur une stratégie qui atteint ses limites, qui s’avère inefficace et en porte-à-faux avec les besoins de progrès social, de démocratie participative, de souveraineté. Sauf à être masochiste, il faut adapter la position traditionnelle des communistes. Ce bunker européen est irréformable. La preuve sans appel par la Grèce et sa mise sous tutelle, sous protectorat. L’UE est devenue, selon Maastricht et consorts, une machine de guerre contre précisément l’indépendance et la souveraineté des pays et des hommes.

Jamais plus aucun dirigeant démocratiquement élu ne doit subir le traitement dictatorial, dégradant, imposé à Tsipras. Cela est impossible sans changer de cadre. Jamais plus aucun chef d’État ne doit voir sa dignité bafouée par un quarteron de « collabos », d’exécutants zélés du capital.

Sortons de ce « machin », de cette prison. De nombreux économistes ont démontré que la sortie de l’euro à elle seule ne suffirait pas, mais qu’elle ne constituerait pas une catastrophe majeure comme on nous en rebat les oreilles. Y a- t-il pire que le pire ? J’ai mal à la Grèce. Je n’accable pas Tsipras (ne nous trompons pas de cible !) mais ceux qui lui ont mis un pistolet sur la tempe mériteraient d’être jugés pour crime contre l’humanité. Je ne signerai aucun texte, aucun appel. Je ne veux être manipulé que par ma conscience.

 *************************

« L’U.E. est la constitution d’un bloc impérialiste spécifiquement européen ». Situation en Grèce et Union européenne : position du PCE (Parti Communiste d’Espagne)

Jeudi 6 août 2015

L’actuelle Union européenne est, en ce moment, l’expression politique et institutionnelle la plus élevée de la constitution d’un bloc impérialiste spécifiquement européen.

Le Parti communiste d’Espagne a maintenu et maintient le principe du respect de l’autonomie d’action des organisations progressistes, ouvrières et de gauche des autres pays du monde et la compréhension de l’existence de différences d’analyse. Pour autant, le lien est clair entre les processus enclenchés en Grèce et en Espagne au cours des dernières années et les souffrances des peuples des deux pays sujets à des attaques similaires des grandes puissances capitalistes. Par conséquent, il est nécessaire, à partir des événements de ces derniers jours, d’émettre une série de considérations sur le résultat du processus de négociation entre la Grèce et l’Union européenne (sans oublier la participation du FMI) sur la question de la dette publique grecque et sur la mise en œuvre d’un ensemble complémentaire de mesures économiques dans le pays.

Les événements de ces dernières semaines permettent de confirmer, de façon absolument claire, la nature de l’UE : comme nous l’avons défini à notre XIXème congrès, l’Union européenne actuelle est, en ce moment, l’expression politique et institutionnelle la plus élevée de la constitution d’un bloc impérialiste spécifiquement européen. Les objectifs et le fonctionnement de l’UE sont conçus au service d’un pouvoir oligarchique d’origine financière, centré géographiquement sur l’Europe centrale, mais qui, en réalité, englobe également l’ensemble des capitalistes des autres pays de l’UE (y compris, bien sûr, d’Espagne).

Au cœur du projet d’intégration régionale européen se retrouvent, actuellement, trois aspects : l’accélération de la mise en œuvre de la solution néolibérale à la crise capitaliste dans tous les pays de l’UE, assurant l’écrasement de toute résistance, qu’elle provienne des pouvoirs économiques locaux ou des couches populaires ; l’accentuation de la prédominance du noyau sur les peuples européens (principalement sur ceux de la périphérie géographique, mais aussi sur les autres) ; et, enfin, l’application d’une stratégie de confrontation politique et économique à l’encontre le reste du monde, en particulier à l’encontre des pays émergents, ce qui se traduit en particulier par le renforcement de l’alliance avec les États-Unis à travers le TTIP. Pour sa signification interne et mondiale, vu son urgence, la lutte contre l’Accord transatlantique doit être aussi une de nos priorités, liée à l’ des événements qui se déroulent en Grèce et (de façon pour l’instant moins aiguë) dans d’autres pays de l’Union.

S’il y avait quelques doutes quant à la position de l’UE, les faits, surtout ces dernières années, aussi bien dans sa propre périphérie à l’ouest et au sud (Chypre, Espagne, Grèce, Irlande, Portugal) que dans sa sphère d’influence en construction à l’est (Ukraine) finit de les lever : le caractère soi-disant bienveillant des institutions de l’Union est devenue une force implacable au service des intérêts du noyau capitaliste, ruinant les populations, tordant les aspirations démocratiques et déstabilisant, économiquement et politiquement, tout pays dans lequel elles voient une résistance. Ainsi, l’Union européenne, et les puissances régionales qui la suivent, se caractérisent par l’application d’une politique implacable de domination. Cela révèle le mensonge de la rhétorique sur l’intégration européenne équitable, présentée comme la marque de fabrique du processus de « construction européenne ».

