19e congrès du Parti Communiste Chinois .

Par , secrétaire de la Commission internationale du PRCF.

Ce que l’on peut dire en première analyse c’est que le congrès du ne lève en rien les ambiguïtés et les contradictions de la situation chinoise.

L’intégration de la à la mondialisation capitaliste, à l’OMC, l’intervention de Xi Jinping à Davos, défendant le libre-échange, le développement d’un secteur privé et sa cohorte de milliardaires, le sort réservé aux travailleurs, toutes ces réalités sont incontestables.

En même temps toujours à Davos le président chinois, citant Charles Dickens qui décrivait la révolution industrielle anglais du XIXe siècle, déclare à propos de la mondialisation : “c’est la meilleure et la pire des choses”.  Le Parti communiste qui avait déclaré donner aux mécanismes de marché “un rôle décisif” dans l’économie chinoise, n’empêche pas celle-ci d’être toujours dominée par l’État et par les investissements publics. La communauté d’affaires internationales s’attendait à l’ouverture de certains secteurs jusqu’à présent fermés aux investissements étrangers. Or l’effondrement des bourses chinoises a changé les priorités. Le gouvernement a dû jouer aux pompiers pour préserver la valeur du yuan, en pleine dégringolade par rapport au dollar, et pour limiter les fuites massives de capitaux. La crise a donc relégitimé le contrôle de l’État sur l’économie.

Mais l’intervention de l’État dans la vie économique n’est pas le socialisme.

Et les mécanismes fondamentaux de l’économie chinoise ressemblent à s’y méprendre au capitalisme monopoliste d’État.

Pourtant le discours de Xi Jinping est lui-même ambigu. Expliquant les difficultés de la mondialisation capitaliste, il détecte trois causes:
-la croissance mondiale est insuffisante depuis des années,
-les défaillances de la gouvernance internationale qui semble incapable de faire face à la volatilité financière,
-les inégalités grandissantes, comme en témoigne le fait que “1% de la population détient 99% de la richesse mondiale”.

Face à cette situation le président chinois propose des mots d’ordre:
“Harmonie“, “stabilité ” et “loyauté avec les valeurs socialistes” et poursuite du “socialisme à la chinoise“. Sympathique mais le caractère vague cette réponse semble surtout un point d’équilibre instable entre pressions sociales contradictoires. Il ne suffit pas de dire que le “socialisme est aux couleurs de la Chine” pour que les caractéristiques universelles du socialisme, pouvoir de la classe ouvrière, fût-ce dans le cadre d’un large rassemblement populaire, socialisation des grands moyens d’échange et de production et étatisation ne signifie pas socialisation, sans parler des sociétés privées où la recherche du profit capitaliste est évidemment première, primat de la logique des besoins sur celle des profits, soient observées, fût-ce en tenant compte des caractéristiques du pays. Ce qui n’est pas un plus par rapport au marxisme mais qu’implique le marxisme lui-même.

De même que la guerre à la corruption et non aux causes de la corruption ne peut suffire à protéger l’héritage de la grande Révolution de 1949…

Plus nettement ce qui se dégage de ce congrès du PCC c’est l’objectif fixé de faire de la Chine d’ici 2049, centenaire de la révolution chinoise dirigée par Mao-Zedong, la première puissance mondiale. Cet objectif national lorsqu’il s’accompagne de l’installation d’une base militaire à Djibouti par exemple peut être interprété, certains PC le font, comme un nouvel impérialisme en développement. On peut aussi penser que le rapport de forces actuels, avec l’impérialisme étasunien en particulier, impose ce type de politique.

Contradictions disions-nous.

Quelles que soient les réponses que l’on apportera à ces questions, il reste que de toute évidence la vie politique chinois n’est pas figée, que la lutte des classes s’y déroule comme ailleurs. Avec une histoire comme celle de la Chine et l’expérience politique du peuple et de la classe ouvrière chinois,  nul ne sait dans quel sens les contradictions se résoudront.

