Nous voulons un Portugal avec un avenir et nous avons besoin d’une politique patriotique et de gauche, qui ne se soumettra pas, pas à l’Union européenne, pas à l’euro ! #PCP

Fête de l’

Le PRCF était invité au Festival de l’Avante, du 6 au 8 septembre dernier. Alors que des élections décisives approchent pour le et son alliance électorale, , nous avons pu mesurer la ferveur du peuple portugais qui résiste à la fascisation que connaît actuellement l’Europe et la confiance des dirigeants du grand Parti de la révolution des Oeillets. On trouvera ci-dessous le discours du secrétaire général du PCP, Jeronimo de Sousa. Plus que jamais, le PRCF affirme sa confiance dans la lutte pour un front de la gauche populaire et patriotique tel que le prône le PCP depuis toujours.

Discours du secrétaire général du PCP Jeronimo de Sousa à la fête de l’Avante – 8 septembre 2019

«C’est le vote CDU qui compte pour ne pas laisser au PS les mains libres pour mettre en pratique les anciennes politiques»

C’est avec une immense joie que nous saluons tous les bâtisseurs de la fête de l’«Avante!», les participants et invités, nos amis du Parti écologiste «Les Verts» et l’Initiative démocratique, ainsi que tous les indépendants qui, avec nous, intègrent la CDU .Un hommage particulier aux jeunes et à la JCP qui, à la fois bâtisseurs et participants, sont la preuve de l’avenir de la fête. Une fête qui résume le rêve que nous poursuivons: le projet pour le pour lequel nous nous battons aura, un jour, la beauté de notre fête de l’«Avante!».
Nous avons déclaré, et ceux qui participent à notre festival le voient, qu’il s’agit du plus grand événement politique et culturel de notre pays.
Une fête créée avec le travail et l’art, les deux éléments constitutifs de l’humanité étroitement liés à l’identité de notre fête de l’«Avante!».
Une fête construite avec l’effort militant d’un grand collectif qui – tout en construisant cette initiative politique et culturelle unique, cet espace d’affirmation des valeurs de fraternité, de paix, d’amitié, de solidarité internationaliste, de démocratie et de socialisme – lutte et répond aux demandes les plus exigeantes, aux tâches, sur divers fronts, remplissant son rôle dans la défense des travailleurs, des personnes et du pays. Et est prêt à se battre avec confiance dans la bataille électorale dans moins d’un mois!
Permettez-moi de saluer en particulier les dizaines de délégations étrangères qui, par leur importante participation, ont apporté un contenu vivant à la dimension internationaliste de la fête de l’ «Avante!», Solidarité mutuelle, solidarité avec des luttes à travers le monde où les peuples luttent pour leurs droits légitimes et leurs droits. aspirations
La solidarité est de plus en plus nécessaire dans une situation internationale marquée par une agression impérialiste dangereuse et multiforme dirigée contre tous les pays et tous les peuples qui ne se soumettent pas à ses diktats et à ses intérêts et qui prennent souverainement leur destin en main.
Guerre, coercition et siège militaire, sanctions et blocus économiques et diplomatiques, course aux armements et menace nucléaire, non-respect des traités et accords, violation du droit international pour imposer son hégémonie mondiale, les États-Unis d’Amérique, avec la complicité de ses alliés, notamment l’OTAN , s’engagent dans leur stratégie débridée de chantage, de déstabilisation et d’agression.
Confronté à l’approfondissement de sa crise structurelle et à l’intensification de ses contradictions, responsable de l’intensification brutale de l’exploitation par le travail, de l’évolution toujours plus réactionnaire, autoritaire et fasciste, de l’appropriation insatiable des ressources de la nature et de la dégradation de l’environnement – le capitalisme par nature exploiteur, oppresseur, agressif et prédateur est à la base des problèmes, crises, conflits, guerres et immenses fléaux qui frappent les peuples du monde.
