QUATRE SORTIES POUR NE PAS Y RESTER, par Aris et Floréal

"Si l’euro échoue, l’Europe échoue". Angela Merkel

Parfois l’adversaire de classe parle vrai.

Chancelière d’ Allemagne et vraie patronne de l’UE, Angela Merkel parle d’or quand elle déclare : "Si l’euro échoue, l’Europe échoue ».

C’est la dynamique que porte la sortie par la porte de gauche de l’euro,de l’UE et de l’OTAN que certains « marxistes » comprennent décidément moins bien qu’Angela Merkel.

Si un pays parvenait à briser un maillon de la chaîne, c’ est toute la chaîne qui sauterait : une situation révolutionnaire pourrait surgir en Europe, à condition cependant que les partis communistes proposent une large politique de Front antifasciste, populaire et patriotique orientée vers le socialisme et plaçant la classe ouvrière au centre du rassemblement majoritaire.

Si demain la France sortait unilatéralement de l’euro, de l’UE et de l’OTAN sur la base d’un large programme progressiste ancré dans le meilleur de son histoire (Révolution jacobine, Commune de Paris, Front populaire, CNR, etc.), c’est immédiatement que la perspective d’une alternative socialiste viendrait à l’ordre du jour !

C’est pourquoi les "quatre sorties" que le PRCF fut le premier à porter au sein de la mouvance progressiste – et pas seulement en France, c’est un fait établi !- reste la stratégie gagnante. La seule qui ne fasse pas fond sur une resucée d’ « Europe sociale » mâtinée d’union de la gauche, ni sur son double inversé, le sectarisme trotskisant qui consiste à dire « le socialisme tout de suite, sinon rien (c’est-à-dire, dans les rapports de forces actuels : RIEN) ». Seuls ceux qui ont une vision statique et figée de l’action révolutionnaire ne voient pas dans ces "sorties" le début d’un processus révolutionnaire.

Saluons les partis communistes d’Europe qui ont saisi l’importance de la sortie de l’UE tels les PCP ou PCG qui font des quatre sorties un axe central de leur stratégie. Et interrogeons le PGE et ses satellites sur la capitulation et l’aveuglement qu’impliquent les palinodies sur "l’Europe sociale" ou "l’euro au service des peuples"… et pourquoi pas, pendant qu’on y est, le Traité transatlantique au service de l’emploi et l’OTAN au service de la Paix mondiale ?