Inutile de se fixer sur des décisions comme l’introduction de la “pensée Xi” dans la charte du PCC. Cela semble plus l’expression symbolique d’un rapport de forces interne au PCC que porteur d’une grande signification. On ne sache pas par ailleurs que Marx ou Lénine aient jamais demandé que leur pensée personnelle devienne comme telle une référence sacrée du parti révolutionnaire…

Une fois encore répétons ce qu’écrivait Mao :

Le peuple, le peuple seul, est la force motrice, le créateur de l’histoire universelle.”

Les données du développement économique chinois depuis 2012

Maxime VIVAS

Avec un territoire de 9,597 millions km² et près de 1 milliard 400 millions d’habitants, avec un dynamisme et un rythme de développement qui feront bientôt d’elle la première puissance économique du monde, avec son aspiration à la paix, la Chine mérite qu’on la connaisse mieux, qu’on sorte des caricatures et des informations uniquement négatives, qu’on cesse de la déguiser en loup-garou, qu’on ne la désigne plus comme une ennemie.

Les Français (le sait-on ici ?) occupent une place de choix dans le cœur des Chinois. Les Chinois, chez nous, par suivisme de nos élites soudées aux USA, par le parti pris de nos médias, sont largement méconnus, voire vus avec la condescendance d’une puissance qui raisonne encore avec les codes de l’ère coloniale, ceux « du temps béni des colonies ». Parfois, trop souvent, des Français sont persuadés que, hors de l’Hexagone et hormis quelques pays d’Europe et les USA, il ne se trouve que des individus et des peuples d’un rang secondaire.

En septembre, j’ai dialogué à Caracas avec Thierry Deronne, un intellectuel vénézuélien qui m’a assuré « qu’on n’a encore rien dit du Venezuela ». L’affirmation était osée puisque, depuis des mois, les médias du monde entier en parlaient chaque jour. Chez nous, le leader de la France Insoumise et ses collaborateurs ne pouvaient participer à un débat, répondre à une interview, sans être interrogés (in fine, « réponse en 30 secondes ») sur la situation au Venezuela et sur le type de système politique de ce pays. Thierry Deronne a précisé ainsi sa pensée : « La vitesse de projection des Européens sur notre réalité est due parfois à leur histoire de domination, à l’excès de théorie, aux besoins de plus-value idéologique de certains courants politiques ou à la « négociation science-po » avec le pouvoir médiatique. Soyons plus humbles, plus attentifs à « l’autonomie du réel ».

On pourrait projeter son constat sur la Chine et apprécier le taux de moins-value dont Le Grand Soir va être affecté « En suivant les ch’mins qui ne mèn’nt pas à Rome ». Car « Les brav’s gens [lire : les médias] n’aiment pas que/L’on suive une autre route qu’eux… »

Je suis allé plusieurs fois en Chine. J’en ai tiré la conclusion qu’il n’est pas utile d’importer chez nous leur système politique, social, syndical, médiatique, mais qu’il n’y a pas lieu de mentir sur ce pays ou de cacher la vérité. C’est pourtant ce que font chez nous des plumitifs de milliardaires qui savent comment déparler de la Chine pour faire carrière. Et tant pis si tel n’est pas l’intérêt de nos deux peuples.

LGS aura bientôt l’occasion de publier des informations sur le 19e (PCC) qui s’est tenu du 18 octobre au 24 octobre 2017. Dans l’immédiat, nous pouvons donner à lire le rapport du Bureau national des statistiques (BES) chinois sur les résultats économiques de la Chine depuis le précédent congrès (fin 2012).

