France, terre d’asile pour les “Loups gris”?

C’est avec un sentiment d’horreur que nous apprenons que des militantes et dirigeantes historiques du ont été abattues froidement à Paris, manifestement par des « professionnels » en mission dont le pense qu’ils sont commandités par la dictature turque, celle-là même qu’on nous présente chaque jour comme une démocratie qu’il faudrait défendre contre la .

Quand la France accueille des militants persécutés pour leurs idées ou pour leur appartenance ethnique, elle se doit de les protéger. Elle se doit aussi de traquer les barbouzes qui agissent sur le territoire national pour le compte d’un État connu pour ses menées fascisantes à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières.

C’est un acte odieux, qu’il faut rattacher à la répression sauvage menée contre les militants progressistes kurdes et turcs par les gouvernements de (pilier de l’) et aux négociations  engagées avec le chef du PKK, en prison (après avoir été capturé au cours d’une opération menée conjointement par les services secrets américain, israélien et turc) . Ces tentatives de sabotage d’une solution négociée semblent donc venir de certains milieux ultra turcs opposés cette perspective utilisant  les “qui sont une bande fasciste plus ou moins manipulée pour accomplir les basses œuvres des services secrets turcs ou de certains cercles proches de ces milieux ou des services secrets occidentaux.

S’il est avéré que des forces occultes assassinent sur notre territoire, la rupture des relations diplomatiques est le minimum que la dignité nationale de la France oblige à envisager et non pas la préparation en commun, avec le pouvoir turc intégriste et son armée fascisante (qui occupe Chypre depuis 1974!), d’une agression impérialiste contre la Syrie !

Dans ces conditions, le PRCF appelle ses militants franciliens à assister à la manifestation destinée à obtenir de F. Hollande la protection des réfugiés politiques issus de Turquie et la mise hors d’état de nuire des barbouzes agissant pour un gouvernement étranger qui méprise la démocratie, menace la vie humaine et bafoue notre souveraineté.

COMMISSION INTERNATIONALE DU PRCF, 10 janvier 2013