Ainsi, le 13 juillet, le gouvernement grec a accepté, sous la forte pression de l’Allemagne et de la France, de la Commission européenne et de l’Eurogroupe, un pacte léonin, après une lutte dure de quelque six mois. La menace d’expulsion de la Grèce de la zone euro a été l’arme de chantage utilisée pour obtenir une capitulation. Celle-ci va entraîner sans aucun doute des conséquences difficiles pour la Grèce, niant, à la racine, l’idée d’une Europe unie et pacifique, solidaire et égalitaire, pour laquelle la majorité sociale du continent a lutté pendant de nombreuses décennies.

L’accord attaque à nouveau l’économie et le peuple grecs, avec la poursuite des politiques d’austérité et la renonciation en conséquence à la souveraineté de l’État. Il en est ainsi, même si, comme l’a indiqué le gouvernement grec, reste envisagée, avec cet accord, la possibilité d’empêcher temporairement l’asphyxie ou l’effondrement financier, d’une restructuration ultérieure de la dette ou du maintien des lois adoptées concernant les employés du secteur public. Et encore, de façon terriblement paradoxale, le fait est qu’avec l’application de l’accord dans sa teneur réelle, la dette grecque devrait augmenter, la situation économique du pays continuer de se détériorer. De même, le discours officiel sur la « sauvegarde » de l’euro (qu’a tenu, entre autres, le ministre Guindos) est également clairement fallacieux, étant donné la possibilité que la situation extrême de la Grèce se reproduise dans d’autres pays du sud de l’Europe.

Nous considérons que la mise en œuvre du paquet de mesures économiques convenu en Grèce (qui n’est rien d’autre que la poursuite et l’approfondissement du processus subi par le peuple grec depuis 2010) amènera des conséquences économiques, politiques et sociales profondément négatives pour ce pays. Les réformes des retraites (avec l’horizon du déficit zéro) et des conventions collectives, convenues avec l’UE, ainsi que la hausse de la TVA (pour ne citer que certaines des mesures les plus importantes) visent directement à l’achèvement du processus de sortie, par la voie antisociale, de la crise en Grèce (également au bénéfice des puissances capitalistes grecs), garantissant la soumission des travailleurs au capital, avec une pleine efficience des mesures de pression économique (dirigées, encore une fois, contre les salaires).

De même, les dommages causés au reste de la souveraineté économique de la Grèce auront des conséquences décisives, à la lumière du paquet de mesures contenues dans l’accord, en raison du programme imposé de privatisations massives qui placera les secteurs fondamentaux de l’économie du pays (transport, télécommunications, énergie, services bancaires, etc.) encore aux mains du public, sous la propriété des grands groupes capitalistes de l’UE. Il ne faut pas sous-estimer cette question parce qu’un secteur public, efficace et développé, est l’une des clés fondamentales pour faire avancer une politique de transformation un tant soit peu significative. Également, dans cette même stratégie « prédatrice » de l’UE, la déréglementation et « l ’ouverture » des marchés à l’étranger cherchent à accélérer le processus de concentration et de centralisation du capital. La réalisation de toutes ces mesures revient, tout bonnement, à transformer définitivement la Grèce dans une semi-colonie économique de l’UE.

De même, on ne peut que constater la position du gouvernement du Parti populaire, Rajoy en tête, de collaboration avec la stratégie et les interventions de l’UE en Grèce, suivant une corrélation étroite avec la politique d’écrasement des de la classe ouvrière en Espagne. Cette position du gouvernement espagnol, laquais du gouvernement d’Angela Merkel, doit être sanctionnée par les citoyens de notre pays dans les rues et dans les urnes. En acceptant de se rendre complice de la nouvelle tentative de détruire la Grèce, d’attaquer la démocratie et d’écraser un peuple, qui est déjà dans une situation sociale terrible, il montre sa véritable position politique et morale.drapeau UE Grèce

Le principe fondamental du moment est qu’il est, tout simplement, impossible de « gérer » le paquet de mesures farouchement néolibérales signé avec l’Union européenne. La cohérence, totale et détaillée de ce paquet (non seulement parce que cela est exigé par les institutions de l’Union, mais de par sa nature même) rend directement impossible de limiter, même un peu, sa portée. Il n’est pas davantage réaliste de compter parvenir à une nouvelle « croissance » économique en Grèce grâce à l’arrivée présumée de nouveaux investissements étrangers, tout en restant dans le cadre de l’application de ce paquet de mesures. Cela est non seulement improbable mais, même dans ce cas, la nouvelle activité économique aurait lieu dans des conditions répondant aux intérêts des investisseurs étrangers, sur la base d’une plus grande exploitation des travailleurs, et non aux besoins du peuple grec. Et il est encore moins vrai de prétendre que la sortie du pays de la zone euro, même si elle avait lieu soudainement, serait le prélude à une véritable apocalypse économique et sociale, sans pour autant ignorer le scénario extrêmement complexe qui s’ouvrirait à son développement. La mise en œuvre du paquet de mesures ne peut que perpétuer le caractère périphérique et dépendant de l’économie de la Grèce par rapport au noyau capitaliste de l’UE.

