L’IMPASSE

 

                        Marianne assignée à résidence par

                        L’état d’urgence de ce scrutin traquenard

                        Qui la remet aux mains d’un groupe de faussaires

                        Et de gauche et de droite, en fourbes partenaires

                        De sa mise en tutelle à l’ombre du Marché,

                        Se disant vertueux pour avoir empêché

                        Dans l’immédiat que la peste brune l’emporte

                        A laquelle pourtant ils ont ouvert la porte !

 

                        Paris souillé hélas par cette forfaiture

                        En forme de victoire à la piteuse allure

                        Où se donne à nouveau le concert éculé

                        Des ‘’Réformes’’ à faire et dont le proclamé

                        S’exaspère chez les  pseudo’’ Républicains’’

                        Qui, les ayant déjà votées avec entrain,

                        Estiment toutefois qu’il faut qu’on accélère

                        Pour complaire à Brussel, leur élan délétère.

 

                        Car ils ont « entendu le peuple », voyez-vous ;

                        Ils savent ce qu’il veut : que l’on renverse tous

                        Les obstacles auxquels se heurte l’Entreprise ;

                        Ce code du travail obsolète qui brise

                        Son essor créateur ; tous les acquis sociaux,

                        Et cet ‘’ assistanat’’, source de tous les maux,

                        Dont un Wauquiez a fait son cheval de campagne.

 

                        Buté, l’Exécutif maintient et non sans hargne

                        Son cap. Manuel Valls veut même l’endurcir,

                        Renvoyant au passé ce rêve d’avenir

                        Qui traîne encor au sein de sa propre famille

                        Comme un lointain reflet du temps de la faucille.

 

                        Un sursaut salutaire a certes conjuré

                        Mais à quel prix honteux ! le désastre annoncé,

                        Cette gauche ayant dû se fondre et disparaître

                        Dans une droite qui ne peut que se repaître

                        De sa déliquescence, en feignant d’honorer

                        Un ‘’ Front républicain ‘’ lui servant à truquer

                        Sa proche connivence avec du bleu Marine.

 

                        Nous en sommes donc là ! Cette pente assassine

                        Guette l’Europe entière et la nuit brune vient

                        Qu’en fait le Capital depuis toujours contient

                        Quand il va jusqu’au bout  de son hégémonie.

                                                                                                         

                        De Jaurès, il est temps, retrouvons le génie !                    Yves Letourneur – 15 12 2015