Béziers : « L’irrésistible déchéance de Robert Kebab » – Maxime Vivas

www.initiative-communiste.fr est heureux de se faire le relais de ce livre de notre ami . Tous les antifasciste conséquents n’ont jamais pu ignorer l’appartenance à l’extrème droite de en particulier lorsqu’il était chef de l’officine violemment anticommuniste .

Béziers : « L’irrésistible déchéance de Robert Kebab ».

Maxime VIVAS

En Août 2013, j’ai publié un opuscule de 65 pages : « L’irrésistible déchéance de Robert Ménard, candidat du Front national » aux éditions Arcane 17 (Le logo ci-joint s’inspire sans vergogne, en l’actualisant lestement, de la couverture initiale du livre).

En octobre 2013 EELV m’avait invité à la Cimade de Béziers pour en parler.
Voir : http://www.legrandsoir.info/beziers-laboratoire-de-la-dediabolisation-du-fn.html

Après m’avoir déjà menacé à 3 reprises dans la presse de me traîner devant les tribunaux, Robert Ménard venait d’annoncer dans Midi-Libre que je l’avais traité de salaud et qu’il avait déposé une plainte contre moi. Double mensonge.

Il était en campagne électorale pour conquérir la ville, il avait fait venir pour l’aider des doux poètes du Bloc identitaire, il venait d’essayer de débaucher le secrétaire d’EELV à qui il reprocha vivement de m’avoir invité à Béziers.

Ce soir-là, il pleuvait averse, le public était peu nombreux, la presse était absente, un responsable du PCF (Aimé Couquet) était passé dire quelques mots entre deux réunions de son parti, une voiture de police patrouillait dans la nuit autour de la salle pour éviter toute provocation et, en sortant de la réunion, mon fils aîné qui m’accompagnait (il s’était persuadé que j’avais besoin d’un garde du corps) s’était arrêté dans un établissement qui fermait tard pour acheter deux shawarmas, autre appellation moyen-orientale des kebabs.

Je ne savais pas alors à quel point mes écrits ne servaient à rien ou à si peu, que Ménard serait maire de la ville de Jean Moulin, que des émules anonymes (et fâchés avec la langue française) du KKK menaceraient de mort les militants communistes biterrois et que tomberait l’interdiction d’ouvrir des magasins dont les produits ne seraient pas estampillés judéo-chrétiens.

D’où me vient cette envie aussi irrésistible que la déchéance de l’autre islamophobe de pousser, en l’adaptant, ce cri chanté par Léo Ferré : «  Ni Dieu ni maîtrequeue » ?

Maxime Vivas

AUTO-PUB

Béziers. Le vendredi 6 novembre 2015 à 18H302 rue Voltaire (siège du PCF), je participerai à un débat organisé par le cercle populaire Joseph Lazare et la section biterroise du PCF autour de mes derniers livres :
–  L’irrésistible déchéance de Robert Ménard
–  Rouges, les collines de Caracas.
Venez nombreux s’il ne pleut pas, si vous ne partez pas en week end et si vous voulez en apprendre de belles et des peu connues sur votre maire.

URL de cet article 29524
http://www.legrandsoir.info/beziers-l-irresistible-decheance-de-robert-kebab.html