Le silence des chiens de garde sur l’Oradour ukrainien. Par Gavroche.

 

La violence et la mort s’abattent sur l’Ukraine : comme c’est commode, la violence et la mort, cela n’a pas de nom, pas de visage…

Comme sont sans visage ces militants communistes et fédéralistes, dits « pro-russes », grillés vifs par les phalanges fascistes portées au pouvoir par Obama et ses proconsuls de l’Union européenne.

 

Silence, la violence et la mort s’abattent sur l’Ukraine…

 

Et pourtant, pourtant la mort a bien un visage, celui de l’impérialisme US et de ses petits préfets de l’UE… Pourtant la violence a un bras armé,  celui des phalanges fascistes et néo-nazies portées au pouvoir par un coup d’Etat et par des manipulations criminelles fomentées par l’Euro-Maïdan piloté en sous-mains par la C.I.A.

 

Alors que les médias mainstream ont encensé à longueur d’antenne les « démocrates » du Maïdan quand ceux-ci couvraient la mairie de Kiev de symboles , le silence est aujourd’hui assourdissant pour dénoncer une junte ukrainienne qui, dès son arrivée au pouvoir, s’est lancée dans la chasse aux communistes et dans la persécution des russophones, semant partout la torture et la mort.


Au moment où les larmes de crocodile coulent sur les plaies d’un peuple syrien que la « communauté internationale » a livré sciemment à la guerre civile et aux hordes intégristes, un silence de plomb s’abat sur les quarante militants fédéralistes et communistes brûlés tout vifs dans la Maison des Syndicats d’Odessa (tout un symbole !) par les Sections d’Assaut de la Timotchenko : à Odessa, les nostalgiques de la division Das Reich viennent de raviver les flammes d’Oradour…

 

Alors que la bien-pensance n’en peut plus de se repaître des images tronquées de Tien An Men, c’est dans un silence de cathédrale que les tanks des nervis chers à Catherine Ashton et à Laurent Fabius tentent d’écraser dans le sang la résistance populaire du peuple ouvrier d’Ukraine qui refuse de plier l’échine et a le tort de brandir à nouveau le frappé des emblèmes du Travail.
On peut tourner les pages, d’édito en chronique autorisée, pas un chien de garde ne dénoncera le bombardement à l’hélicoptère de combat des populations des villes minières rebelles de l’Ukraine orientale !

 

Silence, l’ U.E. impériale a lancé ses phalanges de la mort sur l’Ukraine. Silence, car l’impérialisme européen massacre à nos portes aux cris de « l’Europe, c’est la paix » (des cimetières) !

Plus que jamais, le sème la misère et la guerre ; après la Lybie et la Syrie, c’est maintenant au cœur de l’Europe que les valets funèbres de l’oligarchie financière mondialisée installent leurs hommes-liges par la violence et par la haine, ressortant des poubelles de l’histoire leurs ignobles salopards fascistes.

Après l’Ukraine, à qui le tour ? La Biélorussie, puis la Russie elle-même ? Vraiment, ça ne vous rappelle rien ?

Alors oui, solidarité des vrais communistes, solidarité des vrais antifascistes, solidarité des vrais républicains et des vrais syndicalistes avec le peuple d’Ukraine en Résistance !

 

5 Commentaires de lecteur “Le silence des chiens de garde sur l’Oradour ukrainien. Par Gavroche.