Veronique Riotton : la fascisation En Marche jusque sur les bancs de l’Assemblée Nationale

Véronique Riotton : vire au brun.
 

Alors qu’Alexis Corbière dénonçait à l’ Assemblée Nationale le dérive autoritaire du régime Macron et de son ministre de l’intérieur le socialiste Castaner, la députée de Haute Savoie, vice-présidente du groupe LREM, Véronique Riotton se place à quelques mètres de Corbière et l’insulte pendant qu’il parle. Quand ce dernier lui demande de retourner à sa place elle reste debout et continue ses invectives contre le député de la France insoumise. Et bien entendu le président LREM de l’ Assemblée Nationale, représenté par  Sylvain Wasserman, ne trouve rien à redire.

” Ambiance cour de récréation” écrit Marianne: grossière erreur.
Il s’agit pour cette “consultante en ressources humaines” d’un comportement provocateur et prémédité qui n’est pas sans rappeler celui des députés du NSDAP au Reichstag.

Certes cela peut paraitre excessif. Pourtant relié au processus de plus global et de moins en moins contestable on peut voir dans le comportement de la député macroniste les prodromes d’une véritable intimidation au Parlement des opposants progressistes.

Une fascisation dénoncée, alors que LREM adopte une loi visant à interdire de manifester, y compris par les députés centristes, tel le parlementaire Carles de Courson expliquant, calmement, mais très fermement : « Une autorité administrative va priver un individu de manifester au motif qu’il y a une présomption, des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace d’une particulière gravité pour l’ordre public. Qui apprécie les raisons sérieuses ? L’autorité administrative, bah allons-y ! Où sommes-nous mes chers collègues ? C’est la dérive complète. On se croit revenu sous le régime de Vichy ! ”
« Oui, oui, je dis bien le régime de Vichy. Vous êtes présumés être résistant donc on vous entaule (sic), voilà, par l’autorité administrative. Mais réveillez-vous mes chers collègues ! »
« Non, ce n’est pas du violon », rétorque-t-il à une élue, située hors caméra, qui s’adresse à lui. Et de mettre en garde contre la menace qu’un tel texte ferait planer en cas de gouvernement radical. « Le jour où vous aurez un gouvernement différent, vous verrez. Et quand vous serez dans l’opposition, avec une droite extrême au pouvoir, vous verrez mes chers collègues. C’est une pure folie que de voter ce texte. Une pure folie ! »

2 Commentaires de lecteur “Veronique Riotton : la fascisation En Marche jusque sur les bancs de l’Assemblée Nationale

  1. etoileroiuge
    5 février 2019 at 05:50

    Ce n’est pas dela folie c’est la collaboration en France de LREM avec le néo fascisme comme bouclier des capitalistes et de la bourgeoisie et de ses alliés dont les hauts cadres patronaux et les bobos.