Sous couvert d’actions humanitaires, les USA manipulent des jeunes dans une opération d’espionnage et subversion contre Cuba

USA amérique latineAssociated press a récemment révélé que les manipulent des jeunes dans une opération d’ et de subversion contre . A partir de fin 2009, des jeunes costariciens, vénézuéliens, péruviens etc… ont été envoyés à en se faisant passer pour des touristes, ou en prétendant agir dans le cadre d’activités civiques ou humanitaires. Leur objectif une fois sur place: « voyager autour de l’île pour repérer les personnes qu’ils pourraient transformer en activistes politiques » et « identifier les acteurs potentiels de changement social”.

zunzuneo-cuba_g Après l’affaire ZunZuneo (https://www.initiative-communiste.fr/articles/international/etat-voyou-les-usa-essayent-de-destabiliser-cuba-zunzuneo-le-twitter-cubain/), il apparait une nouvelle fois de façon éclatante que les Etats Unis poursuivent leurs opérations d’ingérences et de déstabilisation antidémocratique à Cuba. Force est de constater que les autorités américaines revendiquent même leur sale méthode, non seulement d’espionner et de tenter de déstabiliser un pays voisin pacifique, mais également pour cela d’exploiter des jeunes latinos inconscients des risques et pour des salaires de misères…   .

Ci-après, voici une traduction d’extrait de cet article d’AP, suivi d’un résumé de cette enquête

Les USA envoient des jeunes latinos n infiltration pour déstabiliser Cuba

Fernando Murillo était typique des jeunes latino-américains déployées par une agence américaine de travailler en civil à Cuba. Il avait peu de formation dans les dangers des opérations clandestines ou comment échapper à l’un des services de contre-espionnage les plus sophistiquées au monde.

Leur mission consistait à recruter des jeunes Cubains pour de l’activisme anti-gouvernement, ce qu’ils ont fait sous le couvert de programmes civils, y compris un atelier de prévention du VIH. Murillo était chargé de se signaler toutes les 48 heures et a été doté d’un ensemble de codes de sécurité. «J’ai mal à la tête», par exemple, signifiait que le Costa Ricains pensait que les Cubains l’observaient et que la mission devrait être suspendue.

Sur au moins deux ans, l’Agence américaine pour le développement international (USAID) connue pour gérer les milliards de dollars des États-Unis pour l’aide humanitaire (NB et assurer de fréquemment la couverture des opérations d’espionnage US) a envoyé près d’une douzaine de néophytes du Venezuela, du Costa Rica et du Pérou pour fommenter une opposition à Cuba. Si le danger était évident pour l’USAID, ce n’était pas le cas pour ses jeunes recrues: Un entrepreneur USAID, l’Américain Alan Gross, venait d’être condamné et enfermé dans une prison cubaine pour la contrebande dans la technologie sensible. Il y est encore.

USAID a engagé Creative Associates International, une société basée à Washington, dans le cadre d’un programme de la société civile contre le gouvernement communiste de Cuba. La même compagnie était au centre de la création d’un Twitter cubaine un réseau de messagerie révélé en Avril par l’Associated Press, conçu pour atteindre des centaines de milliers de Cubains.

Selon des documents internes obtenus par l’AP et des entrevues dans six pays, les jeunes agents de l’USAID sont présentés comme des touristes, ont visité les campus universitaires et ont utilisé une ruse qui pourrait nuire à la crédibilité de l’USAID dans le travail critique sur la santé dans le monde: Un atelier de prévention du VIH qu’on a appelé la couverture parfaite pour recruter des activistes, selon un rapport publié par le groupe de Murillo. Pour tous les risques, certaines jeunes recrues ont été payés aussi peu que $ 5,41 une heure.

Lundi, l’administration Obama a défendu le programme, et ce malgré sa reconnaissance que l’atelier sur le VIH servait un double objectif. “Cela a permis de soutenir la socité civile cubaine (NB pour parler clair l’opération d’espionnage), tout en offrant comme avantage secondaire de répondre aux désirs des Cubains d’avoirs des informations et de  la formation sur la prévention du VIH», a déclaré la porte-parole du département d’Etat Jen Psaki.