Quatre-vingts ans après le début de la Seconde Guerre mondiale – qui a causé plus de 50 millions de morts et un immense legs de souffrances et de destructions -, la convergence et l’unité d’action des forces de paix et de progrès social sont plus impératives que jamais pour mettre fin au désastre vers lequel l’impérialisme entraîne l’humanité.
Convergence et unité d’action entre communistes et entre ces forces et d’autres forces progressistes qui tirent l’une de leurs expressions les plus importantes et les plus conséquentes dans la solidarité ferme et active avec les peuples et les forces en première ligne de l’agression impérialiste.
Solidarité avec les peuples du Moyen-Orient, qui font face à l’occupation, à la guerre et à des invasions – comme en Irak, en Syrie, au Yémen ou en Palestine martyrisée.
Solidarité avec les peuples d’Amérique latine et des Caraïbes confrontés à des tentatives d’isolement et de blocus, de déstabilisation et de coups d’Etat, de chantage et de menaces d’intervention militaire – comme à Cuba et au Venezuela.
Solidarité avec les peuples d’Afrique confrontés à l’interventionnisme, au pillage des ressources, au néo-colonialisme.
Solidarité entre les forces qui font face à une Union européenne de plus en plus néolibérale, militariste et fédéraliste et qui luttent pour une Europe de la coopération, du progrès social et de la paix, pour une Europe des travailleurs et des peuples.
Une solidarité qui exige également le développement de la lutte dans chaque pays pour la défense des droits et intérêts des travailleurs et des peuples, contre l’exploitation et l’oppression, pour la souveraineté et le développement, pour la paix, pour la démocratie et le socialisme.
Au Portugal, nous approchons d’une bataille électorale très importante. Une bataille décisive qui déterminera l’évolution immédiate et future du pays et la vie des Portugais. Il y a quatre ans, en 2015, nous avons lutté et gagné, avec la lutte des travailleurs et des travailleurs et la contribution décisive du PCP, une bataille dure et prolongée pour interrompre une offensive violente et rétrograde, avec des conditions brutales pour les conditions de vie des Portugais.
Nous avons vaincu un gouvernement qui, avec une sévérité implacable, avait exécuté et approfondi un programme brutal d’agression, d’exploitation et d’appauvrissement national que le PS, le PSD et le CDS avaient accepté et coordonné avec le FMI, l’Union européenne et la BCE.
Dans un Parlement avec une nouvelle composition et dans un cadre où aucun des partis responsables de plus de quatre décennies de politique de droite au Portugal ne disposait des conditions nécessaires pour imposer pleinement sa politique, il était possible de commencer avec la contribution décisive de PCP et du PEV un processus de restitution des droits et des revenus et avance avec de nouvelles conquêtes, se traduisant par une amélioration des conditions de vie des Portugais.
Pendant quatre ans, nous avons combattu la résistance interne, les menaces et les pressions externes exercées par le grand capital et les forces politiques à son service, où chaque avancée faisait appel à la lutte des travailleurs et des citoyens, et toujours avec l’action ferme, l’initiative et la proposition du PCP et des forces de la CDU.
Aujourd’hui, nous devons mener et gagner une nouvelle bataille – créer les conditions pour continuer à progresser et éviter de reculer.
Avancer résolument vers la solution des principaux problèmes du pays, qui restent reportés. Avancer dans l’approfondissement des droits et des conditions de vie des travailleurs et des personnes, éviter les dangers de tout retour à des politiques d’appauvrissement et d’exploitation accrue.
C’est ce qui est en jeu dans cette bataille électorale importante et décisive du 6 octobre pour le Parlement: avancer dans ce qui est nécessaire pour le développement du pays et les droits des travailleurs et des citoyens, donner plus de force à la CDU ou reculer.
Ne nous faisons pas d’illusions, ce qui a été avancé n’est pas garanti et les dernières années démontrent que l’équilibre penche du côté opposé à la défense des intérêts populaires, en particulier contre les travailleurs.