Maxime VIVAS

Données et les statistiques du rapport

— La croissance du PIB s’est développée avec un taux annuel de 7,2% durant la période 2013-2016, par rapport à la croissance mondiale de 2,5% et à celle de 4% des économies en voie de développement.
— Calculé avec des prix constants, le PIB de 2016 a augmenté de 32% par rapport à 2012.
— La proportion du PIB chinois dans l’économie mondiale a atteint 15% en 2016, en hausse de 3 points de pourcentage par rapport à 2012.
— La contribution moyenne de la Chine à la croissance mondiale pendant la période 2013-2016 était supérieure à 30%, la plus importante parmi tous les pays et supérieure à la contribution totale des Etats-Unis, de la zone euro et du Japon.
— Le PIB par habitant a atteint 53.980 yuans (7.939 dollars) en 2016, en hausse de 29% par rapport à 2012 après un ajustement en fonction de l’inflation, représentant une croissance annuelle moyenne de 6,6%.
— Le revenu national brut (RNB) par habitant est passé de 5.940 dollars en 2012 à plus de 8.000 dollars en 2016. Le classement du RNB par habitant chinois a progressé de la 112e place en 2012, à la 96e en 2015, selon des statistiques de la Banque mondiale.
— Entre 2013 et 2016, l’industrie des services a progressé avec un taux annuel de 8%. La part de la production des services dans le PIB est passée de 45,3% en 2012 à 51,6% en 2016.
— La contribution de la consommation finale à la croissance économique est passée de 47% en 2013 à 64,6% en 2016.
— Le ratio des habitants urbains permanents dans la population totale a atteint 57,35% fin 2016, contre 52,57% fin 2012.
— Les dépenses pour la recherche et le développement ont augmenté de 50,5% par rapport à 2012 pour atteindre 1.550 milliards de yuans en 2016. La part de ces dépenses dans le PIB est passée de 1,91% à 2,08% durant la même période.
— La production de céréales a atteint 621,44 millions de tonnes en 2015, en augmentation pour la 12e année consécutive. La production en 2016 a légèrement baissé pour atteindre le niveau le deuxième plus élevé dans l’histoire, à savoir 616,25 millions de tonnes.
— La Chine possédait 124.000 kilomètres de chemins de fer en opération en 2016, contre 98.000 kilomètres fin 2012, et la longueur des chemins de fer à grande vitesse en opération a augmenté pour passer de moins de 10.000 kilomètres à plus de 22.000 kilomètres, soit le plus long du monde.
— La valeur du commerce des services a atteint 657,5 milliards de dollars, en hausse de 36,7% par rapport à 2012, représentant une croissance annuelle moyenne de 8,1%.
— L’investissement direct étranger a augmenté à un taux annuel de 3,1% à 489,4 milliards de dollars pendant la période 2013-2016.
— Le nombre des habitants ruraux vivant dans la pauvreté a baissé à 43,35 millions l’année dernière, contre 98,99 millions en 2012.
— Entre 2012 et 2016, la consommation d’énergie et d’eau par unité du PIB a baissé respectivement de 17,9% et 25,4%.

URL de cet article 32475
https://www.legrandsoir.info/les-donnees-du-developpement-economique-chinois-depuis-2012.html

BEIJING, 24 octobre (Xinhua) — Voici le texte intégral de la Résolution du 19e Congrès national du Parti communiste chinois sur le rapport du 18e Comité central, adoptée mardi lors du 19e Congrès national du PCC, qui vient de s’achever.

Résolution du XIXe Congrès national du Parti communiste chinois sur le rapport d’activité du XVIIIe Comité central

