UN GRAND CRU BOURGEOIS : LE JOUYET-FILLON EST ARRIVE !

Par Aris et Floréal.

 

·       Homard bleu grillé à la vinaigrette de corail : 98  ;

·       Tourteau en fines feuilles de calamar : 33  ;

·       Chariot de fromages frais et affinés : 34  ;

·       Cœur de poire rôti à la vanille : 36 €….

·       Vin : 38 € le un verre….

 

Bref un modeste cassecroûte « républicain » tournant autour des 300 € par tête de pipe. A conseiller pour fêter votre prochaine augmentation ou votre premier CDI…

 

C’est dans ce cadre enchanteur que MM. Jouyet et M.Fillon se sont rencontrés.

 

M. Jouyet, ancien chef de cabinet de Delors – le bon « chrétien » qui a désindexé les salaires –, de Jospin, le « socialiste » qui a plus privatisé que la droite, ancien ministre de Sarko, est actuellement secrétaire général de l’Élysée et intime de François Hollande.

 

Accessoirement, il est aussi l’époux de Mme Brigitte Taittinger ; cette dernière est la petite-fille du tristement célèbre Pierre Taittinger, bâilleur de fonds avant-guerre des groupes fascistes La Cagoule, Jeunesse Patriote etc. et de Jean Harouard de Suarez, Marquis d’Aulan. M. Jouyet est ainsi très « jaurésiennement » lié à ceux qu’en 1936 Maurice Thorez appelait les « deux-cents familles » puisque Mme Taittinguer-fille, son épouse, anciennement PDG des parfums Annick Goutal (Groupe Tattinger), est devenue entretemps directrice de la stratégie de Sciences Po, l’école « française » qu, en tout patriotisme, s’agite le plus pour angliciser et pour américaniser nos futures « élites »…

 

M. Fillon, ex-premier ministre de Sarkozy durant cinq ans, professionnel émérite des « décotes » et de la casse des retraites (2003 : fonction publique ; 2007 : régimes spéciaux ; 2010 : 62 ans mini pour tout le monde…), aujourd’hui porteur d’un projet politique thatchérien et ultralibéral (retraite à 65 ans, contrat précaire pour tous, désossage final de la fonction publique, etc.) et initialement ami de Jouyet.

 

Ce que se sont dit Fillon et Jouyet et comment et pourquoi…. quelle importance au fond ? Quand ils ne s’entendent pas pour dévorer leur proie commune (le peuple), les piranhas se dévorent e se trahissent entre eux, quoi de plus normal?

Quand la politique n’est plus que coups bas, carriérisme, service du capital et vie de château, que peut-elle donner de mieux que le spectacle nauséeux auquel on assiste aujourd’hui?

Ce qui est révélateur dans ce barnum médiatique qu’est devenue l’affaire Jouyet/Fillon, c’est la fusion, dont Jouyet est exemplaire, de la haute bourgeoisie d’État, de la bourgeoisie d’affaires, de la vraie droite (UMP et son ultra-droite) et de la fausse gauche. M. Jouyet est l’expression pure de ce qu’est le personnel politique PS et UMP du Parti Maastrichtien Unique : interchangeable. Parce qu’il sert le même maître : le grand capital et sa dictatoriale Union européenne.

 

L’Express dresse ainsi le portrait admiratif de M. Jouyet : "Fidèle en amitié, il a constitué son cercle le plus proche de ses anciens condisciples de l’ENA » (c’est quand même beau, l’ « amitié », et pourquoi pas, la « camaraderie » : commentaire d’I.C. !). Une promotion exceptionnelle d’ailleurs que cette « promo Voltaire, 1980 » -, avec de fortes personnalités qui ont toutes très bien réussi ", H. de Castries, le président du directoire d’Axa, J. Bédier, le président de la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution, J. Chodron de Courcel, de la famille de Bernadette Chodron de Courcel, épouse Chirac, PDG de Chevreux, alors que Georges de Chodron de Courcel est Directeur Général délégué de BNP Paribas, vice-président de BNP Paribas Fortis, administrateur de Bouygues, d’Alstom, FFP, Nexans, Groupe Lambert Bruxelles, de BNL, membre du Conseil de surveillance de Lagardère"…" Côté politique, outre de Villepin, Donnedieu de Vabres", Fillon, Sarkozy…" Jean-Pierre Jouyet compte parmi ses amis d’anciens étudiants de gauche ayant fait l’ENA : le couple Hollande-Royal avec lesquels il révisait sous les pommiers de son jardin normand en sirotant du rhum, Michel Sapin, ancien ministre socialiste de l’Économie, Frédérique Bredin, ancienne ministre de Mitterrand, aujourd’hui directrice de la stratégie et du développement chez Lagardère Media." 

 

Serviteur et membre de la haute classe possédante M. Jouyet n’a d’autre intérêt pour nous que de montrer à tous qui veulent ouvrir les yeux ce qu’il en est de ceux qui dirigent – et détruisent – la France républicaine : une oligarchie de l’argent dont l’entre-soi et l’insolence n’ont d’égale que celle des marquis qui émigrèrent en foule en 1792 !

 

Mais dans ces conditions, pourquoi les mêmes causes odieuses ne finiraient-elles pas à la longue par produire les mêmes effets… réjouissants ?