Le PCP mènera cette bataille importante et décisive, dans le cadre de la CDU, dans tous les cercles électoraux.
Dans ce nouveau combat, nous sommes déterminés à confirmer et à élargir notre influence dans les endroits où nous avons été élus et où nous avons des députés, et nous engagerons résolument la bataille pour élire les députés de la CDU là où nous n’en avons pas!
Notre objectif est de gagner en votes et en députés, confiants dans notre travail, dans le rôle incontestable du PCP et de la CDU dans l’avancement du pays et la défense des intérêts des travailleurs et des personnes, avec le projet d’un avenir alternatif que nous incarnons.
Les gens vont décider. Il n’y a pas de gagnants perdus, ni de députés élus a priori. Toutes les voies menant au renforcement de la CDU sont ouvertes et nous ferons face aux électeurs en leur disant qu’ils ne trouveront pas d’autre force politique que la CDU qui puisse donner de meilleures garanties qu’ils vont défendre ce qui a été accompli et progresser plus avant.
Une force qui présente toujours des solutions au service des travailleurs et des personnes. La seule force qui, en octobre prochain, comme il y a 4 ans, garantisse les intérêts des travailleurs et des personnes ne sera pas la proie des crises créées par le capital, ni ne sera soumise au dogme du déficit. Une CDU plus fort signifie un chemin à suivre plus sûr et plus affermi.
Oui, un vote pour la CDU est le seul vote qui puisse le garantir!
Un vote sûr pour assurer une répartition la plus juste de la richesse et qui ne démissionnera pas devant l’injustice et l’inégalité.
Un vote sûr pour garantir un Portugal développé, de solidarité, de justice et de progrès!
Un vote sûr pour parvenir à une politique de gauche et garantir des salaires et des retraites dignes, des droits sociaux effectifs et de meilleures conditions de vie et de travail pour tous.
Un vote qui compte vraiment pour renforcer une politique patriotique et garantir au pays des avancées dans la lutte contre ses faiblesses et ses dépendances!
Un vote pour combattre les causes de notre retard et affirmer un développement souverain.
Un vote investissant dans notre potentiel et notre richesse nationaux, les défendant afin de garantir le développement, le progrès et l’amélioration des conditions de vie de la population.
Il ne reste pas beaucoup de temps avant les élections et il reste beaucoup de travail à faire. Nous avons besoin de la disponibilité et de la capacité de chacun pour mener cet important combat. Il est maintenant temps d’avancer avec notre présence active, avec notre parole sur le lieu de travail, dans chaque entreprise, chaque lieu, chaque ville ou chaque cercle électoral, en faisant vivre une campagne capable d’assurer le succès de CDU dans cette nouvelle bataille!
Nous nous adresserons à tous ceux qui ont déjà voté pour la CDU, leur rappelant que leur vote pour la CDU n’a jamais été trahi, mais toujours honoré. Nous rencontrerons ceux qui n’ont jamais voté à la CDU pour souligner que, dans la CDU, PCP-PEV, ils peuvent trouver un vaste espace de convergence des démocrates et des patriotes, de tous ceux qui souhaitent que le pays progresse en salaires et en pensions, dans les services publics. et les fonctions sociales de l’État, dans l’investissement public et la promotion économique, dans la production nationale et le travail avec droits.
C’est à nous, notre action collective et individuelle, de construire un fort courant de mobilisation pour voter CDU et démontrer que les travailleurs et les travailleurs portugais ont la possibilité de réaliser le Portugal auquel nous avons droit, en donnant plus de force à la CDU, avec plus de voix et de députés pour que le pays avance vraiment!
Ces quatre années de la nouvelle phase de la vie nationale ont démontré qu’il valait la peine de se battre pour ouvrir la voie à une solution à la population et aux problèmes du pays.
Dès la première heure, nous avons démontré la fausseté des campagnes récurrentes qui essayaient de nous faire croire que les élections législatives avaient pour but d’élire des premiers ministres ou que ce qui était décisif pour gouverner était le parti qui obtiendrait le plus de voix. Des campagnes pour perpétuer le cercle vicieux de l’alternance sans alternative qui ont conduit pendant des années à la politique de droite.