24 octobre 2017

Le XIXe Congrès du Parti communiste chinois (PCC) approuve le rapport d’activité que le camarade Xi Jinping a présenté au nom du XVIIIe Comité central. En portant haut levé le grand drapeau du socialisme à la chinoise et en se guidant sur le marxisme-léninisme, la pensée de Mao Zedong, la théorie de Deng Xiaoping, la pensée importante de la “Triple Représentation”, le concept de développement scientifique et la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, le Congrès a analysé les évolutions de la situation tant internationale que nationale, fait le bilan des tâches accomplies au cours des cinq années écoulées, ainsi que des transformations historiques opérées, et avancé une série d’importantes thèses politiques, dont l’entrée du socialisme à la chinoise dans une nouvelle ère et la transformation de la principale contradiction sociale en Chine en celle entre l’aspiration croissante de la population à une vie meilleure et le développement déséquilibré et insuffisant de la Chine; il a expliqué de façon approfondie la mission historique du PCC à la nouvelle ère, affirmé le statut historique de la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, proposé la stratégie fondamentale pour le maintien et le développement du socialisme à la chinoise à la nouvelle ère, défini les objectifs visant à remporter la victoire décisive de l’édification intégrale de la société de moyenne aisance et à entamer dans tous les domaines la nouvelle marche pour l’édification d’un pays socialiste moderne, et arrêté un ensemble de dispositions pour faire progresser la grande cause du socialisme à la chinoise et la nouvelle grande œuvre de l’édification du Parti à la nouvelle ère. En dessinant un plan magnifique sur la victoire décisive de l’édification intégrale de la société de moyenne aisance et le triomphe du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, le rapport d’activité du XVIIIe Comité central, adopté par le présent Congrès, indique plus clairement la direction à suivre pour faire avancer la cause du Parti et de l’État. Né de la quintessence de la sagesse de tout le Parti et de tout notre peuple multiethnique, ce rapport constitue non seulement un document-programme marxiste, mais également une déclaration politique et un programme d’action permettant à notre Parti d’unir et de guider notre peuple multiethnique dans ses efforts pour maintenir et développer le socialisme à la chinoise à la nouvelle ère.

Le Congrès estime que le thème exposé dans le rapport d’activité revêt une importance capitale pour notre Parti qui conduit le peuple à aller vaillamment de l’avant dans un esprit d’entreprise. Tout le Parti doit rester fidèle à l’engagement initial, garder constamment à l’esprit sa mission, et porter haut levé le grand drapeau du socialisme à la chinoise, pour remporter la victoire décisive de l’édification intégrale de la société de moyenne aisance, faire triompher le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, et lutter sans relâche pour réaliser le rêve chinois du grand renouveau de la nation.

Le Congrès donne une haute appréciation de l’activité du XVIIIe Comité central. La période des cinq années qui s’est écoulée depuis le XVIIIe Congrès a été une période extraordinaire dans le processus de développement du Parti et de l’État, car, des succès historiques ont été obtenus dans l’œuvre de réforme, d’ouverture et de modernisation socialiste. Depuis cinq ans, grâce à un énorme courage politique et à un sens aigu des responsabilités, le Comité central du Parti avec le camarade Xi Jinping comme noyau dirigeant, a formulé une série de conceptions, pensées et stratégies nouvelles, adopté une série de principes et politiques majeurs accompagnés d’un train de mesures importantes, et accompli une série de tâches majeures. Cela nous a permis de réussir des tâches colossales et de surmonter bon nombre de difficultés que nous n’avions pas réussi à surmonter durant de très nombreuses années, de sorte que des transformations historiques se sont opérées dans la cause du Parti et de l’État. Animé d’un grand courage pour affronter les divers risques, les dures épreuves et les problèmes notables au sein du Parti, le Comité central avec le camarade Xi Jinping comme noyau dirigeant a fait preuve d’une volonté opiniâtre en rétablissant la discipline, en combattant la corruption et en punissant les coupables. Ainsi, les graves dangers latents au sein du Parti et de l’État ont été éliminés, la vie politique interne du Parti s’est renouvelée, le paysage politique du Parti s’est sensiblement amélioré, et sa force créatrice, sa cohésion et sa combativité se sont considérablement renforcées. De plus, l’unité du Parti s’est consolidée, les relations entre le Parti et les masses populaires se sont davantage resserrées, et le Parti est devenu plus ferme dans sa lutte révolutionnaire, tout en se dotant d’une nouvelle et puissante vitalité. Tout cela a fourni une solide garantie politique pour le développement de la cause du Parti et de l’État. Les résultats que nous avons obtenus depuis cinq ans dans tous les domaines ont une valeur pionnière, et les réformes réalisées depuis cinq ans se sont opérées à des niveaux plus profonds et revêtent un caractère fondamental.

