Le Parti Communiste Belge quitte le PGE… Le PCF toujours plus isolé !

Parti Communiste Allemand (DKP), Parti de Gauche en France… les départs du () s’accélèrent. Le PRCF salue ainsi la décision courageuse du Parti Communiste de Belgique de quitter cette organisation “qui est à la politique ce que la CES est au syndicalisme” selon les mots très clairs des camarades belges.

www.initiative-communiste.fr reproduit ci-dessous le communiqué détaillant les raisons de cette décision mûrement réfléchie et s’appuyant sur une expérience solide. Des motivations qui confirment en tous points l’analyse portée par les communistes avec le PRCF en France… et qui est partagée par la quasi totalité des partis communistes européens.

De fait, il apparaît que la position portée par le PRCF en France de la nécessité de sortir du PGE est, désormais, la plus largement partagée par l’ensemble des partis communistes européens. À la veille du 38e congrès du PCF, on peut se demander si le PCF ne sera pas bientôt bien seul au sein du PGE. En effet,  la question de la sortie du PGE n’est au programme ni du texte retenu par la direction du PCF-PGE dont le chef Pierre Laurent est coprésident du PGE, ni de la plupart des bases alternatives (y compris celle conduite par Chassaigne) à l’exception d’une seule.

JBC pour www.initiative-communiste.fr le journal par et pour les travailleurs du PRCF

Pourquoi le PCB a quitté le Parti de la Gauche Européenne (PGE)

Le congrès a décidé, à une majorité de 83% des voix adoptée à bulletin secret, de se retirer du Parti de la Gauche Européenne PGE.

Sur le plan politique, plusieurs motifs ont conduit à cette décision de sortie du PGE, parmi lesquels :

  • L’hostilité statutaire du PGE vis-à-vis du socialisme réel alors que l’écroulement de ce dernier constitue la base de la mondialisation capitaliste et la destruction d’un rapport de force qui était favorable aux travailleurs du monde entier ;
  • Le caractère unanime des décisions du PGE qui fige et stérilise le débat en le transformant en un club de discussion élitiste et technocratique ;
  • La non-prise en considération de notre intervention en juillet 2014 sur la crise Ukrainienne qui dénonçait un véritable coup d’État à connotation fasciste ;
  • Le fait qu’en 2011, à l’occasion du 90e anniversaire de notre parti, « l’intervention du PGE » s’est limitée à la tenue d’un colloque à Bruxelles où la direction de notre parti n’a pas été officiellement invitée et où son histoire n’a même pas été évoquée ;
  • L’attitude inadmissible des dirigeants du PGE face à l’OTAN qui nous met en porte à faux avec notre exigence de sortie de l’OTAN en préalable à sa dissolution. Il en va de même de l’attitude de Syriza et de son dirigeant Tsipras dans la crise grecque, attitude qui a contribué à discréditer la gauche radicale, exception faite des partis communistes non membres du PGE ;
  • Un montant de 30.000 euros de frais d’affiliation qui n’ont donné aucun retour en investissement ;
  • L’absence de liens privilégiés entre partis membres sur des questions communes, pourtant le fondement même du PGE. Entre autres, la fermeture de Caterpillar, où notre parti a été ignoré et d’autres partis privilégiés alors que nous avons été les premiers à défendre la réquisition des outils !

Nous considérons que Le PGE est à la politique ce que la CES est au syndicalisme, c’est-à-dire des organisations créées et soumises à l’Union Européenne laquelle depuis sa fondation reste une organisation capitalistique qu’il est impossible de réformer de l’intérieur. « L’ sociale » qui serait le résultat de réformes progressistes est une illusion pour les travailleurs.

Nous rappelons que l’adhésion de notre parti au PGE a été imposée en 2005 par une minorité de ses membres qui s’est exercé au détriment d’un débat démocratique constitué au minimum par une décision de congrès.

La majorité des membres du parti a constaté que cette minorité pégéiste n’a eu de cesse d’entraîner notre mouvement dans le réformisme au détriment de son essence révolutionnaire.

La récente visite du représentant de Die Linke (dont Gregor Gysi, président du PGE, est membre), Dietmar Bartsch, dans l’une des colonies israéliennes près de la bande de Gaza où il a planté des arbres dans le cadre de la coopération avec l’organisation sioniste « Keren Kayemet » (fonds national juif), connu pour sa grande responsabilité dans la politique de nettoyage ethnique contre les palestiniens, conforte notre décision.