Face à l’épidémie de covid-19, la Polynésie française demande l’aide de Cuba

Ce 28 aout, les chiffres disait l’horreur de la vague épidémique frappant la polynésie française. A Papeete, 412 de nos concitoyens sont hospitalisés, 55 en réanimation. L’hôpital est tellement plein que les soignants après avoir transformés des bureaux en chambre ont du installer des malades dans le hall d’acceuil ! Pour mesurer ces chiffres, il faut rappeler que la polynésie française ne compte que 280 000 habitants. 412 hospitalisés c’est un taux d’hospitalisation de 147 personnes pour 100 000 habitants, cela correspondrait à 95 550 hospitalisés pour la population hexagonale. Soit presque la moitié du nombre de lits total d’hospitalisation ! Cette vague d’épidémie de covid-19 a provoqué déjà 385 décès officiels. A la morgue du centre hospitalier de la Polynésie française, le 27 aout à 11H on accueillait 13 défunts. Habituellement, la chambre funéraire n’accueille jamais plus de deux décès par jour ! En réalité d’après les entreprises funéraires, le bilan est encore plus dramatique puisqu’il ne prend en compte que les décès en miliers hospitaliers alors qu’une nette augmentation des décès à domicile est également observé. Poussy Timau, thanatopractrice au sein de l’entreprise funéraire Min Chiu rapporte ainsi à Tahiti infos.La semaine dernière, on a eu environ 25 décès à gérer par jour, uniquement du coté de Min Chiu. Parmi ces décès, 90% sont des cas Covid. Sur les 25 décès annoncés mercredi, il y en avait réellement beaucoup plus… C’est quasiment autant de décès à domicile sur la même journée

« Il s’agit d’une épidémie ascensionnelle jamais observée jusqu’ici. Le pays traverse actuellement une crise majeure comme il n’en a pas connue depuis la grippe espagnole », admet le ministre de la Santé de Tahiti.

La vague épidémique survenue peut après la visite d’E Macron à Papeete ne cesse de s’étendre avec un chiffre effrayant d’un taux d’incidente de près de 3% de la population sur 7 jours, cela alors que la population n’a été que peu vaccinée (93.7% des hospitalisés en réanimation ne sont pas vaccinés, et c’est le cas de 88% des hospitalisés alors que le taux de vaccination est de moins de 30%)

Dans ce contexte, et si de maigres et tardifs renforts en personnels soignants (250 environs) ont été promis aux Antilles, le gouvernement Macron n’envoie guère d’aide à nos concitoyens du pacifique (au total 26 soignants de la réserves sanitaires et 4 soignants militaires basés en Polynésie…). De fait, la France manque de soignants en raison de 30 ans de coupes ordonnées sous l’égide de l’Euro et de l’Union Européenne. C’était le cas pendant les 3 vagues de covid-19 frappant principalement l’hexagone et c’est le cas alors que l’épidémie frappe désormais fortement les départements et territoires de l’outre mer.

C’est pourquoi nos concitoyens en viennent à appeler à l’aide… Cuba. Cuba socialiste dont le système de soin et les personnels soignants fruits de la priorité donnée au besoin humain plutôt qu’aux profits du Capital est internationalement reconnu. Cuba socialiste qui est venu ces derniers mois à l’aide … de la Martinique.

La Polynésie française demande l’aide de Cuba

« Notre système de Santé atteint ses limites. A vrai dire elles sont déjà dépassées depuis plusieurs jours. Nos soignants sont débordés, et épuisés. Et je ne pense pas que nous ayons atteint le pic de l’épidémie.A situation exceptionnelle, demande exceptionnelle : j’ai envoyé une demande d’assistance à Cuba, au travers de son ambassadeur en France.J’espère qu’en cas de réponse positive de Cuba, notre gouvernement et l’Etat sauront saisir l’opportunité et accepter cette aide, comme ce fut le cas aux Antilles et en Guyane »

La Polynésie française demande l’aide de Cuba

MOETAI BROTHERSON
REPRÉSENTANT APF ET DÉPUTÉ DE LA 3ÈME CIRCONSCRIPTION.

JBC pour www.initiative-communiste.fr