Le Congrès souligne que le socialisme à la chinoise, après avoir parcouru un long chemin, est entré dans une nouvelle ère, et au cours de son développement, un nouvel horizon historique s’est ouvert à notre pays. Avec l’entrée du socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère, la principale contradiction dans la société chinoise s’est transformée en celle entre l’aspiration croissante de la population à une vie meilleure et le développement déséquilibré et insuffisant de la Chine. Cette transformation de la principale contradiction sociale en Chine est un changement historique touchant à la situation d’ensemble. Le Parti et l’État doivent donc agir en s’adaptant à de nombreuses nouvelles exigences qui en découlent. Il nous faut, en poursuivant nos efforts en faveur du développement, tout mettre en œuvre pour résoudre le problème lié à un développement déséquilibré et insuffisant, et améliorer sensiblement sa qualité et ses performances, de manière à satisfaire au mieux les besoins croissants de la population dans les domaines économique, politique, culturel, social et écologique, à encourager le plein épanouissement de l’homme, et à faire progresser la société dans tous les domaines.

Le Congrès souligne: étant confronté à un grand défi de notre époque, celui de donner une réponse systématique aux questions de savoir quel type de socialisme à la chinoise doit-on maintenir et développer à la nouvelle ère et comment le maintenir et le développer, notre Parti a adopté une vision toute neuve pour approfondir ses connaissances sur les lois régissant l’exercice du pouvoir par les partis communistes, l’édification socialiste et l’évolution de la société humaine, et a continuellement effectué des recherches théoriques. D’importants résultats sur le plan de l’innovation théorique ont été obtenus, donnant ainsi naissance à la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère. En tant que continuation et développement du marxisme-léninisme, de la pensée de Mao Zedong, de la théorie de Deng Xiaoping, de la pensée importante de la “Triple Représentation” et du concept de développement scientifique, cette pensée représente le dernier acquis de la sinisation du marxisme ainsi que la cristallisation de l’expérience et de la sagesse collective du Parti et du peuple. Elle est un élément essentiel du système théorique du socialisme à la chinoise, et un guide d’action pour tout le Parti et tout le peuple dans leurs efforts de réalisation du grand renouveau de la nation chinoise. Il faut perpétuer cette pensée tout en la développant.

Le Congrès souligne: maintenir la direction du Parti dans toutes les activités, persévérer dans l’idée de la primauté du peuple, poursuivre l’approfondissement intégral de la réforme, maintenir le nouveau concept de développement, assurer le statut du peuple en tant que maître du pays, persévérer dans la promotion intégrale de la gouvernance de l’État en vertu de la loi, adhérer fermement aux valeurs essentielles socialistes, garantir et améliorer le bien-être social par le développement, persévérer dans la coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature, adopter un concept global de sécurité nationale, maintenir la direction absolue du Parti sur l’armée populaire, rester fidèles au principe “un pays, deux systèmes” et favoriser l’unité nationale, promouvoir la construction d’une communauté de destin pour l’humanité, et continuer à faire régner une discipline rigoureuse dans les rangs du Parti, voilà 14 points qui composent la stratégie fondamentale pour le maintien et le développement du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère. Tous les camarades du Parti sont tenus d’appliquer intégralement la théorie, la ligne et la stratégie fondamentales du Parti, pour mieux guider la progression de la cause du Parti et du peuple.

