Le Monde Diplomatique dans son édition de mai et sous la plume de l’universitaire Aurélien Bernier publie une critique du dernier livre du philosophe Georges Gastaud Marxisme et universalisme; Classes, Nations, Humanité(s) paru aux édition Delga en 2015

Marxisme et universalisme. Classes, nations, humanité(s)

Couverture marxisme et universalisme georges gastaudLa phrase de Karl Marx « Les prolétaires n’ont pas de patrie » est souvent citée. Mais la suite l’est moins : « Comme le prolétariat doit d’abord conquérir le pouvoir politique à son profit, s’ériger en classe nationale, se constituer en nation, il est encore national dans cette mesure, bien que ce ne soit pas au sens où l’entend la bourgeoisie. » Dans son dernier essai, le philosophe Georges Gastaud, l’un des responsables du Pôle de renaissance communiste en France (PRCF), défend une thèse que l’on pourrait résumer par « penser international, agir national ». Selon lui, la reconquête de la souveraineté des nations est un préalable indispensable au développement d’une solidarité entre les peuples libérés du capitalisme. Il plaide avec force pour sortir la France de l’Union européenne, des institutions financières internationales, de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN). L’argumentation est solide, sauf lorsque l’auteur traite d’écologie ; il n’évite pas alors le travers de la caricature.

Aurélien Bernier –  le monde diplomatique mai

Delga, Paris, 2015, 480 pages, 28 euros.