Non! Ils ne sont pas pour l’élection des premiers ministres! Ils sont pour l’élection des députés. La récente vie politique nationale a dissipé cette erreur grâce à la contribution décisive du PCP!
La contribution de ce parti qui n’a pas attendu et s’est conformé, comme les autres, aux résultats des élections, mais a cherché des solutions et des voies qui ont immédiatement servi à la lutte de notre peuple pour de meilleures conditions de vie, mais aussi au pays confronté à un déclin continu.
Nous n’avons pas été gênés par les circonstances et nous nous sommes battus!
Nous ne fuyons pas un combat, nous le livrons!
Parce que nous sommes un parti qui ne laissera pas le peuple et le pays dans une impasse, qui connaît le terrain sur lequel il marche et présente toujours des solutions aux problèmes!
Un parti confiant et en qui on peut avoir confiance! Qui fait ce qu’il dit et respecte toujours ses engagements!
Ces quatre années l’ont prouvé. Compte tenu de l’évolution de la composition du Parlement et de l’initiative persévérante du PCP et du PEV, dans un cadre où le PS et son gouvernement, mais aussi le PSD et le CDS, n’avaient aucune condition pour imposer, par eux-mêmes, la plénitude de leur politique éternelle, la vie des Portugais était possible.
Un grand nombre des mesures que les travailleurs et la majorité des Portugais considèrent comme positives sont marquées par des propositions du PCP et du PEV.
Examinez les secteurs les plus divers de notre vie collective et vous trouverez certainement une solution pour résoudre un problème urgent, exprimer un signe, une volonté d’essayer de résoudre les problèmes anciens, mais aussi ouvrir la voie à de nouvelles solutions.
Oui, dans nos propositions et nos actions, nous avons privilégié la récupération des droits et des revenus, la restitution et la valorisation des salaires, les congés et la prime de Noël, une réduction de l’impôt pour les revenus inférieurs et intermédiaires, les avantages sociaux liés au chômage, à la maladie, aux personnes handicapées. invalidité, prestations familiales, valorisation des longues carrières contributives, lutte contre la précarité, mais nous considérons le pays dans son ensemble, pour résoudre les problèmes et signaler une solution montrant qu’il existe une manière différente de l’appauvrissement des travailleurs et des personnes.
Dans l’ensemble du pays, on ne soumet pas tout et tout le monde à la politique myope du déficit en limitant et en remettant à plus tard les problèmes du pays, au lieu d’une solution plus productive et plus féconde investie dans le renforcement de l’investissement, la croissance économique et la création d’emplois conditions de vie en tant que moteur important de l’économie.
Avec les yeux sur les secteurs les plus divers, nous avons progressé. Avancé avec une proposition d’augmenter les pensions pendant trois années consécutives. Nous avons progressé avec une réduction des factures de santé et des coûts des médicaments. Avancé avec cette mesure importante de manuels scolaires gratuits. Nous avons progressé avec le laissez-passer de transport et des prix de transport plus bas.
Avec les yeux rivés sur le pays pour soutenir les petits et moyens dirigeants, nous avons éliminé le paiement spécial sur compte et réduit les coûts de carburant pour les agriculteurs et les pêcheurs.
Les progrès réalisés avec le travail acharné. Une grande partie de ce qui a été accompli ne figurait ni dans le programme PS, ni dans le programme du gouvernement. De nombreuses et fortes résistances ont dû être surmontées pour avancer.
N’ayons aucun doute! Lorsque le PCP et le CDU gagnent en puissance, la solution aux problèmes de la population et des pays prend de la force.
Aujourd’hui, ils brandissent l’épouvantail de faux excès et annoncent de nouvelles crises pour différer la réponse aux problèmes et priver justice du peuple et du pays!
