Énergie, transport : la CGT appelle au tous ensemble contre l’euro-privatisation des services publics

Chemin de fer, télécoms, énergie, poste, santé, éducation nationale, ingénierie publique, route, transports aériens… dans tous les domaines, l’Union Européenne du Capital ordonne à coups de directives européennes (paquet ferroviaire, paquet énergie et cie) de libéraliser et de privatiser les services publics.  Et ses serviteurs zélés que sont les Sarko, Hollande ou Macron d’exécuter de façon violente ces ordres pour complaire au grand patronat.

Les conséquences sont terribles, que ce soit pour le niveau du service public, il n’est que de voir la dégradation des chemins de fer en France, pour les tarifs – ceux du gaz et de l’électricité ne cessent d’augmenter – ou pour l’emploi avec des suppressions massives de postes. Cette politique ne fait qu’un seul bénéficiaire, les nouveaux actionnaires privés des ex-entreprises et services publics bradés à bas prix ou démantelés à la découpe par les De Villepin, Macron etc.

Cheminots, électriciens, gaziers, profs, personnels de santé, personnels de l’Équipement et de l’Environnement, c’est bien la même cause qui produit les mêmes terribles effets. L’Union Européenne détruit les services publics pour ouvrir ces marchés au privé et ainsi générer des profits énormes pour la petite oligarchie de milliardaires qui détient l’essentiel des multinationales. C’est donc bien qu’il faut lutter.

la CGT de l’énergie et la CGT cheminot a décidé de faire de ce 8 février une journée d’action commune. Tandis que la direction de la CGT – enfin – dit réfléchir à une journée d’action commune. Oui il y a urgence au tous ensemble et en même temps, quand malgré les fortes mobilisations de l’automne, leur format en ordre dispersé – séparant public et privé – et en pointillés sous forme de journées d’action à saute-mouton de loin en loin ont montré une nouvelle fois leur inefficacité. Les travailleurs, privés et publics, actifs et retraités, lycéens, étudiants, paysans et salariés doivent lutter tous ensemble et en même temps. La convergence des luttes, la mobilisation dans la grève reconductible pour mettre à l’arrêt l’économie est la clef pour faire gagner les travailleurs, et remettre à l’ordre du jour, le progrès social, démocratique et écologique en France.

Observons que dans l’industrie, en Allemagne, c’est bien par la grève avec menace de reconduction que les ouvriers et leurs syndicats viennent d’obtenir la semaine de 27h.

JBC pour www.initiative-communiste.fr


tract-interpro-action-08022018-4-1-1

13 000 CHEMINOTS DÉTERMINÉS !

Manifestation nationale du 08.02.2018

Les conditions climatiques extrêmes sur une partie du pays et notamment en Ile-de-France ont conduit les autorités à prendre des décisions restrictives concernant les rassemblements de toutes natures dans la Capitale. Au regard de ces éléments, et pour des raisons évidentes de sécurité, la manifestation nationale des cheminots est reportée.

Alors que la manifestation s’annonçait massive au regard des inscriptions, les conditions climatiques ont conduit la Fédération CGT des cheminots à décider de la reporter. C’est bien sûr une décision difficile, mais qui ne remet pas en cause la détermination des cheminots.

Les motivations qui ont conduit à organiser cette manifestation demeurent.

Le rapport DURON, paru la semaine passée, propose de réduire l’offre ferroviaire en envisageant la fermeture de certaines lignes notamment en zones rurales.

Le rapport SPINETTA, à paraître, a comme ambition de trouver « un nouveau modèle économique pour la SNCF ». En clair, il tracera les contours d’une nouvelle réforme du ferroviaire visant à imposer l’ouverture à la concurrence.

De récents éléments parus dans la presse laissent par ailleurs entrevoir la transformation de la SNCF en société anonyme et la fin du statut pour les futurs embauchés, mais également la filialisation du Fret.

Cela est inacceptable !

Aussi, il est impératif de maintenir et d’amplifier le niveau du rapport de force à l’image des près de 13 000 cheminots qui étaient dans les starting-blocks pour battre le pavé parisien.

Rester à l’offensive, y compris dans l’adversité, est la preuve de la lucidité, de la responsabilité, de la détermination des cheminots.

L’épisode climatique, qui rend difficile la circulation des trains sur le territoire, qui n’aurait pas permis d’assurer en toute sécurité une organisation optimum de la manifestation, ne nous détournera pas de l’essentiel, à savoir : se battre pour le maintien et le développement du train public dans ce pays.

Un nouveau rendez-vous national sera proposé dans les jours à venir.

Par ailleurs, la Fédération CGT des Cheminots invite les organisations syndicales représentatives nationalement à se retrouver le 13 février prochain dans le cadre d’une interfédérale permettant d’analyser la situation et de réfléchir aux suites revendicatives à donner.

« La SNCF certains veulent la descendre, nous, on la défend ! ».