VOUS AVEZ DIT : LANGUES MORTES… ?

Vous voulez écarter le grec et le latin
Tout en leur réservant une portion congrue,
Par crainte, pour finir, que l’on ne vous conspue
Dans votre propre camp pour ce choix béotien !

Préparez-vous alors à peser chaque mot
Quand vous argumentez vos vœux iconoclastes ;
Gardez-vous de paraître en surannés scoliastes
A tenir des discours qui sentent le fagot.

Vous acheter des fleurs ? Méfiez-vous, vous allez
Décliner une rose ; et si d’un héliotrope
Vous trouvez trop abscons le nom qui l’enveloppe,
Tournesol vous pourra servir de pis-aller.

Gardez-vous en marchant de vous prendre les pieds
Dans l’orthographe, ce tapis aux plis vétustes ;
Vous avez trop souffert des punitions injustes
Que l’on vous infligeait quand vous l’estropiiez

Vos parents vieillissants sollicitent des soins
Qui relèvent bientôt de la gériatrie,
Quand ce n’est pas hélas ! de quelque psychiatrie,
Vous laissant démunis et sans autres moyens.

On vous cherche querelle, on este contre vous,
On vous assaille de courriers comminatoires
Et vous affronterez procureurs et prétoires,
Non moins d’ailleurs que de vos avocats les coûts.

Bref, l’intrus est partout, plus vivant que jamais,
Accompagnant vos pas de durables racines ;
Si l’étymologie à ce point vous chagrine,
C’est simple, renoncez à parler le français !

Yves Letourneur

17 mai 2015