Le New York Times confirme que ce n’est pas le Venezuela qui a incendié les camions à la frontière colombienne !

Plus de deux semaines après la provocation lancée par les USA à la frontière colombienne du , dans la ville de Cucutta, trois journalistes du , peu suspects de sympathie chaviste, ont le courage de dénoncer la qui visait à faire passer le gouvernement Maduro pour un gouvernement violent incendiant de l’aide humanitaire.

La provocation avait été bien montée, avec un grand concert, puis l’envoi de camions sur un pont franchissant la rivière séparant la Colombie du Venezuela. Immédiatement, des émeutiers venus de Colombie lançaient un assaut ultra violent contre la frontière, blessant des centaines de civils vénézuéliens et des policiers, défendant leur pays, le Venezuela. Les deux camions brûlaient : immédiatement, Washington et l’ensemble des rédactions des médias occidentaux, hurlant à l’unisson du régime Trump, accusaient le président élu du Venezuela d’avoir fait brûler ces deux camions. Immédiatement, Washington tentait de s’appuyer sur cette provocation grotesque pour saisir le conseil de sécurité de l’ONU, pour essayer de faire passer une résolution leur permettant d’envahir ce pays, démocratique et souverain, contre lequel ils ont lancé un féroce blocus économique.

Censuré en France, le gouvernement du Venezuela expliquait que les camions ont été incendiés par les assaillants, les putschistes ultra violents de Guaidó, l’homme de Trump. Rares sont les médias indépendants à avoir immédiatement expliqué la situation. Nous sommes fiers d’être de ceux là. Des voix libres au service de l’information et, à travers elle, de la paix.

Nous traduisons, ci-dessous pour les lecteurs francophones, puisqu’aucun quotidien français ne l’a fait à notre connaissance, l’enquête des trois journalistes du NYT. Une enquête qui démasque un média mensonge dans la droite ligne de toutes les provocations de l’impérialisme US, de Timisoara aux couveuses du Koweït, en passant par les armes de destruction massive de Saddam… et qui établit une très longue liste de mensonges et de manipulations du régime US et de ses séides colombiens :

  • Il n’y avait pas de médicaments dans les camions, mais que du savon, du dentifrice, des masques et des gants
  • Les images vidéos transmises ont été coupées et trafiquées pour faire croire que ce sont les tirs de gaz lacrymogène des gendarmes vénézuéliens qui auraient enflammé les deux camions
  • Les vidéos complètes montrent, en fait, qu’un même émeutier du putschiste Guaidó a incendié, à coups de cocktails Molotov, volontairement ou accidentellement, les deux camions.

Une vidéo contredit l’allégation américaine selon laquelle un convoi d’aide incendié par Nicolás Maduro

par Nicholas Casey, Christoph Koettl et Deborah Acosta

10 mars 2019

New York Times

CÚCUTA, Colombie – La narration semblait coller au régime autoritaire du Venezuela: les forces de sécurité, sur ordre du président Nicolás Maduro, avaient incendié un convoi d’aide humanitaire alors que des millions de personnes dans son pays souffraient de la maladie et de la faim.

Le vice-président Mike Pence écrivait que “le tyran de Caracas a dansé” alors que ses hommes de main “brûlaient de la nourriture et des médicaments”. Le département d’Etat a publié une vidéo dans laquelle il était indiqué que M. Maduro avait ordonné que les camions soient brûlés. Et l’opposition du Venezuela a retenu les images de l’aide brûlante, reproduite sur des dizaines de sites d’information et d’écrans de télévision en Amérique latine, comme preuve de la cruauté de M. Maduro.

Mais il y a un problème : c’est l’opposition elle-même, pas les hommes de M. Maduro, qui apparait avoir mis le feu à la cargaison par accident.

Des séquences inédites obtenues par le New York Times et des bandes précédemment publiées – y compris des séquences publiées par le gouvernement colombien, accusant M. Maduro d’être à l’origine de l’incendie – ont permis de reconstituer l’incident. Elles suggèrent qu’un cocktail Molotov lancé par un manifestant antigouvernemental était le déclencheur le plus probable de l’incendie.

À un moment donné, une bombe artisanale fabriquée à partir d’une bouteille est lancée sur la police, qui bloquait un pont reliant la Colombie et le Venezuela pour empêcher les camions d’aide de passer.