Le Congrès indique que, jusqu’à 2020, nous nous trouverons dans l’étape décisive de l’édification intégrale de la société de moyenne aisance. Il nous faut donc, en conformité avec les exigences formulées par les XVIe, XVIIe et XVIIIe Congrès du Parti, mettre l’accent sur les domaines prioritaires, remédier à nos insuffisances, nous débarrasser de nos points faibles, et surtout, livrer la dure bataille pour parer aux risques majeurs, réaliser l’élimination ciblée de la pauvreté et maîtriser la pollution de l’environnement. Et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que, le moment venu, le peuple chinois reconnaisse l’avènement de la société de moyenne aisance et que cette dernière résiste à l’épreuve de l’histoire.

Le Congrès estime que la période qui sépare le XIXe du XXe Congrès du Parti constitue la charnière des objectifs des “deux centenaires”. Durant cette période, nous devons non seulement par achever l’édification intégrale de la société de moyenne aisance pour réaliser l’objectif du premier centenaire, mais également entreprendre, sur cette lancée, l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne-nouvelle grande marche conduisant à la réalisation de l’objectif du deuxième centenaire. Après l’analyse de la conjoncture, tant extérieure qu’intérieure, et l’analyse des conditions de développement dont dispose notre pays, nous pouvons diviser en deux phases la période allant de 2020 au milieu du siècle pour prendre des dispositions : la première phase va de 2020 à 2035, phase pendant laquelle, partant de l’établissement de la société de moyenne aisance, nous poursuivrons nos efforts pour réaliser l’essentiel de la modernisation socialiste; la deuxième phase va de 2035 au milieu du siècle, phase pendant laquelle nous allons, partant de la modernisation réalisée pour l’essentiel, poursuivre nos efforts pendant encore 15 ans pour transformer la Chine en un grand pays socialiste beau, moderne, prospère, puissant, démocratique, harmonieux et hautement civilisé.

Le Congrès approuve les dispositions proposées dans le rapport d’activité concernant l’édification du socialisme sur les plans économique, politique, culturel, social et écologique. Il souligne qu’il faut appliquer le nouveau concept de développement et édifier un système économique moderne; insister sur la primauté de la qualité et privilégier la rentabilité du développement; prendre pour fil conducteur la réforme structurelle du côté de l’offre pour promouvoir un changement en matière de qualité, d’efficacité et de force motrice du développement économique; accélérer l’instauration d’un système industriel où l’économie réelle, l’innovation scientifique et technique, la finance moderne et les ressources humaines se développent de façon coordonnée; et construire un système économique caractérisé par la grande efficacité du rôle du marché, un dynamisme entrepreneurial des acteurs microéconomiques et un emploi à bon escient du macrocontrôle, notre but visé étant d’accroître sans cesse la capacité d’innovation et la compétitivité de notre économie. Il faut approfondir la réforme structurelle du côté de l’offre, accélérer l’édification d’un État innovant, appliquer la stratégie de redressement des régions rurales, mettre en œuvre la stratégie de développement interrégional coordonné, accélérer le perfectionnement du système d’économie de marché socialiste, promouvoir une nouvelle conjoncture d’ouverture tous azimuts, de manière à réaliser un développement de meilleure qualité, plus efficace, plus équitable et plus durable.

