“Ce gouvernement a commis trop de fautes contre la médecine et contre notre conscience” débat #covid19

Un camarade, Jean-Pierre, a été pris comme beaucoup d’un coup de colère en entendant les propos d’un autoritarisme virulents et d’une violence proprement fascisante de Macron. Il nous a fait parvenir ce billet d’humeur au soir du 12 juillet, que nous publions pour alimenter le débat.

Le problème médical n’est pas de prédire l’évolution de l’état des malades, mais de constater l’état actuel de chaque patient, de lui prescrire les soins pertinents dans son cas, c’est-à-dire les soins susceptibles de le guérir : pendant l’année 2020, ceux des médecins français qui ont désobéï au gouvernement et prodigué leurs soins aux patients qui se présentaient à eux ont guéri ou accélérer la guérison des régiments de malades du CoV-2.

Quant aux “formes graves”, l’expérience que nous avons accumulée en 2020 nous montre qu’elles ne sont pas les premières à apparaître : elles suivent les premiers symptômes à quelques jours d’intervalle (trois ou quatre jours), et je ne connais pas de médecins qui, recevant un patient présentant les premiers symptômes, soit capable de lui dire : “attendez, pour être soigné, que les symptômes s’aggravent!” ce médecin manquerait gravement à ses devoirs professionnels et humains!…

Il est vrai que le gouvernement français tout entier a tenu ce langage devant tous les Français que nous sommes, aux mois de mars et d’avril 2020!… C’était criminel, et tenir encore ce même langage est encore plus criminel !…

Ce qui est anti-social, c’est ce gouvernement qui loin de mettre en place la politique sanitaire globale de la prévention au soin des malades ne s’efforce que par la contrainte liberticide d’écouler les stocks de vaccins quasi exclusivement américains achetés à prix d’or par l’Union Européenne auprès de multinationales !…

Ce qui est anti-social, c’est de dérembourser les tests de dépistages, et de refuser de mettre en place une large politique de dépistage rapide, efficace, économique, et accessible, notamment par le dépistage salivaire rapide, pourtant une innovation française développée par le CNRS depuis mai 2020, indispensable pour des soins au plus tôt les plus efficients !

Ce qui est anti-social, c’est de cacher aux habitants de la que des soins existent, en commençant par l’hygiène, en continuant par le suivi médical immédiat des infectés, notamment de l’oxymétrie, pour leur hospitalisation la plus précoce possible, ainsi que des traitements médicamenteux utilisant des molécules bien connues, sans oublier la prophylaxie non médicale. Il faut pour cela laisser et demander aux médecins de faire leur métier, soigner, plutôt que d’abandonner les malades chez eux, sans aucune pour leur isolement, et avec pour seul suivi qu’une boite de doliprane et un renvoi au 15 !

Ce qui est anti-social, c’est de cacher aux habitants de notre pays qu’un laboratoire poursuit, malgré tout, la mise au point d’un vaccin produit par la technologie vaccinale classique qui écarte de lui les problèmes que nos compatriotes, avec d’autres, ont rencontré à cause d’Astra-Zeneca, de Pfizer, de Moderna et de quelques autres. De cacher que Cuba a développé deux vaccins à protéines unitaires très efficace (90%) et sans technologie de génétique…

Ce qui est anti-social, c’est de refuser de reconnaître la protection que procurent aux femmes et aux hommes les vaccins chinois et russes, sous prétexte qu’ils sont chinois ou russes !

Ce qui est anti-social, c’est de cacher aux habitants de notre pays que des laboratoires mettent actuellement au point de nouveaux médicaments à utiliser si l’on tombe malade et que l’on n’est pas vacciné (peut-être même aussi dans le cas où l’on aurait été vacciné, mais je n’en jurerais pas!), l’un fondé sur des anticorps monoclonaux, l’autre sur des anticorps polyclonaux, ou encore à base d’anti-infectieux bien connus

Bref, ce qui est anti-social, c’est ce que notre gouvernement continue de faire : continuer de mentir en prétendant qu’il n’y a pas de traitements qui permettent de soigner les malades avant même que les vaccins existent, refuser de mobiliser toutes les possibilités de guérir les malades à tous les stades de la maladie, notamment sans attendre l’hospitalisation tardive, et pousser toute la population à utiliser seulement les vaccins anti-SARS-CoV-2 américains qui comme tous médicaments ne sont pas sans problèmes, y compris graves parfois !…

Ce gouvernement a commis trop de fautes contre la médecine et contre notre conscience : il ne mérite pas d’être obéi !

Jean Pierre Combe