Mais le chiffon utilisé pour allumer le cocktail Molotov se sépare de la bouteille et se dirige plutôt vers le camion de secours.

Une demi-minute plus tard, ce camion est en flammes.

Le même manifestant peut être vu 20 minutes plus tôt, dans une vidéo différente, heurtant un autre camion avec un cocktail Molotov, sans y mettre le feu.

L’incendie de l’aide le mois dernier a entraîné une condamnation générale du gouvernement vénézuélien.

Plus de trois millions de personnes ont fui le pays en raison de la crise humanitaire provoquée par la mauvaise gestion de l’économie de M. Maduro. Les opposants politiques qui sont restés dans le pays sont confrontés à la répression de la part de ses forces de sécurité, beaucoup d’entre eux étant emprisonnés, torturés ou contraints à l’exil. De nombreux manifestants ont été tués et encore plus blessés lors de manifestations dans la rue.

De nombreux critiques de M. Maduro affirment qu’il a ordonné d’incendier des médicaments pendant la confrontation à la frontière – bien que beaucoup de ses compatriotes soient morts de pénurie de médicaments dans les hôpitaux.

Pourtant, selon des vidéos et des entretiens, l’affirmation selon laquelle des médicaments seraient expédiés serait également non fondée.

L’Agence des États-Unis pour le développement (USAID), principal fournisseur de l’aide sur le pont, n’a pas inscrit de médicaments parmi ses dons. Ce jour-là, un haut responsable de l’opposition sur le pont a déclaré au Times que l’expédition brûlée contenait des fournitures médicales telles que des masques faciaux et des gants, mais pas de médicaments. Et les clips visionnés par le Times montrent que certaines des boîtes contenaient des kits d’hygiène, que les Américains ont identifiés comme contenant du savon et du dentifrice.

Pourtant, l’affirmation selon laquelle M. Maduro a brûlé des médicaments a persisté.

“Maduro a menti sur la crise humanitaire au Venezuela, il a passé des contrats avec des criminels pour qu’ils brûlent de la nourriture et des médicaments destinés au peuple vénézuélien”, a écrit John R. Bolton, conseiller en sécurité nationale du président Trump, dans un message publié sur Twitter le 2 mars.

Après avoir été contacté par le Times à propos de ces affirmations, des responsables américains ont publié une déclaration dans laquelle il décrivait comment l’incendie avait commencé plus prudemment.

“Selon des témoins oculaires, l’incendie a commencé lorsque les forces de Maduro ont bloqué violemment l’entrée de l’aide humanitaire”, indique le communiqué. Il n’a pas précisé que les forces de M. Maduro ont allumé le feu.

Les responsables américains ont également noté que, quelles que soient les circonstances, ils avaient tenu M. Maduro pour responsable, car il avait bloqué les camions d’aide humanitaire ce jour-là, punissant les Vénézuéliens dans le besoin.

“Maduro est responsable de la création des conditions de la violence”, a déclaré Garrett Marquis, porte-parole du Conseil de sécurité nationale. “Ses voyous ont refusé l’entrée de tonnes de nourriture et de médicaments, alors que des milliers de volontaires courageux ont cherché à protéger et à fournir de l’aide aux familles vénézuéliennes.”

L’envoi d’aide a créé une épreuve de force sans pareille à la frontière entre la Colombie et le Venezuela ces dernières années.

Le 23 février, l’opposition du Venezuela a envisagé de lever un blocus militaire imposé par M. Maduro, dans l’espoir que les forces de sécurité du président rompent avec lui au lieu d’interrompre une aide indispensable. Ils ont fait valoir qu’une cascade de défections dans l’armée suivrait, renversant finalement le gouvernement.

Au lieu de cela, les forces de sécurité de M. Maduro, ainsi que des gangs liés au gouvernement, ont attaqué des manifestants armés de pierres et de cocktails Molotov. L’un des camions d’aide a brûlé dans la mêlée, déclenchant la guerre des mots acharnée pour déterminer qui était responsable.

Le gouvernement de M. Maduro a également présenté des affirmations non fondées, à commencer par son insistance de longue date sur l’absence de pénurie alimentaire au Venezuela.

Il a également affirmé que l’envoi d’aide contenait des fournitures périmées ou des armes américaines.

Mais une affirmation qui semble être étayée par une séquence vidéo est que les manifestants ont allumé le feu.

