Assange trahi par les siens ? quand les réseaux Soros s’affairent autour de Wikileaks .

Julian est en danger de mort. Son état de santé est préoccupant comme l’a souligné le 31 mai dernier Nils Melzer, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture :

« Il est évident que la santé de M. Assange a été gravement affectée par l’environnement extrêmement hostile et arbitraire auquel il a été exposé pendant de nombreuses années. (…) Mais surtout, en plus des maux physiques, M. Assange présentait tous les symptômes typiques d’une exposition prolongée à la torture psychologique, y compris le stress extrême, l’anxiété chronique et le traumatisme psychologique intense ».

Nils Melzer, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture

On sait très bien les risques qui pèsent sur les prisonniers de l’OTAN, les prisons secrètes, les tortures. Les tortionnaires qu’Assange a démasqués en Irak n’ont jamais été inquiétés. Mais celui qui a dénoncé la torture US pourrait bien la subir à son tour, comme le craint l’expert de l’ :« Mon inquiétude la plus urgente est qu’aux Etats-Unis, M. Assange soit exposé à un risque réel de violations graves de ses droits de l’homme, y compris sa liberté d’expression, son droit à un procès équitable et l’interdiction de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. »
Pendant ce temps-là, son avocate, Jennifer Robinson, glose à l’envi sur le thème consensuel de la liberté d’expression, ce qui contribue à faire d’Assange le symbole abstrait d’une idée abstraite, sans communiquer depuis… deux mois sur les conditions réelles de détention du prisonnier de Belmarsh (en espérant qu’il est toujours bien à Belmarsh et non dans une quelconque base de l’OTAN). C’est peut-être une idée qu’on emprisonne, et les idées ne meurent pas, mais les individus, eux, peuvent mourir. Sous nos yeux.  

employeur d’une agence recrutant…

Dans le même genre, on est en droit de s’interroger sur les réelles motivations de l’actuel rédacteur-en-chef de Wikileaks, Kristinn Hrafnson, lequel justifiait par un “manque de temps et de ressources“, l’abandon de la procédure de recours contre l’emprisonnement de 50 semaines que purge actuellement (1).L’argent et le temps manquent donc pour ce recours, néanmoins, comme on peut le voir sur leur site, Wikileaks, désormais piloté par M. Hrafnsson, ne lésine pas pour se payer les services d’une “speaker agency“, le Leigh Bureau, lequel compte parmi sesdits “speakers” le “world renowed philosopher” (sic)… Bernard-Henri Lévy! Même avec une extrême bonne volonté, on peine à voir en M. Lévy un sympathisant de la cause des lanceurs d’alerte opposés à l’Empire états-unien…
Ces informations proviennent d’un article bien renseigné (2), publié le 9 août, hélas non signé, mais dont nous avons pu recouper les informations. Lequel article reproche également à Defendwikileaks d’avoir dédaigné les révélations d’une journaliste de La Repubblica, ayant révélé des échanges de mails compromettants entre la justice suédoise et l’équivalent du parquet britannique (3).

Que sont ses amis devenus? Des disparus aux promus

Nous avons également tenté de comprendre ce qui est arrivé aux proches collaborateurs d’Assange.

On est, hélas, sans nouvelles de Sarah Harrison, qui avait apporté une aide précieuse à Edward Snowden, ainsi que de Jacob Appelbaum qui avait présenté la video la plus importante de Wikileaks, “Collateral Murder” (meutre collatéral).

Quant à Joseph Farell, qualifié d’ambassadeur de Wikileaks, on peut constater qu’il émarge au Centre for Investigative Journalism, qui a reçu le soutien de l’Open Society ainsi que la Fondation Ford. Ensuite, Renata Ávila, porte-parole de la défense de Julian Assange, est directrice exécutive depuis 2018 de la Fundación Ciudadanía Inteligente financée par l’Open Society (Soros) et même la National Endowment for Democracy!Enfin, en ce qui concerne la Bertha Foundation, l’officine de l’avocate d’Assange Jennifer Robinson, dont nous parlions plus haut, les liens avec les réseaux Soros apparaissent clairement dès qu’on s’intéresse à la partenaire hongroise de ladite association, la Hungarian Civil Liberties Union, financée elle aussi par les réseaux Soros (4). Un épluchage fastidieux de la presse féminine nous apprend également que Mme Robinson nourrit de fortes ambitions politiques dans son pays, l’Australie, lesquelles expliquent sans doute les compromis avec cette fiévreuse activité de réseautage bien-pensant estampillé “démocratie” mais peu critique de l’impérialisme. Quand on s’intéresse à la principale partenaire de Jennifer Robinson à la Bertha Foundation, Mme Ramute Remezaite, on apprend bientôt que celle-ci a réussi à se faire expulser d’Azerbaïdjan (5). Etait-elle en mission pour organiser une énième révolution orange?  Rappelons que M. George Soros lui-même a reconnu bien volontiers son implication dans la révolution orange ukrainienne (6). Nous ne développons pas une théorie du complot, nous ne prétendons pas que les réseaux Soros “contrôleraient tout” comme le disent certains imbéciles, mais nous en tenons aux faits : les réseaux Soros sont un des acteurs majeurs des récents “regime change” que prise tant l’impérialisme états-unien. Ajoutons qu’il n’avait, jusque-là, jamais été dans les intentions ni les pratiques de Wikileaks de soutenir en quoi que ce fût ce type d’opérations, bien au contraire.

