Les révélations qu’un mystérieux « lanceur d’alerte » aurait transmises à la Süddeutsche Zeitung et que Le Monde a reprises sur l’évasion fiscale mondiale blanchie par des « spécialistes » panaméens provoquent des remous dans le monde entier.

 

Pourtant nul marxiste ne sera exagérément surpris en « apprenant » que la fraude fiscale des privilégiés est colossale*, qu’elle est planétairement organisée, que fort peu d’Etats bourgeois soi-disant « endettés » prennent contre elle les mesures qui s’imposent (c’est le cas de le dire !).

 

Rien de stupéfiant non plus au fait que de vertueux potentats politiques, financiers (ou des sportifs censés incarner l’orgueil national) qui prélèvent déjà des sommes folles sur le dos de leurs peuples respectifs, les volent une deuxième fois en se soustrayant à l’impôt, ce moyen incontournable pour financer les services publics, la protection sociale et le vivre ensemble des citoyens.

 

Cependant les incurables mal-pensants que nous sommes avouent leur perplexité : pourquoi les premières révélations distillées par Le Monde ciblent-elles avant tout, voire exclusivement, les grands satans habituels de l’Occident : les dirigeants russes, syriens et chinois (ou plus exactement, des « proches » de ces derniers), c’est-à-dire les diables rouges, jaunes ou marrons des croisades impérialistes en cours ou en préparation…

 

Entendons-nous bien : militants du mouvement ouvrier, nous ne nous portons garants d’aucun Etat bourgeois, d’aucun fauteur de politique néolibérale, d’aucun parasite de la classe capitaliste, d’aucun people médiatico-sportif quels qu’ils soient et où qu’ils se trouvent : car notre but final est d’avancer partout vers une société sans classes où « le développement de chacun sera la clé du développement de tous » (Marx) à l’inverse des sociétés capitalistes où l’Etat est au service des riches. Or, pour l’instant du moins, les seuls Français mis en cause par le nouveau scandale du Panama sont le très décevant Platini et l’inusable Balkany, sans parler de l’hyper-carbonisé Cahuzac, ex-champion ministériel de l’euro-austérité… pour les salariés ! Pourquoi ne pas s’interroger un peu plus, au hasard, sur le fait, qu’a rappelé Yves Calvi le 4 avril, que c’est sur les instances de Sarkozy que Christine Lagarde a retiré le Panama de la liste des paradis fiscaux ? Pas un dirigeant allemand ou américain n’est par ex. cité pour l’instant parmi les méga-fraudeurs. Or c’est bien l’US Army  qui, sur ordre de Bush Senior, a écrasé Panama Ciudad sous les bombes à la Noël 1989, enlevé le président légal en lui substituant des hommes à la botte de l’Oncle Sam*. Gratuitement ? Comment les maîtres du dollar seraient-ils blancs comme neige alors qu’ils ont pris la tête de la déréglementation financière (environnementale et sociale !) mondiale ? Et si ces gens sont si férus de Transparence, que ne cessent-ils leur traque contre Edward Snowden, toujours réfugié à… Moscou ?

 

De même que la vérité, c’est toute la vérité et rien que la vérité, de même la transparence n’est-elle vraiment… transparente que si elle l’est pour tous… et que son but réel n’est pas de déstabiliser les « Grands Satans » de l’Occident… tout en renforçant le nouvel ordre mondial des ingérences impérialistes. En attendant, étonnons-nous de la méthodologie journalistique du Monde qui, en possession de millions de fiches, ne cible jour après jour que ceux qu’il a décidé de mettre politiquement sur le grill…

 

Donc, si dans les jours qui viennent les « révélations » continuent à ne frapper que des comparses au « Nord » et à l’ « Ouest », il y aura lieu de faire un usage maximal du doute méthodique, non pas à l’égard des faits eux-mêmes s’ils sont avérés, mais à l’encontre des buts de guerre poursuivis par ces piliers de l’ordre euro-atlantique que sont Le Monde et la Süddeutsche Zeitung.

 

Si ce n’est pas le cas et que les révélations frappent tous azimuts preuves à l’appui, sans soutenir en rien les tentatives d’ingérence auxquelles vont immanquablement se livrer les Etats prédateurs de l’OTAN au nom de l’oxymorique « morale financière », nous ne pourrons que rêver à l’urgente renaissance d’un grand Mouvement communiste international de combat, et pourquoi pas d’une Internationale communiste de nouvelle génération : celle-ci pourrait en effet utiliser au service des peuples les moyens d’investigation, de communication et de démocratie qu’offre l’ère numérique ; elle pourrait alerter les travailleurs et les aider à internationaliser leurs luttes tout en respectant les souverainetés nationales que visent, en tout premier lieu, la fraude fiscale et les milliardaires qui la pratiquent avec la collusion des Etats bourgeois et de leurs cartels mondiaux et continentaux.

 

*estimée à 600 milliards d’euros rien que pour la France (cf le livre de Peillon, journaliste à La Croix sur Les 600 milliards qui manquent à la France), alors que nos services publics et notre protection sociale sont exsangues et que les saligauds qui agissent ainsi sont les premiers à exiger l’austérité pour les « petites gens »…

*… le jour même où Ceausescu et son épouse faisaient l’objet d’une exécution sommaire à Bucarest après un simulacre de procès.