Nous savons ce que cela signifie et ce qu’ils veulent. Maintenir les engagements pris avec Bruxelles en donnant la priorité au déficit et aux rythmes accélérés du paiement de la dette, même si cela implique de réduire les investissements, les droits des travailleurs, la défense des services publics et les fonctions sociales de l’État, en sacrifiant le Service national de la santé, sans investir dans du matériel roulant pour assurer la mobilité de la population ou le recul des manuels scolaires sous prétexte de réutiliser, de remettre des livres écrits ou effacés.
Oui, nous savons ce que cela signifie et ce qu’ils veulent avec le discours de la crise et des excès. Cela signifierait, s’ils le pouvaient, un blocage des retraites sans garantir les augmentations que nous proposons pour garantir leur valorisation réelle. Cela signifierait freiner les augmentations de salaire, si nécessaires et possibles.
Qu’il n’y ait pas d’illusions! Le PS n’a pas changé de nature ni abandonné ses options fondamentales, comme l’indique le Pacte de stabilité et de croissance (PSC). PSD et CDS n’ont pas non plus renoncé à leur politique catastrophique d’extorsion de fonds qui caractérisait leur gouvernance.
Regardez leurs programmes, leur profession de foi et leur dévouement aux règles et aux obligations de l’Union européenne et de l’euro.
Examinez leurs propositions de révision de la Constitution, mais également de révision des lois électorales, dont les objectifs sont d’assurer des majorités gouvernantes avec une minorité de voix – la grande subversion électorale destinée à perpétuer les politiques de droite et leur mandat.
Dans cette bataille électorale, où nous décidons de progresser ou de reculer, nous avons compris le pari du grand capital: favoriser le PS et créer les conditions permettant de reprendre librement et pleinement la politique qui garantit ses intérêts et, simultanément, limiter la croissance du CDU!
En d’autres termes, les grands intérêts économiques veulent deux choses: une majorité absolue pour le PS et moins de force pour la CDU – le véritable obstacle à son projet d’exploitation et de revers. 

A ceux qu’ils ne peuvent pas atteindre pour atteindre ces objectifs, ils envoient un message. Ils inventent des scénarios artificiels, de faux conflits décisifs qui sont tout sauf décisifs et, en particulier, puisque l’ancienne bipolarisation entre PS et PSD ne tient plus dans les circonstances actuelles, ils essayent de nouvelles bipolarisations artificielles, en utilisant le raisonnement le plus ridicule et le plus faux pour cacher ce qui est évident: un vote pour la CDU compte pour arrêter la majorité absolue du PS.
Oui, un vote pour la CDU empêche le PS d’avoir les mains libres pour mettre en pratique les anciennes politiques, avec ou sans PSD et CDS, un vote sûr et cohérent qui décide d’une autre politique.
Oui, un vote pour la CDU est le choix nécessaire pour les travailleurs et les travailleuses lors de l’élection du 6 octobre!
Dans cette lutte que nous menons pour avancer, la lutte des travailleurs et des masses populaires est essentielle. Lutte qui s’est intensément développée, dans les secteurs et les entreprises les plus divers et dans les actions convergentes promues par la CGTP-IN. Une lutte qui constituait le fondement de la défense, de la restitution et de la conquête des droits, à laquelle étaient confrontés les employeurs et permettaient une amélioration des conditions de vie des travailleurs et de leurs familles. Lutte des populations qui a permis la défense des droits, des services publics et de la qualité de la vie.
Une lutte organisée qui a marqué la réalité sociale et politique, malgré l’occultation, le silence, la manipulation et la provocation.
Lutte pour une augmentation généralisée des salaires, contre la précarité, contre la déréglementation des horaires de travail, pour de meilleures conditions de vie, afin d’abroger les normes strictes de la législation du travail.
