Le forcené avec des bombes atomiques c’est Donald Trump, pas Kim Jong Un @Theintercept

Alors que menace de déclencher une guerre nucléaire, potentiellement mondiale puisque la Corée du Nord est un allié proche de la Chine et qu’elle partage une frontière également avec la Russie, le journal  The Intercept met les points sur les i : le forcené avec des bombes atomitques c’est Donald Trump, pas Kim Jong Un. Il est vrai qu’il n’y a guère eu qu’un autre forcené, forcené de l’ultra libéralisation, de la destruction du code du travail, de l’état d’urgence anti -démocratique et de la désintégration de la France dans l’OTAN et l’Union Européenne, le servil young leader de la banque Rothschild, vous avez reconnu Macron pour applaudir le milliardaire américain.

Rappelons que faisant chorus avec les propos de Trump, Macron a salué la détermination du président américain, qui menace les millions de femmes, d’enfants et d’hommes qui vivent en Corée de destructions jamais connues par l’Humanité. Son secrétaire d’État a lui carrément menacer de détruire le peuple nord- coréen. Comment appelle-t-on la destruction, l’extermination d’un peuple ? un génocide

Rappelons que durant la guerre de Corée, les USA et leurs alliés occidentaux ont déversé plus de bombes sur la Corée que durant la totalité de la seconde guerre mondiale dans l’ensemble du Pacifique. Qu’ils ont rasé la totalité des villes nord-coréennes. Qu’ils ont exterminé 3 millions de nord-coréens, tuant plus de 20% de la population. C’est-à-dire plus que les nazis en 4 ans d’occupation de la Pologne !

Pour en revenir à l’escalade guerrière, il est notable de rappeler qui est l’agresseur et qui est l’agressé. S’il est reproché à la Corée du Nord de tester des missiles, aucun de ceux ci n’ont pénétré l’espace national d’aucun autre pays. Rappelons que la France poursuit, comme le fait la Corée du Nord – les tests de son missile nucléaire intercontinentale M51. En revanche, les États Unis qui ont déployé une armée forte de plusieurs de dizaines de milliers d’hommes en Corée, viennent de mener depuis la fin du mois de mai 11 campagnes de bombardement au moyen de bombardiers stratégiques B1 vecteurs de bombes atomiques directement sur la frontière nord-coréenne. Qui provoque qui ? Qui menace qui ? les faits sont clairs.

JBC pour www.initiative-communiste.fr

A lire également :

Le forcené avec des bombes atomiques c’est Donald Trump, pas Kim Jong Un @Theintercept

Pour une fois, Donald Trump a raison sur un point. “Nous ne pouvons pas laisser un forcené avec des bombes atomiques en liberté comme ça”, a-t-il déclaré au président des Philippines Rodrigo Duterte, selon la transcription de leur conversation téléphonique bizarre qui a été divulguée par The Intercept au mois de mai dernier.

Le fou auquel le président américain se référait, bien sûr, c’était le dictateur nord-coréen Kim Jong Un. Le fou, dont nous devrions tous être préoccupés cependant, c’est Trump lui-même, qui, on a tendance à l’oublier, a seul le pouvoir exclusif et sans restriction de lancer près de 1000 ogives nucléaires en quelques minutes, comme cela lui plait.

La plupart des experts de la non-prolifération – on peut citer l’ancien président Jimmy Carter et un certain nombre d’anciens fonctionnaires du Pentagone et du Département d’Etat, à la fois républicains et démocrates – conviennent que Kim brutal et meurtrier, malgré toute ses forfanteries, n’est pas irrationnel ou suicidaire, mais agit pour la préservation de son régime et la prévention d’une attaque américaine. Les armes nucléaires sont un outil défensif et non une arme agressive pour les dirigeants nord-coréens – qui, comme le secrétaire à la défense de Bill Clinton William Perry le faisait remarquer sur Fox News en avril, peuvent être «impitoyables et … imprudents» mais «qui ne sont pas fous».

Vous avait saisi? Kim est mauvais, pas fou.

On ne peut pas en dire autant de The Donald. Vous pensez que je suis injuste? En février, un groupe de psychiatres, de psychologues et de travailleurs sociaux a écrit au New York Times «que la grave instabilité émotionnelle révélée par le discours et les actes de M. Trump le rend incapable de servir en toute sécurité en tant que président». En avril, un autre groupe d’expert de la santé mentale ont déclaré lors d’une conférence à l’École de médecine de l’Université de Yale que Trump était «paranoïaque» et «délirante» et ils ont fait référence à la «maladie mentale dangereuse du président».

N’est-il pas étonnant que tant de rapports récents suggèrent que les Sud-Coréens s’inquiètent davantage de Trump que de la menace posée par leur voisin hostile et paranoïaque?

