Irak, EIIL et “choc des civilisations” : Changement de moteur idéologique pour la construction européenne

“Changement de moteur idéologique pour la

conflits-modernes-8d627Commentaire sur l’article « l’Etat islamique en et au Levant » de José Fort qui dévoile le fait que cette EEIL est une création de l’USA et de ses alliés.

Nous allons montrer un lien stratégique de propagande idéologique pour l’UE un peu plus tard. Cette opération montée d’EEIL qui massacre les chrétiens d’irak, les Jésides, les musulmans chiites et les musulmans sunnites qui ne sont pas d’accord a plusieurs objectifs:

  1. Des objectifs géostratégiques immédiats: fournir un prétexte pour renforcer les troupes en Irak , près des puits de pétrole, dans une région au centre du triangle Europe ­Asie ­Afrique. Empêcher l’émergence d’un état fonctionnel qui risquerait de s’éloigner des USA en plongeant la région dans un chaos contrôlé.
  2. Mais n’oublions pas non plus l’importance idéologique pour la légitimation de l’union européenne. Nous vivons une époque où la sociale­ démocratie qui fut à l’avant ­garde idéologique de la construction européenne est en train de disparaître peu à peu. Le grand capital transatlantique a donc besoin d’un autre moteur idéologique pour justifier auprès des populations la construction européenne et l’union transatlantique. Il s’agit de mettre au centre du débat le “choc des civilisations” avec d’un côté “le bloc occidental” UE­ USA face aux autres “civilisations” prétendues barbares, à commencer par la “civilisation arabo-­islamique”. Le but est de déstabiliser “l’aire de civilisation arabo-­islamique”, de la plonger dans le sous­-développement et la pire des réactions obscurantistes par mouvements islamistes interposés afin de construire une image de l’ennemi susceptible de souder les populations d’Europe et des USA autour de l’union économique transatlantique. C’est là tout l’intérêt pour le grand capital transatlantique du massacres des minorités religieuses au proche orient. Un massacre dont les élites atlantistes sont à l’origine mais qui vont rejeter la faute sur la “civilisation islamique”. Pour cette raison, l’axe UM’Pen va désormais prendre le relais de l’axe UMPS pour sauver l’union européenne, en avançant un “patriotisme de civilisation” contre une prétendue “barbarie islamique”.
José FORT

Les djihadistes de « l’Etat islamique en Irak et au Levant » sont des monstres. Personne ou presque ne le conteste. Mais s’en tenir à ce constat et à la compassion pour les populations martyrisées relève de l’escroquerie. Ces monstres ont été enfantés par le prix Nobel de la paix Obama, Hollande et la plupart des dirigeants occidentaux.

D’ou vient l’argent ? D’où viennent les armes ?

L’organisation terroriste dispose de moyens financiers considérables. L’argent provient de plusieurs pays du Golfe alliés de Washington et bien en vu à Paris, de braquages comme celui de la succursale de la banque centrale irakienne à Mossoul au début du mois de juin avec un butin de 425 millions de dollars, du commerce du pétrole avec la production de plusieurs raffineries comme celles de Tikrīt et Baiji et … du pillage d’antiquités vendus au prix fort en Occident par des réseaux mafieux.

D’où viennent les armes ? Un grand merci au grand Sam et à ses copains de Londres et de Paris. Le matériel fourni aux opposants à Bachar el Assad est passé à 90% entre les mains des Djihadistes avec en prime les reliquats des arsenaux libyens ainsi que des blindés, des tanks et de l’armement lourd de fabrication étasunienne pris à l’armée irakienne en déroute.

Les talibans en Afghanistan avaient été armés par Reagan au nom de la défense du « monde libre » avec les résultats que l’on connaît. Les « contras » au Nicaragua avaient bénéficié des mêmes largesses.

Du temps du dictateur nicaraguayen Somoza, à Washington les officiels avaient pour habitude de dire : « Somoza est peut-être un fils de pute, mais c’est notre fils de pute. » Les dirigeants occidentaux pourront désormais dire eux aussi à propos des djihadistes : « ce sont des monstres, mais ce sont nos monstres. »

José Fort