Une révolution orange à Wikileaks?

Pour mémoire, en 2016 encore, Wikileaks révélait la correspondance entre John Podesta (chargé de la campagne d’Hillary Clinton en 2016) et George Soros, pour le financement d’une organisation, MoveOn.org, poussant aux manifestations anti-Trump (7). Il semblerait donc depuis que les réseaux Soros et d’autres officines aient entre-temps repris les choses en main. Le plus effrayant dans tout cela est que Julian Assange, ne pouvant compter sur un soutien familial, n’a pour interlocuteurs directs que ses conseillers. Et, au regard de ce qu’a dit l’expert de l’ONU, nous ne savons même pas si Julian Assange est en mesure de répondre à des lettres et de juger de la pertinence de la défense qui est organisée autour de lui. Rappelons les paroles inquiétantes de Nils Melzer :

« Depuis 2010, lorsque Wikileaks a commencé à publier des preuves de crimes de guerre et de torture commis par les forces américaines, nous avons assisté à un effort soutenu et concerté de la part de plusieurs États pour faire extrader M. Assange vers les États-Unis aux fins de poursuites, ce qui suscite de vives inquiétudes quant à la criminalisation du journalisme d’investigation en violation de la Constitution américaine et du droit international des droits humains. »

Nils Melzer

Agir vite, faire appel à la justice internationale

Il ne s’agit pas de chercher des coupables mais des solutions. Quelle que soit l’interprétation qu’on donne à ce réseau de connivences qui s’est constitué autour d’Assange, cette interprétation pouvant aller de l’incompétence à l’infiltration d’agents, quel que soit, autour d’Assange, le nombre de bon samaritains, de Judas ou de saint Pierre qui, à défaut de le trahir, se contenteront seulement de le renier durant son martyre, Julian Assange est en danger de mort, le journalisme d’investigation est en danger de mort, de par, aux dires de l’expert de l’ONU, l’ “effort soutenu et concerté de la part de plusieurs États”. Reste l’ONU ou plutôt ceux qui n’en trahiront pas, pour une fois, l’esprit. Et surtout restent les peuples. Mobilisons-nous, exigeons une défense impartiale et transparente de Julian Assange sous contrôle de l’ONU !

, avec les éléments fournis par Mme Véronique Pidancet Barrière pour Wikijustice


1) le 20 juillet dernier, sur Consortium News : https://consortiumnews.com/2019/07/19/watch-the-replay-wikileaks-editor-kristinn-hrafnsson-michael-isikoff-pepe-escobar-asad-abukhalil-on-cn-live/

2)https://blogs.mediapart.fr/edition/liberez-assange-ethiques-et-medias/article/090819/sans-assange-wikileaks-reste-t-il-digne-de-confiance

3)https://www.repubblica.it/esteri/2018/02/13/news/few_documents_many_mysteries_how_our_foia_case_is_unveiling_the_questionable_handling_of_the_julian_assange_case-188758273/?refresh_ce

4)Un grand merci à Judit Morva pour ces informations. On trouvera le rapport de financement ici : https://hclu.hu/en/financial-reports

5)https://news.am/eng/news/373791.html

6)”SOROS: Well, I set up a foundation in Ukraine before Ukraine became independent of Russia. And the foundation has been functioning ever since and played an important part in events now.” CNN, 25 mai 2014.

7)https://francais.rt.com/international/28856-wikileaks-organisation-financee-par-george-soros-contre-donald-trump

2 Commentaires de lecteur “Assange trahi par les siens ? quand les réseaux Soros s’affairent autour de Wikileaks .