La contre-révolution euro-macronienne est aussi un obscurantisme anti-scientifique !

Nul progressiste n’ignore les graves menaces qui planent sur l’avenir de la française en raison de son étranglement budgétaire, de sa sujétion croissante aux financements patronaux et aux diktats de résultats à court terme, sans parler de la casse de l’enseignement public qui augure mal de la formation initiale des futurs chercheurs. Comme tous les lecteurs d’Initiative Communiste le savent, ces orientations ultra-réactionnaires doivent beaucoup à l’Union Européenne et sont aggravées, en France, par le fascisant comme elles le furent en Grande-Bretagne par la sinistre Thatcher.

Pour autant, même aux yeux d’une large frange de la gauche, Macron apparaît comme un homme moins obscurantiste, au sens scientifique du terme, que les brutaux et climato-sceptiques Trump ou Bolsonaro. La réalité est tout autre.

Une entrée en matière fort significative du président Macron fut la nomination de Françoise Nyssen au ministère de la culture. Cette adepte des visées ésotériques de l’ainsi dite anthroposophie (voir par exemple l’article d’Alain Tournebise dans le n°17 de la revue Progressisteshttps://revue-progressistes.org/2017/11/05/le-charlatanisme-a-la-culture-alain-tournebise/), éphémère au gouvernement, constituait-elle un cas isolé ? Rien n’est moins sûr.

Tout récemment, le gouvernement a décidé de fait de liquider la Miviludes (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires). On peut signer cette pétition (https://www.change.org/p/sauvons-la-miviludes-pour-continuer-%C3%A0-prot%C3%A9ger-nos-concitoyens-des-d%C3%A9rives-sectaires) pour s’y opposer. Le Syndicat National des Travailleurs de la Recherche Scientifique (SNTRS-CGT) s’en indigne également dans ce communiqué (http://websyndicats.vjf.cnrs.fr/sntrscgt/spip.php?article2766), qui pointe avec une légitime inquiétude que les dérives sectaires sont déjà bien présentes, quoique de façon discrète, depuis des années dans les hôpitaux et la recherche médicale. Une évolution qui complète parfaitement, pour les capitalistes, la mainmise de l’industrie pharmaceutique sur la recherche médicale publique (l’industrie pharmaceutique française, bien qu’abondamment nourrie d’argent public via le Crédit Impôt Recherche, entre autres, fait elle-même bien peu de recherches, s’appuyant largement sur les résultats des organismes publics comme l’INSERM et le CNRS… mais en en pilotant de plus en plus les recherches par sa présence dans les financements sur contrat qui gangrènent de plus en plus ces établissements publics), dans une tenaille entre le scientisme – qui enrôle une science sous influence, malmenée par les conflits d’intérêt structurels et les mauvaises pratiques (résultats « embellis » pour être plus conformes aux attentes des financeurs et fournir de meilleurs « scoops » aux revues scientifiques), qui touche aussi très fortement la recherche agronomique (via la pression de l’industrie des pesticides), pour les besoins du grand capital – et l’ qui, en prétendant s’opposer aux dérives du scientisme jette le bébé du rationalisme et de la démarche scientifique avec l’eau sale de son dévoiement par l’impérialisme… pour en réalité servir d’autres intérêts capitalistes, mais de façon plus souterraine.

Dans le domaine de la santé toujours, comme le dénonce également le SNTRS-CGT (http://websyndicats.vjf.cnrs.fr/sntrscgt/spip.php?article2783), alors que la maladie de Lyme constitue un problème de santé public émergent majeur en France, la ministre de la santé a refusé la mise en place d’un budget de recherche spécifique sur cette affection pourtant encore très mal connue. Même les États-Unis de Trump ont pris conscience de la gravité du problème et décidé d’un financement public exceptionnel de plus de 50 millions de dollars par an pour développer la recherche sur le sujet.

Pour défendre la science, contre l’irrationalisme et le scientisme, chassons Macron et sortons de l’U.E., de l’€uro, de l’OTAN et du capitalisme !

Adrien Delaplace pour www.initiative-communiste.fr

Commentaire de lecteur “La contre-révolution euro-macronienne est aussi un obscurantisme anti-scientifique !

  1. etoilerouge6
    16 décembre 2019 at 14:11

    les partis escrologistes sont particulièrement antiscientifiques, scientifiques inclus, en pointe contre la science. De très nombreux scientifiques et professions à caractère scientifique se livrent à l’obscurantisme et la démolition scientifique comme l’vavait montré un bouquin d’un scientifique marseillais et de CHARPAK . Depuis le temps cela ne cesse de se dégrader. Pour la science, il faut une philosophie scientifique , le marxisme étant la seule aujourd’hui en capacité de mener le débat.