Au cours de son gouvernement de 4 ans, Sankara a construit 350 écoles et développé une campagne d’alphabétisation de masse, qui a augmenté le taux d’alphabétisation du Burkina Faso de 60 pour cent. Entreprenant la libération de son pays des griffes de la France Afrique et du FMI, il a été victime d’un coup d’Etat soutenu par les autorités de Paris. Alors qu’un procès s’ouvre enfin, ce vendredi 15 octobre 2021, le peuple burkinabè se souvient de l’assassinat du leader révolutionnaire et président socialiste Thomas Sankara (1983-1987), qui défendait le respect de l’environnement, le panafricanisme, les droits des femmes et l’autonomie de son pays.

Thomas Sankara est arrivé au pouvoir grâce à un mouvement révolutionnaire qui a reçu un large soutien populaire. Dans une perspective de renouveau national, il a nommé le Burkina Faso « Haute-Volta », ce qui signifie « le pays des hommes intègres ».

Il a suspendu les taxes rurales et encouragé les réformes de la propriété foncière pour réduire les taux de pauvreté et augmenter la production nationale. Il a également construit 350 nouvelles écoles et développé une campagne d’alphabétisation de masse, qui a augmenté le taux d’alphabétisation du Burkina Faso de 60 pour cent.

Pour garantir l’équité entre les sexes, il interdit les mutilations génitales féminines, les mariages forcés et la polygamie. Grâce à cette approche, au cours de son gouvernement de 4 ans, le nombre de filles dans les écoles a augmenté et de nombreuses femmes ont occupé des postes gouvernementaux.

Sankara a également renforcé le système national de santé publique, ce qui a permis à 2,5 millions d’enfants de recevoir des vaccins contre la méningite, la fièvre jaune et la rougeole. En outre, le leader socialiste a affronté des fonctionnaires corrompus et construit des chemins de fer dans tout le pays.

Pour éviter l’influence du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale dans son pays, Sankara a nationalisé les ressources naturelles et favorisé la réduction de la dette extérieure, qu’il considérait comme un instrument de soumission impérialiste.

Le 15 octobre 1987, un commando armé de fabrication française a attaqué le Conseil de l’Entente de Ouagadougou et a tué Sankara et certains de ses collaborateurs.

« Les dirigeants révolutionnaires peuvent être assassinés, mais pas leurs idées : ils restent toujours dans l’esprit de leurs peuples », a déclaré Sankara.

Parmi les accusés, Compaoré et Dinederé, visés des chefs d’accusation de complicités d’assassinats et attentat à la sûreté de l’état. Compaoré n’est pas sur le banc des accusés, réfugié et protéger par les régime de Cote d’Ivoire, à la main de Paris.

Le dossier compte près de 20 000 pages, composé « d’auditions de témoins, d’enregistrements, d’images et vidéos, de rapports d’expertise », ainsi que des trois lots de documents déclassifiés par la France. Présente au procès, Mariam Sankara l’épouse de Thomas Sankara a fait le déplacement depuis Montpellier.

Le juge Urbain Meda, président de la chambre de jugement de première instance du tribunal militaire de Ouagadougou, n’a pas accédé à la requête des avocats de la partie civile demandant que ce procès historique soit filmé. Une décision condamnée par le secrétaire général du comité international du mémorial Thomas Sankara.

« Nous sommes un peu dégoûtés. Dans les grandes démocraties, il y a toujours une histoire. Le déroulement effectif de ce procès longtemps attendu partout dans le monde méritait que des historiens, des chercheurs puissent dans vingt ans, trente ans, cinquante ans s’y pencher« 

www.initiative-communiste.fr

Le dossier spécial Sankara d’Initiative Communiste