Coronavirus : les explications du professeur Raoult, les leçons tirées par l’OMS de la réussite du contrôle de l’épidémie par la Chine socialiste.

les chiffres de publique France – 4 mars 2020 – matin

Alors que l’épidémie de se répand en France démontrant la grande fragilité du système de santé abîmé par des années d’euro- austérité, la polémique monte quant à la gestion de la crise par un régime Macron plus préoccupé de sa campagne des municipales à Paris et de détruire les retraites de la Sécurité Sociale, et de minimiser les pertes pour le profits capitalistes que pourrait causer la maladie.

De fait, les dernières informations ont mis en évidence que le pays manque de masques: pour des raisons d’économie, il avait en effet été décidé de ne pas maintenir les stocks de masques FFP2. Conduisant les autorités à réquisitionner les masques pour ne les attribuer en priorité qu’aux professionnels de santé. La population ne pourra donc pas en bénéficier. Les manques de solutions hydroalcooliques sont également criants, et la première réaction du système capitaliste aura été de lancer la spéculation sur son prix !

Dans ce contexte, il est utile de bénéficier de quelques informations. C’est pourquoi nous relayons les explications du professeur Raoul sur le virus, professeur de l’hôpital public à Marseille, en charge notamment des tests de détection des cas de coronavirus.

Il est également utile de se pencher sur les enseignements de la gestion de la crise par la , qui, si elle a été pointée du doigt dans une campagne de dénigrement indigne confinant parfois au racisme, est en passe de maîtriser la propagation de l’épidémie en à peine deux mois, et ce dans le pays le plus peuplé du monde, avec les densités de population extrêmes. Démontrant au passage que les leçons de l’épidémie de sras de 2003 ont été tirées, et la pleine préoccupation du parti communiste d’assurer la sécurité et la santé de la population chinoise.

Un rapport de l’OMS souligne les efforts chinois : “la Chine a certainement déployé l’effort d’endiguement d’une maladie le plus ambitieux, agile et offensif de l’histoire”. Un constat de l’OMS qui contraste avec les critiques qu’elle adresse aux pays occidentaux : “La majorité de la communauté internationale n’est pas prête, matériellement et dans l’état d’esprit, à mettre en place les mesures qui ont été déployées en Chine”.

Pour l’OMS, la diminution réussie du nombre de cas est une “réussite exceptionnelle”qui n’est possible que grâce à “l’engagement profond du peuple chinois dans une action collective face à cette menace commune”. Une preuve réelle est tangible de la confiance dans les autorités de Pékin du peuple chinois.

L’OMS pointe les mesures efficaces mises en œuvre:

  • Consignes de santé publique (prise de température, lavage de mains, port du masque)
  • Contrôle des déplacements et confinements
  • Information du public sur la manière de se prémunir du virus
  • Amélioration rapide du traitement (construction d’hôpitaux, envoi de médecins dans les régions touchées)
  • Le contrôle des prix et de l’approvisionnement en matières premières
  • Le traçage des contacts qu’ont eus les infectés

Alors que le virus semble se répandre largement en France, l’OMS se félicite de l’efficacité des mesures mises en place en Chine, avec la limitation des transmissions dans 80% des cas uniquement au sein des cellules familiales.

Mais la Chine a déployé des moyens importants : “À Wuhan, plus de 1800 équipes d’épidémiologistes, composées au minimum de 5 personnes, ont tracé des dizaines de milliers de contacts par jour”.

Les experts pointent également que les valeurs de la révolution socialiste expliquent l’engagement collectif des Chinois pour se protéger collectivement, y compris en acceptant des mesures contraignantes individuellement à condition qu’elles servent le bien de tous, loin de l’individualisme et du chacun pour soi.

Les explications du Professeur Didier Raoult, directeur de l’IHU à Marseille

Pr Didier Raoult, Directeur de l’IHU Méditerranée Infection est l’un des médecins infectiologistes de référence en France.

Le rapport de l’OMS

who-china-joint-mission-on-covid-19-final-report