Le Sénateur Patrick Leahy, D-Vt, président du sous-comité sénatorial qui supervise l’USAID, a déclaré en réponse aux conclusions de l’AP: «C’est peut-être une bonne affaire pour l’entrepreneur de l’USAID, mais il ternit la longue expérience de l’USAID en tant que chef de file dans la santé mondiale.

D’autre part, le Républicain. Ileana Ros-Lehtinen, RFla., A déclaré que les programmes de l’USAID étaient importantes pour les droits de l’homme à Cuba. Nous devons continuer à faire pression sur le régime de Fidel Castro et de soutenir le peuple cubain, qui sont opprimés chaque jour», a déclaré Ros-Lehtinen, qui est également un émigré cubain et un supporter des programmes d’intervention “pro démocratie” à Cuba.

Le programme des voyageurs a été lancé à un moment où nouvellement élu le président Barack Obama a parlé d’un nouveau départ” avec Cuba après des décennies de méfiance, qui soulève des questions quant à savoir si la Maison Blanche avait une politique cohérente envers le peuple cubain.

Il n’y a aucune preuve que le programme avancé de la missionétait de créer un mouvement d’oppositionprodémocratie” contre le gouvernement de Raul Castro. Creative Associates, a refusé de commenter, renvoyant les questions à l’USAID.

USAID refuse de dévoiler le coût du programme basée au Costa Rica. En réponse aux questions de l’AP, l’agence a publié une déclaration disant, «L’USAID et l’administration Obama sont engagés à soutenir la volonté du peuple cubain de déterminer librement leur propre avenir. USAID travaille avec des groupes de jeunes indépendants à Cuba sur des projets de services aux communautés, la santé publique, les arts et d’autres possibilités de s’engager publiquement, compatibles avec les programmes de la démocratie à travers le monde .

Mais l’enquête d’AP a révélé une opération qui, souvent, était proche de ​​la catastrophe. Les autorités cubaines se sont posées la question de qui finançaient les jeunes voyageurs. Les jeunes recrues US se sont trouver dangereusement près de souffler leur mission «d’identifier les acteurs potentiels de changement social.Et il n’y avait pas de filet de sécurité pour les voyageurs inexpérimentés, qui faisaient un travail qui a été explicitement illégal à Cuba.

Bien que cela ne soit jamais certains, soyez certains que les autorités ne chercheront pas à vous faire du mal physiquement, mais juste à vous effrayez», voila ce qui était écris dans les instructions à ces jeunes gens. Rappelez-vous que le gouvernement cubain préfère éviter les reportages négatifs à l’étranger, si un étranger battu  cela est mauvais pour eux.”

Après que Gross a été arrêté, l’USAID a indiqué en privé à ses partenaires privés qu’ils doivent considérer l’arrêt des voyages à Cuba, selon des courriels obtenus par l’AP.

Nous tenons à votre sécurité,” un haut fonctionnaire de l’USAID a déclaré dans un e-mail, à moins d’une semaine après que Gross a été arrété.

«Les consignes s’appliquent à tous les voyageurs de l’île, et pas seulement des citoyens américains,” écrit un autre fonctionnaire.

Et pourtant, quatre mois plus tard, en Avril 2010, Murillo a été envoyé à La Havane

Migraine chez les espions

Washington recrute des jeunes en tant qu’agents contre Cuba…Après l’arrestation de son agent Alan Gross par les autorités cubaines chargées de la sécurité en décembre 2009, l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a envoyé des jeunes du Venezuela, du Costa Rica et du Pérou en mission secrète sur l’île des Caraïbes communiste afin d’y fonder un mouvement d’opposition conduit par des jeunes et de déclencher une rébellion. Lundi, plusieurs médias américains, parmi lesquels le quotidien Washington Post, ont publié une enquête de l’agence de presse AP (Associated Press), enquête qui, appuyée par de nombreux documents, dénonce la dernière ingérence du gouvernement américain dans les affaires internes de Cuba.

