Toujours plus (par Geg) !

 

Il est clair désormais que les insurgés « syriens » sont pilotés par les pétromonarchies intégristes, qu’ils utilisent le terrorisme aveugle et peut-être l’arme chimique contre les civils, que certains de ces « démocrates » se plaisent à dévorer le foie des syriens tués devant des caméras du monde entier… En Occident, les vrais amis des « droits de l’homme » devraient normalement en conclure qu’il faut cesser d’encourager (et de financer à prix d’or !) cette barbarie – qui fera nécessairement boomerang chez nous si les fanatiques prennent Damas comme ils se sont emparés de Tripoli – ; des dirigeants soucieux de l’intérêt de la France et du peuple syrien en déduiraient aussi qu’il faut cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures syriennes. Voilà ce que feraient de vrais « amis des droits de l’homme en Syrie ». Telle n’est pourtant pas la conclusion que nos médias « pluralistes » tirent à l’unisson de l’affreux conflit syrien. Au contraire, et quelles que soient les informations en provenance de Damas, c’est toujours la même rengaine chez nos médiacrates : il faut TOUJOURS PLUS renverser le « régime syrien » par la force, TOUJOURS PLUS surarmer l’ « opposition démocratique » et AU PLUS TÔT envahir la Syrie, quels qu’aient pu être les brillants résultats de ce type de comportement « humanitaire » en Irak ou en Afghanistan…

 

Quant à la France, elle plonge dans la récession, son PIB est aujourd’hui le même qu’ en 2007 alors même que notre pays compte 3 millions d’habitants supplémentaires ; les usines ferment les unes après les autres (Doux, après Florange, Pétroplus, PSA-Aulnay, Good Year Amiens…), la crue du chômage creuse les déficits de la Sécu et des caisses de retraite et « justifie » les nouvelles contre-réformes programmées par l’UE et par son petit télégraphiste Hollande contre les retraités et les assurés sociaux ? N’en concluez surtout pas qu’il faut rompre avec l’-austérité, stopper le libre-échange suicidaire établi par Maastricht, recouvrer notre souveraineté monétaire, nationaliser les banques et le CAC 40 pour ré-industrialiser le pays. Tout au contraire, il faut TOUJOURS PLUS d’austérité, de déremboursement des soins, d’annuités de cotisation, toujours plus de taxes sur les pensions, toujours plus de flexibilité et de « souplesse pour licencier », toujours plus de « liberté » de mettre au rebut  les salariés qui ne demandent qu’à vivre de leur travail !

 

Notre peuple n’en finit pas de se cabrer contre cette Europe supranationale, patronale, atlantique, antisociale ? 55% des Français ont rejeté l’euro-constitution en 2005, 63% des sondés disent qu’aujourd’hui, expérience faite, ils voteraient contre Maastricht, l’écrasante majorité des ouvriers constate que l’euro, qui devait apporter la prospérité, dresse les peuples les uns contre les autres, qu’il vide les porte-monnaie des pauvres et remplit les coffre-fort des riches, qu’il donne à Berlin l’hégémonie dont elle a toujours rêvé, qu’elle réduit des millions de gens à vivre l’angoisse des fins de mois, que la brillante « utopie européenne » place un enfant sur cinq sous le seuil de pauvreté ? Quiconque voudrait sincèrement le bien de son pays, déduirait de ce constat qu’il faut SORTIR A TEMPS de cette UE qui flingue la République, dissout le lien social, dézingue le « produire en France » industriel et agricole (vers la fin de l’élevage porcin chez nous ?) et va jusqu’à substituer l’anglais des affaires à la langue de Molière dans les enseignes, la pub, la chanson, et maintenant – grâce au projet universitaire du gouvernement PS – à l’université ? Eh bien vous n’y êtes pas : cornaqué par ses complices de la Commission européenne, Hollande met en place (sur quel mandat du peuple français ?) un « GOUVERNEMENT ECONOMIQUE EUROPEEN » qui donnera le coup de grâce à l’-Nation dans l’indifférence d’une certaine « gauche » qui confond l’internationalisme prolétarien avec le supranationalisme des financiers !

 

Bref en tous domaines, c’est la même réponse. Quand ça va mal, aggravons tout ce qui fait mal au pays. Nous marchons vers le gouffre ? Accélérons le pas ! TOUJOURS PLUS DE GUERRES, TOUJOURS PLUS DE POLICE DES SALAIRES, TOUJOURS PLUS DE DICTATURE EUROPEENNE, toujours MOINS de liberté, d’égalité et de fraternité REELLES !

 

Face à ce toujours plus suicidaire, caractéristique des classes privilégiées condamnées par l’histoire, les vrais communistes, les travailleurs conscients, les républicains prêts à résister, n’ont plus qu’une seule ressource : celle d’agir toujours plus CONTRE les guerres impérialistes, contre l’euro-austérité, CONTRE le fédéralisme maastrichtien. C’est à ce prix seulement, que les travailleurs de France pourront revivre les Jours heureux de la Libération (titre du nouveau film de Gilles Perret sur la Résistance, dont notre camarade L. Landini est une figure centrale) et L’esprit de 45 (titre du dernier film de K. Loach). Tant pis ou tant mieux s’il faut pour cela sortir notre pays de la funeste « construction » européenne et engager à cette fin la rupture progressiste et révolutionnaire avec un système capitaliste qui n’apporte plus désormais que pourriture et régressions.