Considérons la réaction de Trump cette semaine à une évaluation confidentielle des renseignements américains – divulguée par le Washington Post – que la RPDC est maintenant en mesure de construire une ogive nucléaire assez petite pour armer ses missiles. “La Corée du Nord ferait mieux de ne plus menacer les États-Unis”, a déclaré le président en réponse à la question d’un journaliste à son Bedminster Golf Club mardi. “Ils feront face à la fureur et au feu comme le monde n’en a jamais connu. Il a été très menaçant au-delà d’un état normal. Et comme je l’ai dit, ils feront face au feu, la fureur et la puissance brute que le monde n’a jamais vu auparavant “.

Comment ne s’agit-il pas d’une réponse de désescalade e du soi-disant Leader du monde libre? En mai, il a déclaré qu’il serait «honoré» de rencontrer Kim et l’a loué comme un «biscuit assez intelligent». En août, il prend une pause dans ses vacances de golf pour menacer à l’anéantissement nucléaire du pays de Kim (pas même sur la base d’une quelconque base de toute agression par la RPDC, par ailleurs, mais seulement leurs «menaces»).

Trump comprend-il la différence entre l’escalade et le désamorçage d’une crise nucléaire ? Écoutez le sénateur républicain John McCain, qui n’a jamais recontré une «nation voyou», qu’il ne voulait pas bombarder, envahir ou occuper. “Je m’oppose aux mots du président”, a déclaré McCain mardi, ajoutant: “Ce genre de rhétorique, je crois que cela n’aide pas”.

Je veux dire, à quel point êtes-vous fou de vous préconiser frappe nucléaire préventive que même McCain veut pas soutenir?

Trump est en forme, cependant, lorsqu’il s’agit de discuter des armes nucléaires. Au cours de la campagne présidentielle, en août 2016, l’invité de MSNBC et ex-député républicain Joe Scarborough a révélé que Trump, au cours d’une séance d’information d’une heure avec un conseiller principal en matière de politique étrangère, avait demandé trois fois l’utilisation d’armes nucléaires. À un moment donné lors de la réunion, selon Scarborough, le futur candidat à la présidentiel désormais élu a demandé à son conseiller: «Si nous les avions, pourquoi ne pouvons-nous pas les utiliser?

Etre si blasé, enthousiaste même, dans le déploiement de l’arme ultime de destruction massive est un indicateur flagrant de l’enfantillage, de l’ignorance, de la belliquosité et, oui, du dérangement de Trump. Voici un président qui est impulsif, erratique, instable ; Dont la vie et la carrière entières ont été définies par un manque complet d’empathie. Rappelez-vous sa stratégie pour vaincre ISIS? “bombardez les de merde” et “enlever leurs familles”.

Alors, pensez-vous que les victimes civiles étaient dans son esprit quand il a publié son avertissement de «feu et fureur»? Viens. De. Il.

Écoutez l’héritier dusénateur républicain McCain, le sénateur Lindsay Graham. “Si il devait y avoir une guerre pour arrêter [Kim], ce sera là-bas”, a déclaré Graham à Matt Lauer de NBC la semaine dernière, racontant une conversation récente qu’il avait avec le président. “Si des milliers meurent, ils vont mourir là-bas. Ils ne vont pas mourir ici – et il m’a dit ça à les yeux dans les yeux”.

«C’est une folie», a tweeté Kingston Reif, spécialiste du désarmement nucléaire de l’Arms Control Association, en réponse à la citation de Graham des propos de Trump. “La folie déchirée”.

Rappelez-vous que, il y a 72 ans, les États-Unis ont bombardé la deuxième bombe atomique sur le Japon, tuant plus de 39 000 personnes à Nagasaki. Trois jours plus tôt, la première bombe A avait tué plus de 66 000 personnes à Hiroshima. Mais une guerre nucléaire sur la péninsule coréenne ferait passer ces bombardements sur Hiroshima et Nagasaki à des chatouillis. Les experts estiment que même une guerre conventionnelle entre les États-Unis et la RPDC pourrait tuer plus d’un million de personnes. Un échange nucléaire, par conséquent, pourrait entraîner des dizaines de millions de morts. Le conseiller de sécurité nationale de Trump, H. R. McMaster, a admis qu’une telle attaque préventive par les États-Unis serait une «catastrophe humanitaire».

Le président s’en soucie-t-il ? Graham ne semble pas le penser. L’ancien nègre de Trump, Tony Schwartz, qui a passé 18 mois dans son entreprise tout en travaillant sur The Art of the Deal, a qualifié le président de «sociopath». En fait, une citation plus que tout autre est à retenir de l’entretien si discuté de Schwartz avec le New Yorker en juillet 2016 et, peut-être, elle devrait tous nous empécher de dormir la nuit. “Je crois sincèrement que si Trump gagne et obtient les codes nucléaires”, avait déclaré Schwartz, “il existe une excellente possibilité qu’il mènera à la fin de la civilisation”.

Nous ne pouvons pas dire que nous n’avions pas été averti.

traduction JBC pour www.initiative-communiste.fr