S’agissant de la législation du travail, l’abrogation des normes qui attaquaient les droits des travailleurs était et est nécessaire, mais le gouvernement du PS, avec son option de classe à l’ordre du jour de la capitale, a conclu un accord avec les confédérations d’employeurs et l’UGT, approuvé une loi de convergence avec le PSD et le CDS. , qui a été promulguée par le président et qui a non seulement maintenu les normes existantes, mais en a ajouté d’autres, à savoir l’extension de la période expérimentale à 180 jours, ouvrant une nouvelle porte à la généralisation de la précarité. Face à une loi comportant des éléments contraires à la Constitution, le PCP a pris l’initiative de faire apprécier la loi par la Cour constitutionnelle.
Et la lutte continue et continuera dans les lieux de travail, les entreprises et les rues. Nous saluons les travailleurs, leur unité, leur organisation et leur lutte, et saluons la CGTP-IN, la grande confédération syndicale des travailleurs portugais, et affirmons la solidarité et le soutien du PCP.
Nous sommes loin de résoudre les problèmes créés par des années et des années de politiques de droite et que la politique actuelle ne peut résoudre.
Le Portugal a besoin de solutions pour répondre aux revers accumulés. Les déficits structurels de la production, de la démographie, de la science et de la technologie, qui entravent le développement et la croissance économique insuffisante. Les problèmes sociaux chroniques, la dégradation des conditions de travail, les profondes inégalités sociales et régionales, la dégradation des services publics.
Le pays a besoin d’un vrai changement. Le Portugal a besoin d’une nouvelle voie avec une autre politique, une rupture avec les politiques de droite, car il n’y a pas de sortie avec cette politique, que ce soit par les mains du PSD et du CDS, ou du PS.
Le pays n’est pas condamné à être une colonie de groupes économiques et de grandes multinationales, pas plus qu’il ne peut être enchaîné à des contraintes qu’il doit, tôt ou tard, forcément surmonter.
Nous pensons que la nécessité de valoriser le travail et les travailleurs est une question décisive pour le pays. Une augmentation générale des salaires, y compris le salaire minimum national, à 850 euros. Une urgence nationale pour une répartition plus juste de la richesse, pour promouvoir l’économie nationale, pour retenir et favoriser des milliers de travailleurs formés dans notre pays, qui continuent à partir au rythme de 80 000 par an, pour répondre au déficit démographique, pour renforcer la Sécurité sociale et assurer de meilleures retraites pour l’avenir.
Nous devons évaluer qui travaille et qui a travaillé. Nous devons lutter contre la précarité, la déréglementation des horaires de travail et garantir une réduction à 35 heures par semaine, la protection du travail posté, la défense des droits syndicaux, y compris le droit de grève, et l’abrogation des normes strictes de la législation du travail.
Nous devons augmenter la valeur réelle des pensions, ainsi que le droit à une pension complète sans pénalisation pour les travailleurs ayant 40 ans de cotisations, et ramener l’âge de la retraite à 65 ans.
Nous voulons avancer. Nous voulons un pays qui respecte les droits des parents, des grands-parents, mais aussi des enfants. Consolider les acquis, tels que les manuels scolaires, mais aussi donner un nouveau pas décisif en garantissant des crèches gratuites à tous les enfants jusqu’à l’âge de trois ans.
Avancer dans l’élargissement de la protection sociale en renforçant le système de sécurité sociale publique, capable d’assurer des subventions familiales universelles plus élevées et de renforcer les avantages sociaux, en apportant la réponse nécessaire aux situations de chômage et de maladie. Nous voulons la diversification des sources de financement, en combattant les différentes tentatives de privatisation du système.
Nous voulons progresser dans la valorisation et la responsabilisation des services publics, qui ont besoin de plus de moyens, et engager des milliers de professionnels. Le service national de santé doit être défendu et valorisé, et le peuple portugais a droit à un médecin de famille et à une infirmière, à des médicaments meilleur marché, à des services de proximité et à être traité avec dignité et sans frais à toutes les étapes de la vie. Les écoles, hôpitaux, centres de santé, tribunaux, bibliothèques, théâtres, centres de recherche, transports en commun, routes et voies ferrées, ports et aéroports ont besoin de moyens et d’une politique privilégiant les investissements. Une politique qui favorise le maintien, la requalification et la construction d’infrastructures, ainsi que de meilleures conditions de travail. Cela exige un investissement public jamais inférieur à 5% du PIB.
