Assassinat de Khashoggi : Macron l’ami de la dictature saoudienne !

<< Je suis heureux d’avoir pu accueillir Son Altesse royale, le prince Mohammed BEN SALMANE (…)
sur le Yémen, la position de la France est claire : plein soutien à la sécurité de l’ (…)
Nous avons là un jeune dirigeant. Je sais une chose, c’est que s’il y a une chance que son projet réussisse, c’est la responsabilité de la France de l’accompagner et donc de lui dire : “Vous avez déjà beaucoup fait pour les femmes dans votre pays. Il y a encore énormément à faire.” >>

Emmanuel Macron recevant MBS en visite officielle à l’Elysée, le 11 avril 2018

La mort de Jamal Khashoggi

par – Antoine Manessis, secrétaire de la Commission internationale

L’Arabie Saoudite massacre non seulement les Yéménites à coup de bombes vendues par les gouvernements français (Sarko, Hollande, …) pour son  cher Dassault, pour un peu on pourrait croire que l’entreprise est nationalisée, mais voilà qu’elle découpe en rondelles un malheureux journaliste qui a osé critiquer le prince héritier Mohammed Ben Salmane ().
Ce dernier homme lige des États-Unis et de la France macronienne a tenté de se faire passer pour un réformateur en autorisant (sous conditions!) les femmes saoudiennes à conduire. Mais ce qui est notable c’est que MBS s’est affirmé comme un allié stratégique incontournable de l’impérialisme et d’Israël dans la lutte contre l’Iran, contre la Syrie et d’une indifférence totale à l’égard du peuple palestinien. Il est du point de vue de Trump un acteur pivot de la région, en plus d’être le dirigeant de fait du principal producteur de pétrole au monde.

Cependant si MBS ne parvient pas à se sortir du guêpier de l’affaire Khashoggi, des solutions de rechange existent pour l’Exécutif étasunien, comme le frère de MBS, Khaled, ambassadeur saoudien à Washington.

Souvenez vous !

MBS a multiplié les interventions catastrophiques au niveau régional, telles que l’ingérence et la guerre terrible au Yémen, le blocus du Qatar, l’échec en Syrie, en Irak, les menaces contre l’Iran, les tensions avec la Turquie et le rapprochement très impopulaire avec Israël. Il a contribué à faire de l’Arabie saoudite en  facteur d’instabilité régionale en étant un agent très actif des impérialistes occidentaux. Trump  rappelle d’ailleurs que sans la protection américaine, la dynastie saoudienne ne tiendrait pas deux semaines. Ce qui démontre que l’aventurisme extérieur et la politique intérieure de terreur de MBS est bien le reflet de la politique des ses maîtres impérialistes occidentaux.
Quant au pouvoir macronien OTANisé et européiste très attaché au “partenariat stratégique” scellé avec Riyad, il a toujours soutenu le royaume wahhabite, premier fournisseur de pétrole de l’Hexagone et deuxième acheteur d’armements derrière l’Égypte au cours de la période 2008-2017. “Considérez-moi comme votre ami, votre frère” a dit Macron en recevant le prince héritier saoudien. Belle lucidité jupitérienne qui semble oublier combien l’Arabie Saoudite a financé et soutenu directement ou indirectement le terrorisme. Mais il faut dire que pour les impérialistes les Ben Laden et autres sont d’abord des “combattants de la liberté” ou “des rebelles” avant de devenir des terroristes.