Il importe de parfaire le système de la souveraineté populaire et de développer la démocratie socialiste. Dans ce but, nous devons veiller à une parfaite cohésion entre la direction du Parti, la souveraineté populaire et la gouvernance de l’État en vertu de la loi, renforcer la garantie institutionnelle de la souveraineté populaire, faire valoir le rôle important de la démocratie consultative socialiste, approfondir la pratique de la gouvernance de l’État en vertu de la loi, poursuivre en profondeur la réforme des institutions et du système administratif, renforcer et élargir le front uni patriotique, afin de consolider et de développer une situation politique caractérisée par le dynamisme, la stabilité et l’union. Il faut renforcer la confiance dans notre culture et favoriser l’épanouissement de la culture socialiste. À cette fin, il faut maintenir fermement notre rôle directeur dans le travail idéologique, cultiver et mettre en pratique les valeurs essentielles socialistes, renforcer l’édification morale et idéologique, faire prospérer la littérature et l’art socialistes, et promouvoir la culture et l’industrie culturelle, pour stimuler la créativité culturelle de toute la nation. Il faut garantir et améliorer les conditions de vie de la population et innover pour renforcer la gouvernance sociale. Dans ce but, il faut, avant tout, concentrer nos efforts sur les problèmes qui touchent aux intérêts directs et réels de la population et qui sont au centre de ses préoccupations: développer en priorité l’éducation, augmenter la qualité de l’emploi et les revenus de la population, renforcer l’édification du système de protection sociale, remporter la victoire finale dans la lutte contre la pauvreté, mettre en œuvre la stratégie de “Chine saine”, mettre en place une architecture de gouvernance sociale dite “synergie, concertation et partage”, et assurer efficacement la sécurité nationale, afin de procurer au peuple un sentiment de satisfaction, de bonheur et de sécurité qui soit plus fort, mieux garanti et plus durable. Il faut accélérer la réforme en faveur de la civilisation écologique et construire une belle Chine. À cet effet, il importe de promouvoir le développement vert, de veiller à résoudre les problèmes saillants de l’environnement, de renforcer la protection de l’écosystème, et d’innover dans le domaine du système de surveillance de l’écosystème pour créer une nouvelle situation de modernisation marquée par le développement harmonieux de l’homme et de la nature.

Le Congrès souligne qu’étant donné les profondes mutations dans la situation sécuritaire nationale et pour répondre à l’exigence de notre époque d’édifier un État puissant avec une armée puissante, il faut poursuivre la voie à la chinoise du renforcement de l’armée: mettre en œuvre intégralement l’idée directrice de Xi Jinping sur la montée en puissance de l’armée, et appliquer une stratégie militaire adaptée à la nouvelle situation, afin d’édifier une armée de terre, de mer et de l’air, des forces balistiques et des forces d’appui stratégique puissantes et modernes; mettre sur pied des organes de commandement fermes et hautement efficaces pour des opérations interarmées menées au niveau des zones de commandement; et mettre en place un système de combat moderne à la chinoise, le tout pour promouvoir intégralement la modernisation de la défense nationale et de l’armée, et pour faire de l’armée populaire une armée de premier rang mondial.

Le Congrès souligne: pour maintenir la prospérité et la stabilité à long terme de Hong Kong et de Macao, il faut appliquer dans leur intégralité et avec précision les principes dits “un pays, deux systèmes”, “administration de Hong Kong par les Hongkongais”, “administration de Macao par les Macanais”, et celui d’un haut degré d’autonomie; agir conformément à la Constitution et aux lois fondamentales qui régissent Hong Kong et Macao, de sorte que nos compatriotes de ces deux régions partagent, avec les autres Chinois, la responsabilité historique qu’est la réalisation du renouveau national, et tirent honneur du grand prestige de notre patrie prospère et puissante. Fidèles au principe de “réunification pacifique” et d'”un pays, deux systèmes”, nous élargirons les échanges et la coopération dans les domaines économique et culturel entre les deux rives du détroit de Taiwan, tout en invitant la population des deux rives à faire rayonner ensemble la culture chinoise; nous ferons progresser le développement pacifique des relations entre les deux rives du détroit et la réunification pacifique de la patrie, et nous ne permettrons à aucune personne, à aucune organisation, ni à aucun parti politique de séparer une seule parcelle de terre de la Chine, à quelque moment et sous quelque forme que ce soit.