Les avancées consécutives à la réduction des prix du transport ont eu un impact social et environnemental considérable. Mais pour éviter les retours en arrière, nous devons progresser dans l’amélioration de la capacité et de la qualité, et remplacer les transports en commun par des moyens de transport collectifs, nous avons besoin d’un plan national d’investissement dans les transports en commun.
Une partie des ressources dont le pays a besoin pour répondre aux aspirations des travailleurs et de la population requiert également une politique fiscale juste, fondée sur une taxation effective du grand capital et sur la réduction des impôts des travailleurs et des revenus plus faibles; il faut réduire les impôts indirects par rapport aux impôts directs. Nous voulons avancer avec une réduction de la TVA sur l’énergie de 6%.
Nous voulons que le pays produise. Produire et produire plus, en particulier nous voulons importer. L’industrie, l’agriculture et la pêche ne constituent pas un problème pour le marché, ni pour le PCP ni pour la CDU, ni pour ce qui est possible en vertu des règles de l’Union européenne. Nous avons besoin de nourriture, de médicaments, de bateaux et de trains pour améliorer la vie des populations. Notre souhait est de produire ici ce qu’ils veulent que nous achetions à l’étranger. Un pays capable de tirer parti des nouvelles technologies et de la révolution numérique pour les mettre au service de qui produit et de l’intérêt national.
Nous voulons que le pays avance, où le droit au logement et à la mobilité ne soit pas anéanti par la logique de la spéculation. Le public doit réagir, en promouvant la construction de logements par l’État et la réhabilitation urbaine. Nous devons promouvoir l’abrogation du «guichet d’expulsion» et garantir le droit de location pour une période minimale de 10 ans.
Nous voulons que le pays avance. Nous voulons récupérer des revenus, mais aussi des instruments qui sont aujourd’hui entre des mains étrangères. Nous voulons récupérer pour le pays ce qui appartient au pays. Dans le secteur bancaire et des assurances, dans l’énergie et les télécommunications, dans les aéroports et les autoroutes. Le Portugal doit garantir sa propre stratégie de développement. Le pays ne peut pas effacer les pertes des banques en faillite et les privatiser à nouveau, comme ce fut le cas avec BES; ou accepter la destruction de CTT et du service postal.
Nous voulons progresser dans la construction d’un pays cohérent et équilibré, qui assure la défense du monde intérieur et rural, avec la régionalisation, la planification territoriale et la lutte contre la désertification et le dépeuplement.
Nous voulons un Portugal avec un avenir et nous avons besoin d’une politique patriotique et de gauche et d’un gouvernement pour y parvenir. Une politique alternative qui ne se soumettra pas, pas à l’Union européenne, pas à l’euro. Cela suppose le droit souverain du pays de définir sa politique économique, budgétaire et monétaire.
Une politique qui veut renégocier la dette et libérer des ressources pour le développement du pays.
Une politique qui ne laissera aucun des nombreux problèmes derrière.
Une politique qui veut valoriser la production et le plaisir culturels en s’appuyant sur l’important objectif d’atteindre 1% du budget de l’État pour la culture. Là où les jeunes peuvent atteindre les plus hauts niveaux d’apprentissage, investir dans les écoles publiques, renforcer les services sociaux scolaires et mettre fin aux pots-de-vin dans les études universitaires. Une politique qui sait que, compte tenu des graves problèmes environnementaux auxquels nous sommes confrontés, la solution ne consiste pas à créer de nouvelles entreprises au nom de l’environnement, mais à rompre avec la logique capitaliste d’exploitation maximale de la main-d’œuvre et des ressources de la planète. Une politique résolue à lutter contre la corruption, à s’attaquer à ses causes plus profondes et à doter les autorités compétentes des moyens adéquats pour remplir leur mission et assurer une nouvelle voie d’accès à la justice, égale, accessible et plus proche des citoyens.