Ces rapports stipulent que, depuis 2009, l’USAID a employé plus d’une dizaine de jeunes dans les pays susmentionnés et les a préparés pour leur mission grâce à des cours accélérés. À Cuba, les agents se faisaient passer pour des représentants de programmes alternatifs pour la jeunesse et pour la santé. La mise en place d’un atelier de prévention du VIH était également « l’excuse parfaite » prêchée par le service américain. D’après nos récentes découvertes, ces jeunes ont été entraînés par leurs supérieurs américains dans le but, entre autres, de tromper les autorités cubaines chargées de la sécurité. En outre, ils ont reçu des instructions quant au comportement à adopter si l’on découvre leurs véritables intentions. Dans un document cité par l’AP, on peut lire : « … tu peux avoir confiance. Les autorités ne vont pas essayer de te faire du mal… ; le gouvernement cubain tente d’éviter les rapports négatifs des médias… et un étranger battu n’est pas bon pour eux. » L’agence a ajouté que les jeunes agents percevaient un salaire de 5,41 dollars par heure par leurs commanditaires. Les médias américains critiquent surtout le fait que l’opération des services secrets a vu le jour après la capture de l’agent américain, Alan Gross. Les membres de l’USAID étaient dès lors conscients que la mission menée par les jeunes impliqués pourrait s’avérer très risquée.

De nombreux éléments portent à croire que ces jeunes étaient délibérément exposés à ce danger. Les documents contiennent également des exemples de codes secrets utilisés au cours de conversations cryptées entre les jeunes agents et leurs dirigeants professionnels. À l’instar d’un bon James Bond, les échanges téléphoniques contenaient des messages comme « J’ai mal à la tête », qui signifiait que l’agent avait le sentiment d’être observé et désirait se mettre à l’abri pendant un moment. Le message « Rentre tout de suite à la maison. Ta sœur est malade. » signifiait que l’espion exigeait son rapatriement imminent.

La mission, pour laquelle l’USAID avait enjoint à son partenaire « Creative Associates International » de recruter des Latino-Américains, était menée sur l’ensemble de l’île, mais principalement dans les villes universitaires. Ni les familles des jeunes recrutés, ni leurs points de contact à Cuba ne se doutaient que l’agence américaine se cachait derrière ces programmes. L’édition en ligne du journal de la Havane Juventud Rebelde parlait lundi de l’étudiant cubain Hector Baranda, qui avait été contacté par un groupe du Venezuela. L’étudiant figurait en tête de la liste des dirigeants possibles des « rebelles » antigouvernementaux dressée par ce groupe. Baranda explique : « Ils ont confondu notre disposition naturelle, à nous les Cubains, à être ouverts aux discussions et aux critiques avec le fait d’avoir des tendances dissidentes. Nous considérions ces jeunes comme nos amis et nous n’avions pas la moindre idée qu’ils travaillaient pour le gouvernement américain. »

La tentative, aujourd’hui discréditée, de renverser l’ordre constitutionnel de Cuba est déjà la deuxième bavure enregistrée cette année par l’USAID, qui fait la une des journaux et dénonce la subversion de la soi-disant organisation humanitaire américaine. Ce n’est qu’en avril que les médias du monde entier avaient mentionné le projet confidentiel, aujourd’hui suspendu, « ZunZuneo », une sorte de Twitter cubain spécialement développé qui devait également aider à mettre en place un coup d’État. Entre 2009 et 2012, « ZunZuneo » avait attiré les jeunes cubains en leur offrant des échanges d’informations gratuits par téléphone. Les victimes ne se doutaient pas que derrière l’offre apparemment inoffensive se trouvait un service secret américain qui, depuis Washington, rassemblait des numéros de téléphone, des adresses de courrier électronique ainsi que des informations personnelles sur des Cubains avec un budget de 1,6 million de dollars. L’objectif était, au moyen d’informations erronées, d’inciter les jeunes à se retourner contre leur pays et à l’avenir à mettre en scène une protestation massive au même titre que le « Printemps arabe ».

Source : Investig’Action Traduction : Collectif Investig’Action