Georges Gastaud adresse un message de fraternité franco-allemande résolument antifasciste à l’occasion de la cérémonie d’anniversaire d’Ernst Thälmann à Berlin.

Ce 17 avril 2021, les communistes et allemands célèbrent à Berlin l’anniversaire d’Ernst Thälmann. Georges Gastaud – invité à y prendre la parole pour les communistes français et le Comité de Solidarité Internationaliste de Classe – empêché de pouvoir rejoindre la manifestation en raison de la situation sanitaire a fait parvenir cette allocution :

Chers camarades présents à cette cérémonie de la mémoire prolétarienne et antifasciste,

De nouveau vous vous réunissez vaillamment ce 17 avril pour rendre hommage au grand Ernst Thälmann et aux autres héros du prolétariat allemand et autres victimes de la barbarie nazie. Je remercie ma camarade et amie Eva de vous lire le présent message en allemand, ne pouvant être physiquement présent parmi vous. 

Cet anniversaire a une triple importance cette année

# D’une part, il se tient dans une période où la grande bourgeoisie européenne, faisant alliance avec l’extrême droite raciste qui prospère en Europe, entend criminaliser notre histoire communiste et nos idéaux révolutionnaires. Tel est le but de l’odieuse Résolution du 16 septembre 2020 par laquelle le Parlement européen (si peu représentatif de la volonté populaire tant le monde du travail s’abstient lors des élections européennes) ose amalgamer le Troisième Reich exterminateur à son principal vainqueur politico-militaire, l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Ce n’est pas tout. Avec un triste ensemble qui va des eurodéputés d’extrême droite aux sociaux-démocrates en passant par les « Verts », cette résolution valide l’interdiction en cours des PC des ex-pays socialistes, Pays Baltes et Pologne cléricale en tête. La même résolution annonce à demi-mots l’interdiction de l’emblème ouvrier et paysan de la faucille et du marteau sur tout le territoire de l’Empire euro-atlantique en gestation. Enfin, en mettant sur un même plan les nazis et les communistes, y compris les communistes allemands qui furent les pionniers du combat antifasciste, la résolution scélérate de l’UE accomplit la prouesse de criminaliser les communistes tout en réhabilitant les nazis puisque, en les mettant à égalité, elle rabaisse les communistes tout en banalisant les nazis ! Nous devons rappeler au contraire que les communistes furent partout le fer de lance de la Résistance antifasciste et que ce sont au contraire les grands bourgeois et leurs partis, de la droite à la direction des partis sociaux-démocrates, qui – y compris en Grande-Bretagne et en France – aidèrent à la consolidation du Troisième Reich, notamment en décidant la « non-intervention » en Espagne et en signant les honteux Accords de Munich;

# D’autre part, la cérémonie d’aujourd’hui se tient en une période où, pressés successivement par Obama, Trump et Biden, les dirigeants impérialistes européens ne cessent d’abonder la course aux armements tout en renforçant l’intégration euro-atlantique et en jetant les bases d’une armée européenne arrimée à l’OTAN et tournée contre la Russie. Avec leurs manigances en Ukraine, dans le et en Biélorussie, ces héritiers pseudo-démocratiques du plan Barbarossa fomentent une de revanche contre le peuple russe tout en s’efforçant d’étrangler par ailleurs Cuba, l’ALBA et d’isoler la Chine populaire. C’est aussi une manière de recycler l’impérialisme allemand dont nous, communistes français, avons toujours distingué la classe ouvrière sans oublier que votre pays a donné au monde Bach et Beethoven, Kant et Hegel, Marx et Engels, Liebknecht père et fils, Rosa et Clara. Ensemble refusons cette Union européenne qui n’est que le masque d’un Empire continental qui détruit à la fois les conquêtes sociales des peuples, la souveraineté des nations, le droit de chaque travailleur à travailler dans sa langue nationale (un droit qui est détruit par la volonté de Mme Ursula von der Leyen d’imposer l’anglais des traités transatlantiques comme la seule langue de travail des institutions européennes) et le droit des peuples à construire le socialisme. Ne cédons pas aux sirènes vertes ou rouge pâle qui prétendent que le crocodile européen peut devenir un gentil herbivore et que l’UE-OTAN intrinsèquement impérialiste peut se muer en une aimable Europe sociale, pacifique et démocratique! Ce n’est pas dans l’UE mais contre elle que peut se déployer une Europe des luttes enfin respectueuse de ce que Lénine appelait « le droit des nations à disposer d’elles-mêmes » pour marcher au socialisme.

# Alors que Mme Angela Merkel, et son fidèle accompagnateur et vassal Emmanuel Macron, développe un axe franco-allemand très destructeur pour les peuples du Sud et de l’Est, mais aussi, en réalité, pour les travailleurs allemands et français, continuons à développer l’axe rouge franco-allemand que symbolisèrent dans les années 1920 les noms d’Ernst Thälmann et de Maurice Thorez. Recevez le salut du Pôle de Renaissance Communiste en France, des Jeunes pour la Renaissance Communiste en France, ainsi que les pensées affectueuses du Comité Internationaliste pour la Solidarité de Classe, anciennement Comité Erich Honecker de France pour la Solidarité Internationaliste.

Pour terminer, ces deux paroles émouvantes de deux héros de la Résistance française à l’adresse de leurs frères allemands: tout d’abord cette parole de Missak Manouchian qui écrivit dans sa dernière lettre, peu avant d’être fusillé par les nazis: « je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand ». Et ce mot du tout jeune Jean-Pierre Timbaud, dit « Tintin », secrétaire des syndicats de classe de la métallurgie parisienne, dont le dernier cri, face aux bourreaux, fut, en français car il ignorait votre langue: « vive le parti communiste allemand! ».

Vive la mémoire d’Ernst Thälmann!
Georges Gastaud, co-secrétaire national du PRCF