Une politique visant à garantir un Portugal libre et démocratique fondé sur le respect de la Constitution.
Le Portugal n’est pas condamné à être laissé pour compte ni à faire marche arrière. Une autre politique est possible et nécessaire.
Avancer est nécessaire et il est donc nécessaire de renforcer la CDU.
La lutte des travailleurs et des populations, ainsi que l’intervention et l’action de la CDU ont conduit à des avancées. Ce sera avec une CDU plus forte que nous avancerons dans la solution aux problèmes des travailleurs, des personnes et des pays.
Un vote pour la CDU comptera et décidera d’une autre politique: garantir un Portugal souverain, un pays maître de son destin, un peuple qui construit son avenir.
Nous avons de grandes batailles à venir que nous affronterons avec une grande confiance.
Ce festival «Avante!» est un exemple de cette confiance. Son succès est une expression de cette confiance, de cette détermination qui nous permet de poursuivre les tâches à venir avec plus de force et d’énergie.
Mais la confiance tient aussi à notre passé d’intervention, d’action et d’initiative dans la défense des droits, des intérêts et des aspirations de notre peuple et de notre patrie.
Cette histoire de lutte et d’intervention nous permet d’affirmer fièrement ce que nous défendons. Nous sommes un parti avec des solutions pour notre temps. Nous sommes le parti qui fera avancer le pays!
Nous sommes le Parti communiste portugais!
Ce parti avec près de cent ans d’histoire gagne chaque jour de l’honneur, en assumant l’engagement inébranlable, issu de leur nature de classe, en tant que parti de la classe ouvrière et de tous les travailleurs.
Ce parti, le PCP, avec son identité communiste, s’est renouvelé et renforcé après la campagne de 5 000 contacts avec les travailleurs, avec laquelle nous avons soulevé la question de donner plus de force à notre parti avec ses membres et son militantisme.
Nouveaux militants communistes, que nous souhaitons non seulement accueillir, mais voir intervenir dans les entreprises et les lieux de travail, élargir nos organisations de base, renforcer nos liens avec les masses, la classe ouvrière et les travailleurs, principale raison de notre existence.
C’est le parti, communiste, portugais, vivant et intervenant animé par l’objectif de construire la politique patriotique et de gauche dont le pays a besoin, vers une démocratie avancée fondées sur les valeurs de la révolution d’Avril dans le futur du Portugal, qui ne sapera pas ses objectifs suprêmes, mais plutôt les réaffirmera quotidiennement dans la lutte et le projet émancipateur visant à construire une nouvelle société, sans exploiteurs et exploités, la construction du socialisme et du communisme.
Oui, il y a des raisons d’être confiant. La confiance qui a animé la lutte pendant la nuit noire du fascisme, la confiance qui a débordé pendant les jours glorieux de la révolution, la confiance qui ne nous a jamais abandonnés pendant la lutte contre les politiques de droite et la restauration monopoliste. Une confiance en l’avenir dont nous rêvons et dans la lutte pour un parti plus fort.
Le peuple portugais sait par expérience que ce parti, associé à chaque avancée de presque cent ans de son histoire, a toujours tiré sa force de la lutte pour ses droits, que ce parti n’a jamais manqué de défendre ses intérêts, que ce parti, plus nécessaire aujourd’hui qu’hier, n’a jamais trahi ses  aspirations. Comme hier, il en va de même aujourd’hui et cela continuera demain!
Nous sommes prêts pour les combats à venir. Prêts et animés par nos convictions et nos idéaux. Prêts avec le courage politique nécessaire. Prêts avec tout le courage nécessaire. Avec une énorme confiance!

Lien: 
http://www.pcp.pt/en/vote-cdu-counts-towards-ps-not-having-free-reign-practice-old-policies