India Walton, une socialiste en voie de devenir maire de Buffalo aux États-Unis

India Walton, une travailleuse sociale afro-américaine, a remporté mardi la primaire municipale démocrate à Buffalo, ville de 250 000 habitants située dans l’État de New York et bien connue pour sa proximité des chutes du Niagara. Et elle a ainsi toutes les chances de devenir, le 2 novembre, la première maire socialiste d’une grande ville américaine depuis plus de soixante ans. En effet aucun candidat républicain ne se présente dans cette ville largement dominée par le camp démocrate. India Walton a gagné par 52% contre 44.8% au maire actuel de la ville qui se présentait pourtant pour son cinquième mandat consécutif. Ce qui surprend encore plus, c’est que la candidate, soutenue par le parti des démocrates socialistes (Democratic Socialists of America) a confirmé que sa candidature était bien d’inspiration socialiste. Début novembre, elle devrait devenir la première maire socialiste d’une grande ville américaine depuis Frank Zeidler, qui a dirigé Milwaukee (Wisconsin) de 1948 à 1960.

Mère à 14 ans, après avoir quitté l’école avant la fin du lycée, India Walton a repris ses études pour décrocher un diplôme d’infirmière, et enfin de devenir travailleuse sociale.

Au cœur de son programme, une réforme de la police, qui la rendrait plus transparente et prompte à sanctionner les abus en interne, une plateforme ambitieuse sur le logement, avec notamment un système de plafonnement des loyers, et également l’idée de créer une banque publique régionale.

« En tant que troisième ville moyenne la plus pauvre de ce pays, nous devrions étudier comment mettre fin à la concentration de la pauvreté et des inégalités », a déclaré India Walton au quotidien Buffalo News, « et une orientation socialiste démocratique est un pas important pour y parvenir. »

Une percée au congrès….

C’est un nouveau succès pour le mouvement socialiste américain, qui a déjà fait entrer quatre des siens à la Chambre des représentants depuis 2018, la plus médiatique d’entre eux est Alexandria Ocasio-Cortez à New York. Au Tennessee l’une des ses candidates a été investie comme candidate au Sénat, sans cependant emporter le siège. Au niveau des États, il bénéficie d’une trentaine de représentants dans 16 congrès d’État.

En 2019, le mouvement avait obtenu six des 50 sièges du conseil municipal de la ville de Chicago et une douzaine d’autres conseiller dans le pays.

En , il a recueilli plus de 3.1 millions de voix.

Soutient critique de Sanders, le mouvement ne s’était pas engagé dans le soutien à Joe Biden. En Mars 2021, il a remporté la direction du parti démocrate du Nevada

et surtout dans la jeunesse

L’enquête annuelle menée par l’une des officines subventionnée de l’administration américaine pour conduire des campagnes anticommunistes a révélé en 2020 une excellente surprise. Le sondage réalisé par Yougov a ainsi révélé que le soutien au socialisme – ce qui signifie communisme pour les étasuniens – a bondi de 10 points au sein de la génération Z (les 16 – 23 ans) en passant de 40% en 2019 à 49% en septembre 2020 !

Dans la population générale, le soutien au capitalisme a lui baissé de 3 points, passant de 58 à 55M alors que le soutien au socialisme a progressé de 36% à 40%. En pratique, 78% considèrent que la lutte des classes est effective, répondant que “la division entre riches et pauvres est un problème majeur”. 68% estiment que les riches ne payent pas leur juste part d’impôts, et 49% déclarent qu’ ‘un changement complet de notre système économique” est nécessaire. Ce chiffre monte à 60% parmi les milléniaux (24 -39 ans) et 57 % dans la génération Z

30% de la génération Z a une opinion favorable du marxisme, 27% chez les milléniaux. 74% et 70% respectivement de ces générations ne considèrent pas que le marxisme est “un État totalitaire qui supprime la liberté de ses citoyens”.

Et un quart de la population américaine soutient “l’élimination graduelle du système capitaliste au profit d’un système plus socialiste”, là encore le soutien étant plus fort, avec respectivement 31 et 35% chez les jeunes générations.

Un score énorme lorsque l’on sait le niveau de persécution anticommuniste aux USA, avec des campagnes de criminalisation et de répression menées depuis plus d’un siècle !

La preuve que la crise covid-19 a ouvert bien des yeux outre-Atlantique. Et sans aucun doute une explication à grands effets de manche des déclarations non suivies des faits de l’équipe Biden.

JBC pour www.initiative-communiste.fr