“Ils ont tenté une opération sous fausse bannière, selon laquelle le peuple du Venezuela aurait brûlé un camion transportant de la nourriture avariée – non, non, non, c’est eux-mêmes, c’est les criminels d’Iván Duque”, a déclaré M. Maduro à la foule, se référant au président de la Colombie.

Le jour du convoi, le gouvernement colombien s’est rapidement imposé comme le principal moteur de la théorie que M. Maduro soit derrière le feu. La vice-présidente Marta Lucía Ramírez a publié une photo de ce qu’elle a dit être «l’un des camions incinérés par des gangs sur ordre de Maduro».

Après la destruction du camion, le gouvernement colombien a envoyé des images de la vidéosurveillance du pont à des responsables américains et à des journalistes colombiens, selon les responsables et les journalistes qui les ont reçues.

Les images ont été montées pour montrer des cercles autour des forces de sécurité vénézuéliennes jetant des cartouches de gaz lacrymogène, qui explosent sous l’impact, vers le convoi d’aide humanitaire. Des images ultérieures montrent le camion en train de s’enflammer, ce qui laisse supposer que ce sont les autorités vénézuéliennes qui en sont responsables.

Mais les images distribuées par le gouvernement colombien suppriment la période de 13 minutes qui précède le début de l’incendie. Les représentants du bureau de M. Duque n’ont pas diffusé la vidéo complète après les demandes répétées du Times.

Les manifestants qui ont lancé des cocktails Molotov depuis le pont insistaient pour accuser les forces de M. Maduro, et non leurs bombes artisanales, d’avoir mis le feu.

Junior José Quevedo, 23 ans, a déclaré qu’il était arrivé à 7 heures ce jour-là et avait tenté de convaincre les policiers de laisser passer l’aide. «Mais ensuite, un autre groupe armé est venu de colectivos», a-t-il déclaré, faisant référence à des gangs alignés sur le gouvernement.

Adalberto Rondón, un autre lanceur de bombes sur le pont ce jour-là, a déclaré que c’est la Garde Nationale (NDT GNB, gendarmerie venezuelienne) qui a mis le feu.

Le même récit a été largement repris ce jour-là par les autorités américaines.

«Chacun des camions incendiés par Maduro transportait 20 tonnes de nourriture et de médicaments», a écrit le sénateur Marco Rubio sur Twitter, réitérant une affirmation publiée par un réseau d’informations colombien. “C’est un crime et si le droit international veut tout dire, il doit en payer le prix fort.”

Contacté par le Times au sujet de l’enregistrement samedi, un porte-parole de M. Rubio n’a pas précisé qui a brûlé les camions, affirmant dans un communiqué que “Maduro porte l’entière responsabilité de la destruction de l’aide humanitaire”.

Juan Guaidó, chef de l’opposition vénézuélienne, a affirmé avec ferveur que l’aide contenait des médicaments et que ceux-ci avaient également été brûlés par M. Maduro.

Interrogé jeudi par le Times sur des informations contradictoires sur le contenu du camion, Edward Rodríguez, un porte-parole de M. Guaidó, a déclaré qu’il “n’avait pas les informations exactes” et a posé des questions à Gaby Arellano, un législateur chargé de la distribution de l’aide.

Mme Arellano n’a pas pu être contactée pour commenter la semaine dernière. Cependant, interrogée par le Times sur le pont, peu après que le camion a brûlé le 23 février, Mme Arellano a déclaré que le camion ne transportait aucun médicament.

«Il y avait des masques faciaux, des seringues, des gants, tout ce que vous utilisez dans une salle d’opération», a-t-elle déclaré.

Mme Arellano a également déclaré que les forces de sécurité de M. Maduro avaient brûlé la cargaison en lançant des bouteilles de gaz lacrymogène qui ont explosé sur le véhicule.

«Les bombes lacrymogènes jettent une étincelle quand elles tombent», a-t-elle déclaré. “Puisqu’il y avait des boîtes, quand la première est tombée, tout a brûlé.”

Lorsqu’on lui a demandé si cela avait été fait exprès, elle a répondu: «Il ne pouvait y avoir aucune autre raison, n’est-ce pas? Le monde est là, tout a été enregistré en direct par les médias. Il y a même des vidéos où vous pouvez voir tout ce qui se passe. “

Nicholas Casey reporter à Cúcuta, et Christoph Koettl et Deborah Acosta de New York. Albinson Linares a fourni des reportages de Cúcuta et Anjali Singhvi de New York.