Le Congrès approuve l’analyse que le rapport d’activité a faite sur la situation internationale ainsi que les principes qu’il a formulés en ce qui concerne notre activité extérieure. Il souligne: la Chine poursuivra la voie de développement pacifique; portant haut levé l’étendard de la paix, du développement, de la coopération et du gagnant-gagnant, elle restera fidèle à l’objectif de sa politique étrangère, à savoir, sauvegarder la paix mondiale et favoriser un développement commun; elle est prête à développer des relations d’amitié et de coopération avec les autres pays sur la base des Cinq principes de coexistence pacifique; elle promouvra activement la coopération internationale dans le cadre du projet “la Ceinture et la Route”; elle participera activement, comme par le passé, à la réforme et au développement du système de gouvernance mondiale; elle œuvrera pour l’établissement d’un nouveau type de relations internationales basées sur le respect mutuel, l’équité et la justice, ainsi que la coopération et le principe gagnant-gagnant; elle apportera sa contribution à la création d’une communauté de destin pour l’humanité; elle luttera, de concert avec les autres peuples, pour construire un monde beau et propre, caractérisé par l’ouverture, l’inclusion, la paix durable, la sécurité globale et la prospérité commune.

Le Congrès souligne: comme on dit, pour forger le fer, il faut être fort soi-même. Si le Parti veut unir et conduire le peuple pour mener la grande lutte, faire progresser la grande cause et réaliser le grand rêve, il doit maintenir sans jamais faillir sa direction, tout en améliorant et renforçant résolument son édification pour se rendre plus ferme et plus puissant. Et les exigences globales de l’édification du Parti à la nouvelle ère sont les suivantes: il faut maintenir et renforcer la direction du Parti sur tous les plans, et intensifier le contrôle et la gestion du Parti de façon rigoureuse; il faut faire progresser sur toute la ligne l’édification du Parti dans les domaines de la politique, de l’idéologie, de l’organisation, de la discipline et du style de travail, tout en veillant à ce que l’édification du Parti aille de pair avec le perfectionnement du système institutionnel -tout au long de ce processus, nous devons faire jouer un rôle directeur à l’édification politique, nous appuyer sur la réaffirmation de nos idéaux, de nos convictions et de nos objectifs, prendre comme fil conducteur l’amélioration de la capacité du Parti à exercer le pouvoir sur le long terme et à préserver son caractère avancé et sa pureté, et focaliser nos efforts sur la stimulation de l’enthousiasme, de l’esprit d’initiative et de la créativité de tout le Parti-; enfin, il faut approfondir la lutte anticorruption et améliorer continuellement la qualité de l’édification du Parti. Tout cela a pour but de faire de notre Parti un parti marxiste dynamique au pouvoir, toujours à l’avant-garde de son époque, soutenu de tout cœur par le peuple, capable de résister à toutes les épreuves, et qui a le courage de s’imposer une autorévolution.

Le Congrès souligne qu’il faut donner la priorité à l’édification politique du Parti. Tous les membres du Parti doivent renforcer la conscience politique, la conscience de l’intérêt général, la conscience du noyau dirigeant et la conscience de l’alignement; maintenir l’autorité du Comité central et sa direction centralisée et unifiée; appliquer résolument la ligne politique du Parti, respecter rigoureusement sa discipline et ses règles de conduite politiques, et s’aligner strictement sur le Comité central du Parti quant aux positions, orientations, principes et voies politiques.

Le Congrès appelle tout le Parti, ainsi que l’ensemble de notre peuple multiethnique, à s’unir étroitement autour du Comité central du Parti avec le camarade Xi Jinping comme noyau dirigeant, à porter haut levé le grand drapeau du socialisme à la chinoise, à étudier et appliquer consciencieusement la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, à travailler dur dans un esprit d’entreprise, et à lutter sans relâche pour accomplir nos trois tâches historiques, à savoir, le progrès de la modernisation, la réalisation de la réunification nationale, ainsi que la sauvegarde de la paix mondiale et la promotion du développement commun; et pour remporter la victoire décisive de l’édification intégrale de la société de moyenne aisance, faire triompher le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, réaliser le rêve chinois du grand renouveau national et satisfaire l’aspiration du peuple à une vie toujours plus belle!