La « gestion » de la barbarie néolibérale a été le but de la social-démocratie européenne dans un passé récent, avec un développement incohérent depuis le début et un échec retentissant dans son résultat final. Cela a contribué à juste titre à son déclin politique aujourd’hui et à sa position de plus en plus subordonnée dans l’alliance avec les forces conservatrices et libérales au sein de l’UE. Le développement de la crise en Grèce amène à assimiler une leçon essentielle : on ne résiste au pouvoir de l’Union européenne qu’en reprenant une véritable souveraineté populaire, ce qui passe par le contrôle public sur les leviers économiques de base (notamment les mécanismes capables de contrer les actions de guerre financière contre le pays). De même, on ne peut pas assimiler le maintien dans l’Union économique et monétaire ou dans l’Union européenne elle-même, à un principe dogmatique, sans l’associer à la sauvegarde des droits, des intérêts et des besoins vitaux de la population.

Enfin, nous ne devons pas tomber dans le piège d’accepter implicitement que le rejet de l’ensemble des mesures convenues (impliquant le rejet des paquets de mesures précédentes) représenterait un appui aux intérêts des différentes puissances capitalistes nationales. En effet, dans les pays du sud de l’Europe, il est plus que nécessaire de mettre en chantier une politique de profonde transformation économique, politique et sociale. Le contenu de ces changements n’a rien à voir avec la rhétorique des « réformes » tel qu’elle est acceptée couramment dans une grande partie de l’UE, mais au contraire avec des réalisations au service de la majorité de la société européenne. Ainsi, l’engagement du PCE porte, en conformité avec les résolutions et les thèses de son XIXéme congrès, un programme urgent de mesures économiques et politiques en Espagne, contre l’euro, contre les politiques d’ajustement et le projet néolibéral en Europe, sur les points suivants :

  1. Réaliser un audit de la dette avec la constitution de mécanismes opérationnels permettant la participation de la société.
  2. Rejeter le paiement de la dette illégitime, et rejeter en même temps qu’un déficit soit généré pour le financement des services publics et des politiques de protection sociale.
  3. Sur cette décision souveraine de non-paiement de la dette illégitime, initier un processus de renégociation de la dette, sur la base du rejet du pacte d’austérité européen, avec l’objectif d’éviter que le paiement de la dette amène une aggravation de conditions de vie et de des couches populaires et des travailleurs.
  4. S’opposer à l’intervention de notre pays dans le camp des puissances économiques européennes et rejeter tout « mémorandum », même imposé par un prétendu « gouvernement de salut national » ou un « gouvernement technocratique ».
  5. Promouvoir la création d’un bloc régional des pays débiteurs pour générer une convergence de forces contre les créanciers financiers.

Cela conduit à la nécessité de progresser vers une large alliance européenne pour faire face, de façon unie, à une Union européenne dont le sens est devenu clair. Les fortes mobilisations qui se sont développées dans de nombreuses parties de l’Europe, mobilisations inédites depuis de nombreuses années, auxquelles de nombreuses personnes ont participé, ont démontré que cet état d’esprit progressait, non seulement par solidarité, mais contre le danger pour son propre pays.

Devant cette situation, le PCE ne peut pas se contenter de contempler l’admirable exemple des peuples d’Amérique latine qui élaborent un modèle d’intégration régionale, solidaire, sur une architecture institutionnelle horizontale, basé sur l’unité populaire, l’élan de processus constituants et la restauration de la souveraineté populaire, contre les oligarchies locales, la stratégie néolibérale et la puissance impérialiste.

L’heure est venue aussi pour les peuples de toute l’Europe d’être à leur tour bâtisseurs de l’avenir. Ce processus avancera rapidement dans le continent avec le renforcement des liens de solidarité, en particulier (mais pas seulement) au sud. Nul doute que le chemin est difficile et, bien sûr, incertain. Toutefois, la certitude est qu’il se trouve parmi les peuples, face au nouvel ordre de Bruxelles, et qu’il doit servir à dissiper les doutes et commencer à avancer.

Madrid, 16 juillet 2015